Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud

Publié le par Brigitte

Samedi 14 mai 2016

L'après-midi du 14 mai sera consacré à la "logistique" du voyage :

- Voyager en voiture de Bourg les Valence à Barcelone (en espagne ! ... pas Barcelonne, le petit village doté d'une tour à une vingtaine de km de la maison d'où ne part aucun ferry)
- Trouver un parking où laisser la voiture pendant les 9 jours en Sardaigne
- Et embarquer à 22 h ( le bateau aura déjà 1h30 de retard au départ)

Nous avons choisi un parking à deux kilomètres du port, pour bénéficier d'un tarif plus intéressant.

La soirée est assez longue pour se balader un peu en vélo dans le quartier des plages et du port à Barcelone ; on retourne chercher les bagages après le dîner et on embarque sur l'énorme Ferry de Grimaldi Lines, qui me fait penser au Titanic , sauf qu'on ne peut pas se mettre à la proue et dire qu'on est les rois du monde, seul le pont arrière est accessible. En plus, il n'a même pas coulé, le seul incident étant les trois heures de retard à l'arrivée.
Nous n'avions pas de cabines, j'ai dormi allongée par terre dans la salle de repos , avec mon matelas et oreiller comme au camping. Ça n'a pas l'air très autorisé, mais le bateau étant à moitié vide, c'est toléré. Ca m'a rappelé PBP, et j'ai bien dormi :-)

Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud
Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud
Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud
Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud

Dimanche 15 mai, Porto-Torres, Torre di Porticciolo (Camping) , 57 km, 509 m D+ en 3h35

Avec le retard du bateau, il est plus de 14 h lorsque nous commençons notre petite virée ... et la première chose qui nous frappe sur le quai, à Porto Torres ... c'est le vent. On tient à peine debout !

Nous commençons par une petite visite au village pour voir l'église romane; on traverse un important marché.

Porto Torres
Porto Torres

Porto Torres

On détermine où s'arrêtera notre étape (le découpage n'était pas fait d'avance), et c'est parti ! Les premiers kilomètres sont un peu éprouvants car , d'une part, on a le vent de 3/4 face, et d'autre part, c'est moooche ! Des zones industrielles plates, des champs pelés et des sacs plastiques sur les côtés de la route :-( ... pas du tout à l'image de ce qu'on verra ensuite, mais on ne le sait pas encore !

Dix kilomètres plus loin, les choses s'améliorent, de plus on change un peu de direction et on commence à grimper de petites collines. On fait une halte pour jeter un oeil à un joli petit étang.

 

Ouf, ça s'arrange !
Ouf, ça s'arrange !
Ouf, ça s'arrange !

Ouf, ça s'arrange !

ce n'est pas la mer :-)

ce n'est pas la mer :-)

C'est encore mieux lorsqu'on découvre la très belle baie derrière le camping ; dommage, le soir s'approche, et il fait plutôt froid. Dès qu'on approche de la mer, le vent souffle violemment .

Jérôme qui utilise un drap thermique au lieu d'un duvet n'aura pas très chaud cette nuit-là et les suivantes.

Après installation on repart manger à 2 km de là .

Torre di Porticciolo
Torre di Porticciolo

Torre di Porticciolo

On n'a pas beaucoup pédalé mais il faut bien manger quand même ;-)

On n'a pas beaucoup pédalé mais il faut bien manger quand même ;-)

Lundi 16 mai 2016, Torre di Porticciolo-Bosa, 82 km, 1200 m D+ en 4h48

Cette étape est l'une des plus belles du voyage, avec une exceptionnelle route côtière et deux petites villes superbes, Alghero et Bosa.

Nous démarrons sous un soleil radieux (et un vent toujours assez féroce, mais il sera majoritairement favorable) , par une petite viste au Capo Caccia.

