Question de place

Publié le par Brigitte

N’est-ce pas la raison d’être des rêves, de trouver sa place ?

Diana Evans

« It's only natural
That I should want to be there with you
It's only natural
That you should feel the same way, too »

Crowded House

Il y a des moments privilégiés dans l'existence où l'on a l'impression à la fois fantastique et apaisante d'être, précisément, au bon endroit, au bon moment : juste à la place qui nous revient.

Mais on n'a pas une place unique, plutôt des places, à trouver selon les moments de la vie …

 

Comme lorsqu'on compose un puzzle, attention, un grand puzzle de 5000 pièces et plus où il faut chercher, essayer, recommencer … tout à coup il y a cette satisfaction, la pièce vient s'insérer parfaitement, sans forcer, et l'image s'agrandit … et puis on recommence … en espérant que rien ne vienne mélanger les pièces déjà posées (ce qui arrive aussi très souvent :-(   …hélas )

J'ai eu souvent cette impression fantastique de poser la bonne pièce, d'être à ma place … les relations proches procurent la plus grandes partie de ces moments (qu'on fasse le puzzle à deux ou que quelqu'un vous donne un coup de main pour le vôtre, ou l'inverse) et ceux-là je les garderai pour moi ...

....mais le sport (au sens le plus large possible)  peut aussi jouer son rôle.

 

Question de place

Octobre 1982

Les récits d'alpinisme ont bercé mon enfance. 342 heures dans les Grandes Jorasses, de René Demaison, les Grands Jours, de Walter Bonatti. Et en cette belle journée d'octobre un peu brumeuse, sur la falaise de Pont de Claix aujourd'hui condamnée, je fais mes premiers pas en escalade. C'est mon anniversaire, j'ai 20 ans, et en enfilant un baudrier, je réalise un rêve d'enfant.

Une pièce du puzzle vient d'être posée.

 

Juillet 1989, j'approche du sommet de la reine Meije, sommet mythique de l'Oisans. On croise une cordée avec un guide qui redescend, celui-ci me dit : « dépêchez-vous : vous êtes la première femme au sommet aujourd'hui. » . J'enjambe le « Chapeau du Capucin » , petit passage raide où d'un coup, on domine les 800 m de vide de la face Nord. J'ai les yeux embués derrière mes lunettes de glacier … je suis à ma place …

Sommet de la meije , juillet 1989

Sommet de la meije , juillet 1989

Mai 2000 … la grande Casse, « couronnement d'une carrière de skieur alpiniste » : ainsi un célèbre topoguide qualifiait cette longue et raide pente du glacier des grands couloirs.
En ce jour de mai 2000, la montée a été difficile pour moi. Je m'apprête à skier cette pente mythique. Avec mon compagnon de cordée, nous profitons de conditions idéales : temps parfait, excellente neige et solitude absolue sur ces pentes pourtant très prisées.
Je fais deux ou trois virages, je me retourne, je regarde ce « mur » au dessus de moi avec une espèce d'extase. « Je tourne ! J'arrive à tourner ! » J'imaginais être incapable de faire des virages dans cette inclinaison … devoir déraper le glacier des Grands Couloirs de haut en bas … à la place de cela ce sera un plaisir intense au rendez-vous.

Ce n'est pas un couronnement, c'est un début. Pendant une dizaine d'années, le ski de rando sera ma passion première ....

(photo internet) - La Grande Casse, glacier des Grands Couloirs

(photo internet) - La Grande Casse, glacier des Grands Couloirs

Juillet 2004

En bas de la clue d'Aiglun, le torrent a creusé des marmites où l'eau claire se jette en cascade et tourbillonne. Contrairement à la partie haute, sombre et étroite, ces bains bouillonnants naturels sont inondés de soleil, irrésistibles. Comme le courant est puissant, on craint d'être plaqué contre les parois, et de ne pouvoir en sortir. Alors on saute dedans encordés. Une fois, trois fois, cinq fois. On apprend à amortir des deux pieds contre le rocher pour contrer le puissant courant … à la fin, on n'a plus besoin de la corde … apprendre, maîtriser progressivement, progresser, cela aussi, c'est être à sa place.

Cette cascade restera dans un coin de ma mémoire comme un petit paradis …

(Photo internet), la cascade au premier plan

(Photo internet), la cascade au premier plan

Avril 2005

Dans les Alpes de Lyngen, au Nord de la Norvège, c'est encore l'hiver. Notre bateau, le Caroline-Mathilde, nous dépose sur la plage … blanche, et notre petite équipe d'une dizaine de personnes va gravir et traverser un sommet, dont le bateau fait le tour par le Fjord.
La première pensée qui me vient, en remontant à peaux de phoque ce débonnaire sommet, est « Pourquoi ne l'ai-je pas fait avant ? Je suis faite pour ça ! »

Quelques mois plus tard, les pièces seront quelque peu mélangées, et je devrai commencer un autre puzzle …

Mai 2005 dans les Alpes de Lyngen

Mai 2005 dans les Alpes de Lyngen

Juin 2010

Mon premier 300 km … j'en ai rêvé. Et ce matin-là, je suis en route.

