Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !

Publié le par Brigitte

Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !

Vendredi 1 er mai 2015

De la même manière qu'il y a mille et une façons de se déplacer sur deux pattes, on peut faire des tas de choses différentes avec un vélo ... et cumuler les plaisirs ;-)

Mercredi, après deux jours d'inactivité plus ou moins totale, liée à la météo hostile mais aussi à une envie de "savourer mon 400" sans y ajouter une sortie "pas terrible" , je trouve enfin le bon créneau après une demi-journée de travail. Le vent de Nord est toujours un peu présent, mais ramolli par sa folle journée de mardi. Le ciel est bien voilé, il n'y a rien à photographier ... mais tant mieux car dès les 500 premiers mètres je sens que je suis, comme dirait Anne-Marie, en mode "teigne".
En fait, ce n'est même pas tant le mode teigne qu'une évidente facilité. Ca pédale tout seul.
C'est le tant désiré "mode supersonique" qui se montre.

Ce n'est pas la première fois, et il a toujours un élément déclencheur. En particulier, cela m'est arrivé au moins trois fois exactement trois jours après une grosse sortie.
Il faut en profiter : il me faut un parcours roulant, mais un peu accidenté quand même, parce que le meilleur, c'est de grimper une bosse à 3-4 % à des vitesses qui sont presque celles du plat en temps normal. C'est juste DELICIEUX.

Ma balade me mène à St Félicien, à la maison de l'Ardéchoise, où je veux régler un petit souci administratif.
Un grand choix de pentes douces s'offrent à moi. Elles sont longues ... alors je joue à "couiner en discontinu" ... sachant qu'il est facile de récupérer entre chaque accélération sur ces pourcentages.
De la capitale de l'Ardéchoise, je passe le col de Juvenet, afin de descendre ensuite de Satilieu à Sarras : Cette traversée du plateau, particulièrement roulantes avec juste ce qu'il faut de petits ressauts "escamotables" décuple mon envie de vitesse.
Au retour je récupère mon petit vent de Nord fatigué qui suffira bien pour me ramener "alla casa" et dont j'exploite à fond le moindre souffle.
Pas de tourisme, pas de photos, pas de nouveautés, pas de compagnie, juste le plaisir de sentir le corps qui répond et le plaisir de pédaler ... c'est bon aussi .

Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !

Jeudi sera tout autre, et cette fois il y aura plein de photos au contraire ! Garés au Pont d'Espenel près Saillans, nous partons avec Jérôme (qui est en congés) pour un beau parcours en Diois qui pourrait faire un super rallye cyclo (en modifiant un peu le retour pour éviter la grande route)

 

La balade commence par la remontée de la sublime vallée de la Roanne. Je l'ai découverte pendant la canicule de l'été 2003 (il fallait se plonger en tenue dans la rivière pour pouvoir continuer à rouler !) et j'ai toujours adoré cet endroit.

Un radieux soleil commence à dissiper la fraîcheur matinale.

Surprise ! Nous y retrouvons Gérard B. , lui aussi amoureux de cette vallée, qui vient de faire une pause  ... nous allons faire route ensemble jusqu'à St Nazaire le Désert où il retrouvera de la famille !

 

Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !
Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !
Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !
Et le décor ... je ne vous dis pas, dis pas, dis pas ...
Et le décor ... je ne vous dis pas, dis pas, dis pas ... Et le décor ... je ne vous dis pas, dis pas, dis pas ... Et le décor ... je ne vous dis pas, dis pas, dis pas ...

Et le décor ... je ne vous dis pas, dis pas, dis pas ...

Après St Nazaire, nous continuons tous les deux jusqu'au Col de Planlara qui nous fera office de lieu de pique-nique. Ainsi les pentes les plus raides (il s'agit d'une montée assez soutenue avec de beaux passages à 8-9% en lacets) seront derrière nous.
Le ciel se voile peu à peu ...

Mais on a trois cols presque  pour le prix d'un (Col de Planlara, Col de Chamauche, col de la Croix ) ! Il y a même un Col du Buisson dans le coin ;-)  à peu de distance ...

Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !
Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !
Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !
Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !
Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !

On rejoint le parcours du 116 km de la Drômoise ; une belle descente nous attend. La cascade du Pas de l'Echelle doit être particulièrement en forme car je ne l'avais pas remarquée à mes précédents passages.
 

Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !

