Là-haut sur la montagne

Publié le par Brigitte

Vendredi 1 er juillet 2016, vélo de route, Oisans, 73 km, 2059 m D+ en 4h34

Il y a cinq ans, j'avais eu l'occasion de faire ce très beau parcours

Aujourd'hui, c'est avec Coco et Franco que je me gare à Rochetaillée.

Comme dit Patrick Bruel "C'est fou c'qu'un crépuscule de printemps. Rappelle le même crépuscule d'y a 10 ans. ". Là ce n'est pas le crépuscule, mais le matin, ce n'est pas le printemps, c'est l'été, il n'y a pas dix ans, mais cinq ans. Pour le reste ... même vallée encaissée, mêmes montagnes imposantes, mêmes hordes de cyclistes hollandais, même ciel limpide ... et même petite fraîcheur matinale.

Il y a deux approches pour gagner le pied de la montée de Villars-Reculas, pour nous ce sera par le barrage d'Allemond, car Coco "kiffe les barrages" . Tellement même qu'elle ne fait qu'une bouchée de ce premier et que je ne pourrai pas la photographier dessus. Il paraît qu'il y avait des messieurs à doubler. Attention au jour où elle va mettre un dossard :-)

 

Premier barrage (photo spéciale Coco)

Premier barrage (photo spéciale Coco)

La montée est agréable, pas très régulière, mais sans grande difficulté. Elle est ombragée en partie basse, et de plus la température est quasiment parfaite.

Elle donne accès à un balcon vallonné , qui termine en descente légère pour rejoindre Huez en Oisans.

Petit bémol après le pas de la Confession : la présence de gravillons, heureusement relativement "praticables" . Je ne peux pas m'empêcher de râler un peu, mais j'oublie assez vite devant la beauté du paysage.

Là-haut sur la montagne
Là-haut sur la montagne
Là-haut sur la montagne
Là-haut sur la montagne
Là-haut sur la montagne
Là-haut sur la montagne
Là-haut sur la montagne
Là-haut sur la montagne
Là-haut sur la montagne
Là-haut sur la montagne
Là-haut sur la montagne

A Huez, changement d'ambiance, avec la partie haute (sur 4 km)  de la classique montée de l'Alpe d'Huez.
Je ne la trouve pas spécialement jolie. Son prestige attire de très nombreux cyclistes, mais il y a bien mieux dans le coin ... surtout qu'elle est loin d'être dépourvue de circulation, en particulier ce jour, avec la Marmotte le lendemain.
Les derniers lacets ne sont pas les plus raides, mais je les trouve pénibles quand même, et j'ai la dalle. On fait un arrêt à la fontaine ... tout près du podium ... et quasiment au milieu du marché avec les odeurs de saucissons et de poulet rôti ... hein Franco  !

On s'en fout, on a gagné !
On s'en fout, on a gagné !

On s'en fout, on a gagné !

Une fois passée l'effervescence de l'Alpe, on entre en montagne ... aujourd'hui en compagnie de très nombreux cyclistes, pour lesquels Alpe d'Huez - Col de Sarenne constitue un échauffement en vue du lendemain.

Les ornières d'autrefois n'existent plus depuis que le Tour de France est passé par là, mais c'est toujours une petite route, presque dépourvue de véhicules motorisés, qui descend puis regrimpe en pleine nature au milieu des fleurs et torrents (mais pas des marmottes, car l'autre, la grande, semble les avoir fait fuir)

On atteint ainsi le Col de Sarenne qui malgré sa frustrante altitude de 1999 m est le plus haut col de Coco .

 

 

 

Montée au Col de Sarenne
Montée au Col de Sarenne
Montée au Col de Sarenne
Montée au Col de Sarenne
Montée au Col de Sarenne
Montée au Col de Sarenne
Montée au Col de Sarenne

Montée au Col de Sarenne

En redescendre n'est pas très facile, on est certes un peu secoué mais c'est quand même grandiose ... Après un petit coup de cul assez traître (mais Franco nous avait prévenues) , on arrive sur le second barrage pour le plus grand plaisir de Coco !

En passant, on peut voir les travaux liés au glissement de terrain qui a condamné , il y a un an, la route vers Briançon, et a enclavé tout le secteur. Sur l'autre rive, une route "de secours" a été construite .

 

Descente vers le Chambon où la cascade est en pleine forme
Descente vers le Chambon où la cascade est en pleine forme
Descente vers le Chambon où la cascade est en pleine forme
Descente vers le Chambon où la cascade est en pleine forme
Descente vers le Chambon où la cascade est en pleine forme
Descente vers le Chambon où la cascade est en pleine forme
Descente vers le Chambon où la cascade est en pleine forme
Descente vers le Chambon où la cascade est en pleine forme
Descente vers le Chambon où la cascade est en pleine forme

Descente vers le Chambon où la cascade est en pleine forme

Corinne et le barrage n°2

Corinne et le barrage n°2

Il reste deux-trois kilomètres de rapide descente sur la grande route , avant d'atteindre le Freney d'Oisans, où commence une sérieuse (et chaude)  montée vers les balcons de l'Armentier. 

Par chance la température n'atteint pas les sommets d'il y a cinq ans ; le thermomètre du GPS ne dépasse pas 34°C ... certes on consomme de l'eau, mais ça reste acceptable ; et même agréable quand la pente s'atténue ou s'inverse ... on profite à fond de ce balcon très aérien.

