Sardaigne, partie 3, vers la Costa Smeralda

Publié le par Brigitte

Jeudi 19 mai 2016, Cala Gonone - Posada 77 km, 862 m D+ en 4h33

Mon "épisode précédent" se terminait à Cala Gonone , cet endroit ravissant que j'avais cru un moment être un cul de sac.
En ce jeudi matin, la grisaille de la veille n'est plus qu'un lointain souvenir, et ô délice suprême, cette belle petite station balnéaire semble épargnée par le vent. L'idée de ressortir de là par un raidard presque "secret" me plait beaucoup :-)

On trouve sans souci la petite route, repérée la veille à pied. Après une section goudronnée, le revêtement change ; il est fait de dalles de béton juxtaposées, on avait déjà rencontré ça en Suisse, au col du Nufenen.
J'ai retenu le chiffre d'un segment à 10% de moyenne ... mais certaines sections étant à 7% ... cela veut dire que le reste fait plutôt penser à .. Musan, voire à un Montchardon par Cognin. En plus court, heureusement !
Avec les sacoches, à 13 %, si je grimpe à une vitesse de 5 km/h , j'arrive à ne pas me mettre dans le rouge (à 650 m D+/h) , mais tout juste. Ca me permet de contempler quand même le sublime paysage ... pour les photos j'ai les quelques petites pauses pour attendre car en roulant à 5 km/h, je n'ose plus lâcher le guidon .

Mais qu'est-ce que c'est BEAU !

 

 

Sortie de Cala Gonone par la petite porte
Sortie de Cala Gonone par la petite porte
Sortie de Cala Gonone par la petite porte
Sortie de Cala Gonone par la petite porte
Sortie de Cala Gonone par la petite porte
Sortie de Cala Gonone par la petite porte
Sortie de Cala Gonone par la petite porte
Sortie de Cala Gonone par la petite porte

Sortie de Cala Gonone par la petite porte

J'aime bien cette photo qui "rend" bien la pente !

J'aime bien cette photo qui "rend" bien la pente !

Au bout de 2,2 km sans répit, on passe un petit col ; le chemin est encore long pour rejoindre la route d'Orosei, sur une route toujours jolie et sauvage mais très "casse-pattes" avec de petits coups de cul aussi raides que nombreux . Un peu d'incertitude vient s'ajouter, car notre carte n'est pas assez précise pour bien comprendre  où l'on va déboucher.

Ensuite c'est une longue descente super agréable, en pente douce vers la petite ville qui a donné son nom au golfe.

Juste avant l'arrivée, on traverse (pendant 2 km !!!) la plus grande carrière de marbre et de granit que j'aie jamais vu. Ma parole, ils vont découper toute la montagne !

Vous en voulez une tranche ?

Vous en voulez une tranche ?

La ville d'Orosei est agréable et animée, l'occasion pour nous de faire quelques courses pour le midi, et de prendre un capuccino. J'aime bien choisir soigneusement  le lieu pour le capuccino de 11 h du matin (parfois avec le guide du routard :-) ) , là ce sera dans un resto traditionnel, sur une petite place très calme.

Activité "lecture de la carte" à Orosei
Activité "lecture de la carte" à Orosei
Activité "lecture de la carte" à Orosei
Activité "lecture de la carte" à Orosei
Activité "lecture de la carte" à Orosei

Activité "lecture de la carte" à Orosei

On repart sur une route moins passante qu'on l'avait imaginé ... et bientôt on trouve une superbe plage déserte pour casser la croûte et se baigner.

Plage sauvage du côté de Capo Comino
Plage sauvage du côté de Capo Comino
Plage sauvage du côté de Capo Comino
Plage sauvage du côté de Capo Comino
Plage sauvage du côté de Capo Comino
Plage sauvage du côté de Capo Comino
Plage sauvage du côté de Capo Comino

Plage sauvage du côté de Capo Comino

Quelles couleurs !!!
Quelles couleurs !!!
Quelles couleurs !!!
Quelles couleurs !!!
Quelles couleurs !!!

Quelles couleurs !!!

Le vent se lève brusquement, il souffle du Nord Ouest comme d'habitude et pause-baignade presque chaude est oubliée ; de plus une erreur nous fait faire un détour inutile vers Siniscola , au lieu de suivre la côte.

On arrive en vue du village de Posada qui fera l'objet de notre balade du soir ; le camping est à deux kilomètres de là, au bord d'une belle plage que le vent du soir balaye.

Posada, la plage

Posada, la plage

Comme souvent, on plante la tente et on s'installe un peu avant de repartir à vélo visiter le village ; une piste cyclable le relie au camping et à la plage .

Posada, village perché aux ruelles étroites, qui n'est même pas mentionné dans les guides touristiques vaut vraiment la visite. C'est vraiment mignon, avec plein de maisons anciennes, étonnantes petites terrasses avec vue sur la mer ... le resto qui est tout en haut a une véranda panoramique sur 180° ... et pas de boutiques de souvenirs, ou peut-être une seule !

C'est là-haut qu'on s'abrite du vent pour la soirée. Il ne fait pas chaud du tout.

Belle variété pour cette étape, pour les terrains, les paysages et le climat !

