Sardaigne, partie 4, le soleil, l'eau et la pierre

Publié le par Brigitte

Samedi 21 mai 2016, Cugnana- Santa Teresa di Gallura (la Liccia) 69 km , 776 m D+ en 4h21

Jusque là, nous avions eu un temps plutôt clément, mais jamais chaud. La veste n'était jamais bien loin et reprenait du service durant les arrêts un peu prolongés. Ce samedi va être l'une des deux plus belles journées en terme de météo, et par chance l'étape bien que courte est spectaculaire ... à ne plus savoir où tourner l'appareil photo.

Nous repartons du camping de Cugnana en espérant que la route sera moins fréquentée le matin. Avant de partir, on doit passer au supermarché faire le plein d'eau, car l'eau est non potable dans de nombreux coins de Sardaigne, on a découvert ça la veille. On en boit copieusement depuis le début sans problème particulier, mais bon, maintenant qu'on le sait, c'est flippant !!! (Il semble quand même qu'elle soit très bonne à Oliena, Dorgali et Cala Gonone grâce à la source)

Dès que nous avons tourné en direction de San Pantaleo, la route, qui grimpe bien, devient magnifique.

J'ai gardé de mes années "escalade" une sensiblité particulière au rocher, dont j'aime voir la forme, le grain , la couleur etc. Je repère les prises, j'imagine l'adhérence des chaussons ... Ces rochers-là me plaisent énormément. Ils donnent vraiment envie de les gravir.

 

 

Vers San Pantaleo
Vers San Pantaleo
Vers San Pantaleo
Vers San Pantaleo
Vers San Pantaleo
Vers San Pantaleo

Vers San Pantaleo

Le petit village de San Pantaleo juste derrière vaut lui aussi la visite. C'est vraiment mignon ... presque un peu trop "bien léché" mais calme et assez typique.

San Pantaleo, capuccino
San Pantaleo, capuccino
San Pantaleo, capuccino
San Pantaleo, capuccino
San Pantaleo, capuccino
San Pantaleo, capuccino

San Pantaleo, capuccino

Avec la toute nouvelle sensation de chaleur, la descente qui suit est un vrai bonheur.

On se pose beaucoup de question sur une petite route côtière pour aller à Palau, car la carte ne permet pas de bien voir si elle débouche. Heureusement qu'on l'a prise ... car on aurait raté une section marquante du voyage.

On commence par traverser Caniggione, une petite station balnéaire d'allure plutôt familiale, pourvue d'un parc et d'une belle piste cyclable en bord de mer .

Sardaigne, partie 4, le soleil, l'eau et la pierre
Sardaigne, partie 4, le soleil, l'eau et la pierre
Sardaigne, partie 4, le soleil, l'eau et la pierre
Sardaigne, partie 4, le soleil, l'eau et la pierre
Sardaigne, partie 4, le soleil, l'eau et la pierre

La piste s'arrête et une petite route fait suite, au bord de laquelle on ne tarde pas à dénicher une délicieuse petite plage, où l'on fait une halte baignade.

Une invitation à se tremper ...
Une invitation à se tremper ...

Une invitation à se tremper ...

Attirés par des formes rocheuse inhabituelles, on continue jusqu'au Capo del'Orso défendu par une série de coup de cul assez sérieux (jusqu'à 12% par endroit là encore ...) . Mais l'effort est récompensé ; une petit parc qui se visite à pied (15 mn) permet de grimper jusque sous les jambes de "l'ours"  , énorme rocher creusé, d'où l'on a un panorama grandiose sur Palau et les îles de la Maddalena (tiens, la Mado ... que vient-elle faire là ???)

 

Ca jette !!!
Ca jette !!!
Ca jette !!!
Ca jette !!!
Ca jette !!!
Ca jette !!!
Ca jette !!!
Ca jette !!!

Ca jette !!!

Nous reprenons maintenant la route vers Palau, station assez tranquille à cette période de l'année, pour rejoindre par des vallonnements Santa Teresa du gallura. Cette petite ville touristique sert de départ pour les ferries à destination de la Corse, que l'on voit fort bien.

C'est une première journée estivale, mais de manière assez timide car vers 17-18 h la température retombe et le vent, jamais au repos, se fait sentir.

Santa Teresa di Gallura et les falaises de Bonifacio
Santa Teresa di Gallura et les falaises de Bonifacio
Santa Teresa di Gallura et les falaises de Bonifacio
Santa Teresa di Gallura et les falaises de Bonifacio
Santa Teresa di Gallura et les falaises de Bonifacio
Santa Teresa di Gallura et les falaises de Bonifacio
Santa Teresa di Gallura et les falaises de Bonifacio
Santa Teresa di Gallura et les falaises de Bonifacio
Santa Teresa di Gallura et les falaises de Bonifacio

Santa Teresa di Gallura et les falaises de Bonifacio

Il ne reste qu'à trouver le camping, il est à 10 km et situé à quelques minutes à pied d'une très jolie plage (Renata Maggiore) . Les petits chemins côtiers nous permmettent une balade à pied pour le soir. Au camping je goûte une curieuse patisserie sarde , les Seadas ; c'est un dessert en forme de gros ravioli qui contient du fromage et est servi avec du miel.