Notre bonne humeur culmine à Armentier le haut, où elle retombe momentanément : la descente vers la Garde est totalement couverte d'une épaisse couche de gravillons.

Un scandale à mes yeux, sur un itinéraire essentiellement fréquenté par les deux roues, motorisés ou non, et très prisé en cette saison. . Le danger est bien présent, Franco nous fait un petit numéro d'équilibre (heureusement réussi).
Dans une société où on interdit la baignade dans un lieu qui a connu une noyade, où on verbalise des cyclistes parce qu'ils écoutent de la musique sur un lecteur mp3, où il faut mille formalités administratives pour faire la moindre sortie, on n'hésite pas à envoyer du monde au carton avec des tonnes de gravillons partout . Et dans ce coin là, on ne parle pas du passage d'un cycliste de temps à autre, mais bien de centaines, chaque jour. Désolée, mais ça m'énerve.

Bon, on arrive à la Garde, et on se calme devant la fontaine. Reste la descente des derniers lacets de l'Alpe, en croisant les cyclistes qui montent, certains déjà en perdition avec la chaleur qui grimpe aussi, d'autres très à leur aise.

Du Freney à La Garde
Du Freney à La Garde
Du Freney à La Garde
Du Freney à La Garde
Du Freney à La Garde
Du Freney à La Garde
Du Freney à La Garde
Du Freney à La Garde
Du Freney à La Garde
Du Freney à La Garde
Du Freney à La Garde

Du Freney à La Garde

Avant de rejoindre la voiture à Rochetaillée par une longue ligne droite, nous prenons le temps d'un casse croûte dans la petite ville de Bourg d'Oisans, lieu de ralliement des montagnards comme des cyclistes. Demain elle verra passer du monde !

Quant à nous trois, nous rejoignons la vallée surchauffée avec dans la poche une belle sortie dans le style "condensé et convivial" ... style qui sera le nôtre du 9 au 11 juillet, mais j'y reviendrai !

Commenter cet article

jeanpba 11/07/2016 12:41

salut Brigitte et vous trois
superbe parcours, j'aime beaucoup ce coin. Je suis d'accord avec toi pour les gravillons, mais au BRO on les a eu à la montée ! quand je vous ai vu sur le barrage du chambon, je me suis dit que vous alliez faire trois kilomètres de montée vers les deux alpes pour prendre la belle route des travers ! elle vaut aussi le coup avec son encorbellement. Si tu reviens dans le coin, je te conseille aussi le solude par la route joseph paganon au dessus de bourg d'oisans. Personne ne le connait celui-là...
aller, bon vélo !
jean-philippe

Brigitte 12/07/2016 16:32

Merci pour ces suggestions Jean-Philippe ! Je connais le col du Solude mais pas la route des travers ... à faire !!!

Alex 05/07/2016 09:31

Très jolies photos :)
J'ai reconnu de suite, même sans lire le texte, le coin est magnifique.
De belles vus sur le Taillefer, la Meije, le glacier du Mont de Lans..

Je n'ai pas fait les routes de corniche, seulement les routes principales (Croix de Fer/Glandon, Poutran, Sarenne, Solude - mais par le côté Ornon ^ ^). seulement une à pied : Villard Reculas à Huez

Brigitte 05/07/2016 11:54

C'est un coin que je connais beaucoup plus pour la montagne et le ski que pour le vélo, mais petit à petit , j'en découvre les charmes à deux roues :-)

j 02/07/2016 18:59

Superbe, presqu'aussi beau que les Pyrénées ;)

Brigitte 02/07/2016 19:25

Est-ce que tu pédales aussi vite que tu valides, James ;-) ?
Je veux bien croire que les pyrénées, c'est beau ... et je connais très mal, j'avoue :-(

James 02/07/2016 19:00

j pour james, validé trop vite !

franco 02/07/2016 17:48

comme quoi hein même sur 80 petits kms on peut prendre un sacré panard tellement l'endroit est magnifique les photos le prouvent bien ,comme j'aime a le dire l'Oisans reste le summum de la saison pour moi ,la preuve j'y suis retourné aujourd'hui avec dom par contre nous avons tourné autour des nuages ,après nous êtres garé a R ioupéroux nous avons pris la direction de sechilienne pour grimper le col de la morte nous n'avons pas basculé car les nuages menaçaient nous avons donc rebroussé chemin pour aller grimper le col d'ornon en a/r avant de casser la croute au bourg d'Oisans et finalement rentrer avec un bon vent dans le nez ..mais il y a encore du boulot en perspective dans le coin..pour revenir a nous ce fut une superbe journée...

Brigitte 02/07/2016 18:06

Bel enchainement de montagne pour toi 8-) ... merci pour cette idée de parcours originale !

p'tetortue 02/07/2016 10:42

Brigitte, pratiquement le même parcours que mon BRO! Sauf que moi, je l'ai vu en noir et blanc! enfin, j'ai eu aussi un peu de bleu comme toi. Ca me fera l'excuse d'y retourner. Sinon, toujours de très belles photos ;) bravo à vous tous

Brigitte 02/07/2016 16:06

Bravo pour ton BRO, avec la grisaille et même de la pluie si j'ai bien compris, il faut du courage ! En effet très beau temps pour nous, et en étant en bas en tout début d'après midi, on a échappé au plus gros de la chaleur