Il est 8h30, je viens de faire 100 km, et dans l'air frais, limpide du matin, dans les premières pentes du col de Menée, je ressens une joie profonde. On n'est qu'au début de la journée et j'ai déjà fait 100 km ! J'écris « je me sens plus vivante que jamais ».

J'ai choisi un « défi », ce défi sera à ma portée, avec juste ce qu'il faut de difficultés …dans le monde du vélo, je viens de trouver une place, indiscutablement. Ce n'est pas la dernière …

Juin 2010, Crest, mon premier 300 km

Juin 2010, Crest, mon premier 300 km

20 Août 2015

Quatre jours plus tôt, j'ai ouvert une parenthèse enchantée. Je me suis élancée avec des milliers d'autres sur les routes de Paris Brest Paris.

Des émotions, des hauts, des bas, des échanges, ces quatre jours ont été à la fois extrêmement riches et en même temps, très concentrés sur le but final, sur les tâches essentielles à accomplir pour rallier Paris sans encombre après l'intermède breton.

Je suis arrivée …allongée dans ma chambre à St Cyr l'école, je sombre dans un sommeil bienheureux …il y a la musique des SMS qui arrivent et je la laisse exprès … tendant parfois le bras jusqu'au téléphone pour les lire avec les paupières à demi fermées …

Bonheur d'être « finisher » … fatigue heureuse … et certitude que oui, ma place était là, sur PBP.

PBP 2015

PBP 2015

Même si on n'y arrive pas tous les jours ...

Trouvez votre place ou plutôt ...

 

Trouvez VOS places ! Continuez le puzzle !

 

Bonne et heureuse année à tous !

Question de place

Commenter cet article

KIKI-129 06/01/2016 16:21

C'est beau d'arriver à atteindre quelques uns de ses rêves. Surtout en montagne , à son niveau, un rêve réalisé c'est une partie de sa vie réussie. En plus je remarque que le contact avec la nature est toujours très fort. Souvent c'est en descendant que l'on se rend compte mieux de ce que l'on vient d'accomplir.
Bonne année miss.

Brigitte 06/01/2016 21:16

Gravir un beau sommet, skier une grande pente ou un couloir qui fait rêver, atteindre son objectif sur une cyclo ou sur une épreuve longue distance, tout cela est finalement assez similaire quelle que soit la discipline ... de pleine nature comme tu le fais remarquer. "atteindre les sommets" est d'ailleurs une expression qui est passée dans le domaine de la vie courante. Bonne année Jacky !

TSAGA 05/01/2016 23:17

Oh quel superbe article !
Je viens de temps en temps prendre des nouvelles de ton blog, si agréable à lire !
Je me décide à te laisser un petit mot de bonne année, tant ton article est touchant !
Continue années après années à poser les pièces de ton puzzle, car même s'il reste encore plein de morceaux à compléter (et heureusement !), le résultat qui commence à se dessiner semble splendide !
Très bonne année 2016 !
Ariane

Brigitte 05/01/2016 23:23

Merci beaucoup Ariane ... tous mes voeux également !

David 03/01/2016 20:12

Quel bel article ! :')
Bonne année Brigitte, je te souhaite de continuer à assembler ton puzzle de la plus belle des manières.
J'espère aussi que l'on aura l'occasion de partager quelques km à vélo en 2016 ! Tiens, je vois qu'il y a déjà quelques dates de BRM sur le site de Jean-Philippe...
A bientôt.

Brigitte 03/01/2016 21:26

Merci David ! En effet je suis contente de voir que les BRMs de Grenoble sont de retour.
Je tâcherai d'être de la partie au moins pour les 200 (pour les longs brevets c'est un peu plus contraignant ...) Si tu reviens en Ardèche en vacances, fais-moi signe, je ne suis pas loin et je serai ravie de partager un bout de route avec toi.

Philkikou 03/01/2016 11:49

beau parcours avec de bonnes tranches de vie, de rencontres, de défis... et c'est pas fini !!! bonne année 2016

Et les voeux de bonne année de Jacques Brel sont à la hauteur du personnage : profond, vrai, vivant... A garder en mémoire tout au long de l'année

Brigitte 03/01/2016 21:24

C'est pas fini ...en effet j'espère bien ! Tu devrais toi aussi placer quelques belles pièces de puzzle lors de ton ardéchoise trois jours !

alain kesako 03/01/2016 08:57

Quelle belle rétrospective. Toujours les bons mots sur de belles phrases. Je te souhaite encore beaucoup de plaisir sur le vélo où ailleurs. Bonne année 2016. alain kesako

Brigitte 03/01/2016 21:23

Bonne année à Jo et toi également, et belles balades au soleil de la côte sous les mimosas !