Source : internet !

Source : internet !

Balade du soir
Balade du soir
Balade du soir

Balade du soir

Dimanche 22 mai 2016, La Liccia-Valle Doria, 64 km (+4km le soir) , 839 m D+ en 3h48 (roulé !!!)

Après le samedi, le dimanche sera encore plus estival; c'est un peu le temps que je rêvais d'avoir en mai, en Sardaigne.

L'étape sera courte, on approche du but et on a tout le temps nécessaire à présent. Et c'est une journée pour aller à la plage.

Cette fois, le bord de mer sera celui de la Costa Paradiso et ses eaux émeraudes. Que vont faire les gens sous les tropiques, on se le demande, car ici, côté couleurs , c'est un festival ... à commencer la la lande qui est fleurie ...

 

Sardaigne, partie 4, le soleil, l'eau et la pierre
Sardaigne, partie 4, le soleil, l'eau et la pierre

Costa Paradiso est un drôle d'endroit. Ca ressemble à ... rien que je connaisse. Il faut imaginer une sorte de village de vacances, à l'architecture très soignée, il faut le dire, avec plusieurs sortes d'hebergements dont certains luxueux, et d'accès très contrôlé mais public, du moins en ce moment . Les maisons se fondent dans le paysage et la végétation reste la reine.
Le paradis se mérite ... il faut grimper de bons petits murs en plein soleil ...avant de descendre, descendre ... eh oui, repartir du paradis se mérite plus encore, avec un virage composé de deux rampes à  14% suivi d'un mur à 17% où les sacoches se font lourdes !!!

Mais avant cela, depuis le parking situé tout en bas, on prend un petit sentier aménagé le long de la mer, reste à choisir qui une crique rocheuse, qui une plage sablonneuse. On choisit les rochers (jolis sauts possibles) mais attention aux oursins près des bords ... l'eau est si transparente qu'on les repère bien mais ça inquiète un peu quand même.
Les rochers eux-même sont étonnants (granit rouge ou blanc avec des veines de quartz)
 

Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !
Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !
Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !
Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !
Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !
Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !
Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !
Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !
Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !
Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !

Coin de pique-nique pas moche mais qui se mérite !

Une fois ressortis de notre trou, il faut grimper un col sans nom en deux ressauts successifs; le thermomètre du vélo grimpe à 38°C , et pour la première fois, on est un peu juste en eau. Pas de bar dans ce secteur, et presque tous les commerces , s'il y en avait, sont fermés entre 13h et 17 h.  C'est dans le village situé au col qu'on trouvera une petite boutique de primeur qui vend de l'eau.

Une descente de rêve sur une très bonne route conduit à Valle Doria, où se trouve le camping, à 50 m de la mer. Il fait assez chaud cette fois pour se baigner le soir !

 

Sardaigne, partie 4, le soleil, l'eau et la pierre
Sardaigne, partie 4, le soleil, l'eau et la pierre

Publié dans vacances - voyages

Commenter cet article

j 08/06/2016 23:00

Moi aussi j'aime beaucoup !

pascal CHEDEVILLE 31/05/2016 16:38

Bonjour, j'aime beaucoup ce que vous faite à très bientôt
Pascal
http://www.avionnormandie.com
avionnormandie@gmail.com

Brigitte 01/06/2016 21:02

Merci !

gilles 29/05/2016 22:06

Magnifique roche , quel beau pays !!!!!

Brigitte 29/05/2016 22:24

Plutôt calcaire au Sud et centre Est , granit au Nord un peu comme les iles lavezzi en corse . Avec des formes incroyables !

Gérard (du 95) 27/05/2016 23:49

Ces couleurs ! Quand on voit des cartes postales, on n'y croit pas, on se dit qu'il y a du photoshop derrière, mais là, ces bleus, ces verts, ces ocres.
Pour l'eau... ben chez nous c'est habituel qu'elle soit non potable :-)
Tu es d'une région privilégiée... ici même celle du robinet est parfois à éviter pour un cyclo... tellement chargée en agents chimiques qu'elle t'agresse le palais, l'œsophage puis reste sur l'estomac^^

Brigitte 28/05/2016 19:23

A Grenoble elle était très bonne ... à Valence c'est moins bien mais de là à dire qu'elle n'est pas potable, il y a de la marge. De plus (c'est vrai on est privilégié) tous les 20 ou 30 km on trouve des fontaines , des points d'eau dans les villages etc ... c'est pratique pour le cyclo !