 

Posada le soir
Posada le soir
Posada le soir
Posada le soir
Posada le soir
Posada le soir
Posada le soir
Posada le soir
Posada le soir
Posada le soir

Posada le soir

Vendredi 20 mai 2016, Posada-Cugnana avec AR à Porto Rotondo 91 km, 831 m D+ en 5 h38

Après la belle étape de la veille, j'ai trouvé celle-ci un peu décevante, car elle a cumulé les points négatifs : vent de face réellement violent, sortie d'Olbia pénible avec gros trafic automobile, et secteur de Porto Rotondo un peu quelconque.

Nous repartons donc de Posada en luttant contre le vent de N .

Au bout de 20 km, la route côtière nous fait grimper un affreux coup de cul à 12% avec de terribles rafales, l'une d'elle fait mettre pied à terre à Jérôme en urgence, et à moi aussi, vu que j'étais juste derrière. On finit par venir à bout de ce passage mais la descente n'est pas très sure non plus avec cette force de vent.

Avant midi, on fait un petit tour dans Porto San Paolo ; on y trouve un superbe point de ravitaillement à noter pour les voyageurs : la boulangerie "il fornaio"  vend non seulement tous les types de pains, focaccia  mais aussi toutes les spécialités sardes, fromage, charcuterie, huile d'olive, nougat , à prix très raisonnable... on y trouve aussi un café avec une terrasse abritée du vent, ouf. On en a réellement besoin, j'ai les yeux rouges comme un lapin russe.

 

 

Porto San Paolo
Porto San Paolo

Porto San Paolo

Nous abordons ensuite la grande ville d'Olbia, et l'entrée dans la ville nous surprend plutôt par sa facilité ; c'est certes une grande route, mais il n'y a pas grand monde et on se retrouve dans une ville agréable avec une belle avenue qui descend jusqu'au port, des promenades aménagées en bord de mer.

Balade dans Olbia (à l'heure de la sieste ... c'est calme !)
Balade dans Olbia (à l'heure de la sieste ... c'est calme !)
Balade dans Olbia (à l'heure de la sieste ... c'est calme !)
Balade dans Olbia (à l'heure de la sieste ... c'est calme !)
Balade dans Olbia (à l'heure de la sieste ... c'est calme !)
Balade dans Olbia (à l'heure de la sieste ... c'est calme !)
Balade dans Olbia (à l'heure de la sieste ... c'est calme !)
Balade dans Olbia (à l'heure de la sieste ... c'est calme !)

Balade dans Olbia (à l'heure de la sieste ... c'est calme !)

Après la visite de la ville, on repart vers la Costa Smeralda et là vraiment ce n'est pas top du tout !!! On se retrouve sur une sorte de voie rapide (toutefois pas interdite aux vélos) avec une circulation infernale ; circulation qui continue au-delà sur la route de la Costa Smeralda. C'est pas drôle !!! Surtout face au vent .... déjà qu'on n'avance pas ! C'est l'endroit où je prends le plus d'avance sur Jérôme car je mets toute mon énergie pour me débarasser de ces sections au plus vite ... pas envie de buller dans un endroit pareil ...

On parvient à notre camping à Cugnana , d'où l'on repart "à vide" pour visiter le cap de Porto Rotondo, un luxueux petit port.

Le coin est joli, aménagé avec de luxueuses résidences dont l'architecture soignée n'abime pas le paysage, mais l'ensemble n'est pas aussi beau que Cala Gonone ou d'autres endroits que nous verrons par la suite. Nous allons ensuite jeter un oeil à la plage de Marinella qui est mignonne ... mais le vent frais ne donne pas envie de se baigner.

Porto Rotondo et plage de Marinella
Porto Rotondo et plage de Marinella
Porto Rotondo et plage de Marinella
Porto Rotondo et plage de Marinella
Porto Rotondo et plage de Marinella

Porto Rotondo et plage de Marinella

Notre camping est encore à demi-fermé à cette saison . Dans ce coin luxueux, ce sera le camping le moins cher du voyage (10 € au total) ; il est pourvu d'une énorme piscine de 50 m et d'une fosse à plongeon, vides et fraichement repeintes. Le restaurant du camping est aussi fermé, le seul restaurant que nous trouverons pour le soir est celui d'un petit port à 2 km de là, où l'on nous sert une énorme assiette de poissons, calamars et autres produits de la mer grillés.

 

Malgré le vent nous progressons tout de même vers le Nord ; les étapes finales pourront être courtes, et de jolis sites attendent encore notre visite.

Publié dans vacances - voyages

Commenter cet article

gilles 29/05/2016 22:01

Vraiment superbe !!!!!!

Brigitte 29/05/2016 22:07

Merci Gillou ! C'est vrai que c'est attirant comme coin !

Gérard (du 95) 27/05/2016 12:39

Tu as raison, il peut parler le Baptiste... tu vas voir, encore un peu il va nous dire qu'il y était pour travailler :-)
Non non, il faut continuer, ça nous permet de nous évader en te lisant, et si parfois tu as l'impression de ne pas avancer, c'est qu'on est sur ton porte bagages ^^

Brigitte 27/05/2016 21:08

Ah c'est pour ça que je ne grimpe pas le Ventoux en une heure :-))))

cestdurlevelo 27/05/2016 10:13

Je vais te faire une Valex, là.... c'est trop injuste de montrer tant de beaux coins et de supers moments vécus à vélo alors ques les autres bossent !!!

Brigitte 27/05/2016 11:01

Kicéki était dans les Cévennes :-) ?