Haut-lieu touristique, le Capo Caccia s'atteint par une route magnifique, et est très touristique, car la route dessert une grotte marine très fréquentée. Parcourir la route est un vrai bonheur (ça monte et ça descend, parfois fort !) , mais autant le dire, ça se termine en queue de poisson ;-) car le cap lui-même est un terrain militaire .
Heureusement un peu avant l'arrivée il y a un point de vue à ne pas manquer !

On quitte le camping ...

On quitte le camping ...

Capo Caccia
Capo Caccia
Capo Caccia
Capo Caccia
Capo Caccia
Capo Caccia
Capo Caccia
Capo Caccia
Capo Caccia
Capo Caccia
Capo Caccia

Capo Caccia

On arrive à l'heure du déjeuner dans la petite ville d'Alghero . L'entrée est agréable, avec une piste cyclable qui longe une série de plages. De plus le vent est désormais favorable !

Après une visite de la petite ville, on repart pour la splendide "traversée du désert" que constitue la route Alghero-Bosa.

Pas un village sur cette route côtière, sur 48 km, il n'y a RIEN que les hautes collines et la mer.

Ca grimpe, ça descend, avec des points de vue tous plus beau les uns que les autres.

Enfin, rien, ce n'est pas tout à fait exact. 6 km après Alghero, il y a une plage magnifique avec un petit café. Il fait assez chaud pour une baignade ...

Alghero
Alghero
Alghero
Alghero
Alghero
Alghero

Alghero

Arrêt baignade ... ensuite, on sera en moyenne 150 m D+ au-dessus du niveau de la mer.

Arrêt baignade ... ensuite, on sera en moyenne 150 m D+ au-dessus du niveau de la mer.

Une route côtière fantastique ... un vrai spot pour le vélo !!!!
Une route côtière fantastique ... un vrai spot pour le vélo !!!!
Une route côtière fantastique ... un vrai spot pour le vélo !!!!
Une route côtière fantastique ... un vrai spot pour le vélo !!!!
Une route côtière fantastique ... un vrai spot pour le vélo !!!!
Une route côtière fantastique ... un vrai spot pour le vélo !!!!
Une route côtière fantastique ... un vrai spot pour le vélo !!!!
Une route côtière fantastique ... un vrai spot pour le vélo !!!!

Une route côtière fantastique ... un vrai spot pour le vélo !!!!

Franchement cette route (qui doit être très chaude en été ! et aucun point d'eau) est un véritable ravissement . Les descentes extatiques succèdent aux bosses (souvent sur 100-150 m D+, dépassant parfois les 8% ) C'est LE tronçon à ne pas manquer.

Tout est à voir, pierres, flore, paysage ...
Tout est à voir, pierres, flore, paysage ...
Tout est à voir, pierres, flore, paysage ...

Tout est à voir, pierres, flore, paysage ...

De bosse en point de vue sur la côte, on arrive à Bosa.

Cette petite ville n'a pas de camping, et tandis qu'on cherche du côté de l'Auberge de jeunesse (fermée) , une dame nous emmène dans une pizzeria qui loue de petites maisons sur la plage. C'est là qu'on dormira cette nuit :-)

Bon OK, c'est une plage bizarre, il y a de l'herbe ;-)
Bon OK, c'est une plage bizarre, il y a de l'herbe ;-)
Bon OK, c'est une plage bizarre, il y a de l'herbe ;-)

Bon OK, c'est une plage bizarre, il y a de l'herbe ;-)

La ville de Bosa offre un étonnant spectacle au soleil couchant ! On a le temps de se balader dans les rues ...

Après deux jours notre descente vers le Sud est déjà terminée, demain on quitte la mer pour traverser la Sardaigne ...

Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud
Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud
Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud
Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud
Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud
Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud
Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud

Allez, une petite figue de Barbarie pour attendre l'épisode suivant (OK, elles ne sont pas mûres ...)