Après un petit café à La Motte Chalencon (il n'y a pas beaucoup de cafés dans le coin ! il ne faut pas rater celui-là !) , nous continuons sur ce parcours aidés par le vent du Sud, en passant par le Col de Prémol. De longues lignes droites descendantes nous amènent jusqu'à l'entrée de Luc en Diois.

Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !
Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !
Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !

Par vent de Sud, la route principale de la vallée permet d'arriver très vite à Die. Elle est quand même un peu trop fréquentée par les voitures et les camions. Mais bon on peut l'éviter en grande partie, si on le souhaite.
Comme d'ailleurs entre Pontaix et le Pont d'Espenel.
Mais aujourd'hui on s'en tiendra à la grande route jusqu'à notre voiture, avec une pétite "dérivation" pour passer au centre ville de Die.

Die

Die

Et pour terminer un clin d'oeil à (encore) une autre pratique du vélo, celle du voyage, avec Jean et Noémie, deux étudiants que nous avons accueilli pour la nuit et qui font leur premier voyage à vélo. Bonne route à tous les deux (jusqu'à Avignon pour Jean, Barcelone pour Noémie) !

Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !
Après la longue distance ... trois autres manières de pédaler !

Publié dans vélo

Commenter cet article

FG 04/05/2015 13:04

Ah ça en fait des kilomètres dans la semaine :-) et dans des paysages toujours aussi jolis. J'ai même l'impression que c'est moins monotone que notre Ile de France car nous sommes toujours obligés de prendre à peu près les mêmes routes pour éviter la circulation alors que chez vous, vous avez une multitude de petites routes... :-)

Brigitte 04/05/2015 17:21

Oui, c'est vrai le choix est grand au départ de mon domicile. On est très vite (même immédiatement selon la direction) sur des routes à faible circulation. Pour la balade avec photos décrite dans cet article (drôme provençale) , on a quand même fait un rapproché en voiture (sinon c'est un 200 quasi assuré) .

Philkikou 03/05/2015 10:35

Toujours le plaisir de rouler, découvrir.....avec de nouveaux yeux, un nouveau regard et de belles photos
bonne continuation entre BRM et sortie "détente" ... Ardéchoise : les Sucs au menu 2015 ?

Brigitte 03/05/2015 23:08

Non, cette année ce sera en principe l'Ardéchoise ... après les Sucs l'an dernier !
Merci Philkikou !

Vincent 02/05/2015 16:39

Salut Brigitte. Ah ! Cette Vallée de la Roanne. Quel bonheur de la faire en vélo. J'y ai beaucoup de souvenirs. Merci pour les photos ensoleillées.

Brigitte 03/05/2015 23:07

oui c'est un endroit paradisiaque ! quant à toi tes photos sont toujours aussi belles ...

franco 01/05/2015 16:50

compliqué pour moi de rouler en semaine en ce moment ,étant donné le nombre de jours ferrié ,et le boulot qui me tend les bras,c'est pour cela que j'ai opté pour le vélo taf a/r st martin d'hères soit 67kms c'est mieux que rien ,bien que cela me demande une bonne organisation ,dabord vestimentaire ,puis gérer l'outillage nécessaire,ça ce fait bien aussi ,le compte a rebours a commencé le 400arrive a grand pas !!!

Brigitte 01/05/2015 22:31

Oui c'est vrai il faut bien s'organiser ! Tu as un porte bagage pour l'outillage ? J'avoue que quand je travaille à la demi-journée je laisse souvent tomber le velotaf pour pouvoir commencer plus tôt (ou finir plus tard) le "vrai vélo". mais quand je n'ai pas le choix ça me plait bien aussi.

veloblan 01/05/2015 14:47

Marrant, je parlais de toi a table, je disais a ma Bribri que tu accueillais des cyclos parfois! Ils ont l'air bien sympathiques.

Brigitte 01/05/2015 22:32

Il n'est pas trop tard pour apprendre ;-) ou alors tu dis à tes hôtes qu'ils sont là pour causer français, d'abord !!!

veloblan 01/05/2015 18:10

Ca me plairait bien d'accueillir mais a part le Français et le patois du Cantal ha ha alors si c'est des étrangers, je suis pas dans la merde!

Brigitte 01/05/2015 15:22

Oui ils sont super sympa. Des français cette fois-ci ! mais on a eu des américains, des allemands, un anglais, un hollandais ... (liste d'hébergement réciproque pour cyclistes warmshowers)