Sardaigne, première partie, la descente vers le Sud

Publié dans vacances - voyages

Commenter cet article

grimpeur-du-26 29/05/2016 16:57

je voit que les villes de Sardaigne sont bien équipé pour nous autres cyclos avec de belles pistes cyclables. les villages colorés de bords de mer sont splendide

Brigitte 29/05/2016 18:48

Ca commence, au niveau équipement, dans certaines stations balnéaires qui se sont modernisées pour le tourisme : pistes et locations de vélo au programme. C'est quand même en retard sur Barcelone, qui est très au point pour le vélo.

Laurent BENET 27/05/2016 16:27

merci pour le partage de cette première étape qui semble bien sympathique
en effet si les magasins ferme de bonheur il y a interet à prévoir et à s'organiser
je m'en vais lire la suite

KIKI-129 27/05/2016 10:24

SUPERBES ces aventures de cyclotouristes, le voyage à vélo c'est vraiment bien. J'en ai fait peu mais c'est toujours dans ma tête. La Sardaigne en mai ça parait idéal.

Brigitte 27/05/2016 11:03

Je pense qu'en décalant à début juin-mi-juin c'est encore mieux pour profiter du côté maritime, et c'est encore OK pour la circulation. La logistique est assez simple (on peut faire un voyage moins cher en cuisinant au camping), pour le reste on bénéficie des prix hors-saison pour tout.

cestdurlevelo 27/05/2016 07:35

Ouahou, que c'est beau ! Mais c'est aussi pas facile, visiblement, entre ce vent gênant, et ces portions parfois sans point d'eau ! Et pour manger vous faisiez comment ? Vous aviez eemporté de quoi recharger les batteries en cours de route ?
En tout cas, les photos sont réellement incroyables. Comme tu le dis dessous, la lumière est belle. Et les bellesz couleurs des maisons, etc... ouahou !

Brigitte 27/05/2016 07:57

Vu les nombreuses pauses touristiques, manger ne posait pas de problème. On achetait de quoi pique-niquer à la plage le midi, et en journée on mangeait parfois une barre ou un biscuit; l'eau aurait réellement posé problème s'il avait fait plus chaud, mais là, ce n'était pas le cas. Il semble que l'eau du robinet ne soit pas potable en de nombreux points de Sardaigne ... donc il faut trouver une épicerie pour acheter de l'eau. Et elles ferment entre 13h et 17 h ... du coup il faut prévoir ! Les petits villages ont quand même souvent un café.

Gérard (du 95) 26/05/2016 23:17

Ah une nouvelle aventure cyclotouriste itinérante :-)
je commençais à m'inquiéter de ce silence sur le blog, mais tout s'explique, et bien.
Je vois que le vent sévit décidément partout cette année, entre Baptiste qui en a souffert dans les Cévennes, dans l'Estérel, Cricri qui a vu le Ventoux se refuser à lui, qu'il aille donc voir ailleurs si on y est ce sacré Eole :-)
bon c'est vrai parfois le vent chasse aussi les nuages
En tout cas, ce vent au moins ne te décourage pas et ne fait pas trembler ton appareil photo, Les clichés sont splendide, on dirait des cartes postales

Gérard (du 95) 27/05/2016 01:10

Ma rééduc, ça se poursuit bien, et je pense pouvoir bientôt être sur la route. j'ai vu le chir aujourd'hui, c'est consolidé, enfin (8 mois et demi quand même), je vais pouvoir refaire du muscle^^
mais il va me retirer une broche au niveau du coude en ambulatoire le 15 juin. car elle est proéminente et risque sérieux d'infection si elle perce la peau. Je vais donc attendre après cette intervention, si j'ai repris assez de force dans le bras :-)

Brigitte 26/05/2016 23:37

Merci Gérard ! Très photogénique la Sardaigne, avec une lumière très "propre" pendant quasiment toutes la durée du séjour.
Oui affreux le vent cette année !!! Et toi où en es-tu de ta rééducation ? Plus d'article de blog ?