Retour dans l'Oisans sauvage

Publié le par Brigitte

Jeudi 14 juillet, randonnée pédestre, montée au refuge de la Lavey , 400 m D+

Vendredi 15 juillet , alpinisme/rando glaciaire , traversée du col de la Lavey (3309 m) 1500 m D+ et retour à la Bérarde.

Je n'en reviens pas : ça fait dix ans qu'on n'avait pas fait d'alpinisme. Un peu d'escalade en moyenne montagne il y a quatre ans, une randonnée d'altitude au Pic Turbat en 2014 ... certes, mais ce n'est pas de l'alpinisme ... c'est fou comme le temps passe.

Même à l'époque où la montagne était au centre de mon activité sportive, je n'ai jamais dépassé 6 courses alpines dans une saison. Déjà parce qu'une sortie prend souvent deux jours ... qu'il faut du beau temps, de la place dans le refuge ...

De la place, oui, surtout pour le "pont" du 14 juillet , ce n'est pas simple ! On nous propose un logement sous tente aménagée aux abords du refuge. On vise un objectif long, mais techniquement peu compliqué (c'est une classique à skis), la traversée du col de la Lavey, qu'on ne connait ni l'un ni l'autre.

Un temps frais et nuageux nous accompagne ce jeudi. Il va se dégrader le soir, nous laissant quand même le temps de nous balader au dessus du refuge. Le chemin pour rejoindre celui-ci est très agréable, à recommander aux familles, et la partie plate une fois dans le vallon ne m'a pas parue si longue qu'on le dit.

Montée au refuge de la Lavey
Montée au refuge de la Lavey
Montée au refuge de la Lavey
Montée au refuge de la Lavey
Montée au refuge de la Lavey
Montée au refuge de la Lavey
Montée au refuge de la Lavey

Montée au refuge de la Lavey

Le refuge et la balade au dessus, avec vue sur le massif du Soreiller
Le refuge et la balade au dessus, avec vue sur le massif du Soreiller
Le refuge et la balade au dessus, avec vue sur le massif du Soreiller
Le refuge et la balade au dessus, avec vue sur le massif du Soreiller
Le refuge et la balade au dessus, avec vue sur le massif du Soreiller
Le refuge et la balade au dessus, avec vue sur le massif du Soreiller

Le refuge et la balade au dessus, avec vue sur le massif du Soreiller

Le refuge est entouré d'une verte pelouse, de plusieurs cabanes en pierre et de ruisseaux ; l'endroit est charmant et l'accueil , les informations sur les conditions de la montagne, tout comme le repas sont au top. Nous ne profiterons pas de la terrasse ... il fait froid, et plus tard la pluie fait son apparition accompagnée d'un vent de nord glacé ! Mais les prévisions sont bonnes pour le lendemain .

Lever 4 h ... le petit déjeuner nous attend, les thermos sur la table ... lorsque nous mettons le nez dehors, on aperçoit les toutes premières lueurs du jour.

Nous prenons la direction du lac des Rouies sur un bon sentier qui suit le fond de vallée pendant un certain temps.

Le soleil vient lécher les plus hautes crêtes, tandis que le froid s'intensifie encore. Il gèle pour de bon !

 

En direction du lac des Rouies
En direction du lac des Rouies
En direction du lac des Rouies
En direction du lac des Rouies
En direction du lac des Rouies

En direction du lac des Rouies

Le terrain se complique un peu sous le lac. Il faut suivre les cairns avec attention, sous peine de perdre le sentier. De plus, le rocher est parfois verglacé, et la terre très dure à cause du gel, ce qui rend certains passages délicats.

Terrain compliqué sous le lac, il ne faut pas louper les cairns !

Terrain compliqué sous le lac, il ne faut pas louper les cairns !

Bientôt, on débouche au niveau du lac des Rouies (2722 m)  ... au soleil. L'endroit est vraiment splendide.

C'est au bout de ce lac, que l'on va chausser les crampons pour grimper sur les pentes de neige au-dessus

Retour dans l'Oisans sauvage
Retour dans l'Oisans sauvage
Retour dans l'Oisans sauvage
Retour dans l'Oisans sauvage
Retour dans l'Oisans sauvage
Retour dans l'Oisans sauvage
Retour dans l'Oisans sauvage

Peu à peu, la vue sur le lac se modifie tandis qu'on s'élève sans difficulté technique dans une neige parfaitement regelée et accrocheuse.

Approche du Col de la Lavey
Approche du Col de la Lavey
Approche du Col de la Lavey
Approche du Col de la Lavey
Approche du Col de la Lavey
Approche du Col de la Lavey

Approche du Col de la Lavey

Pas même le temps de faire une photo au col lui-même ! Jérôme s'engage dans la descente de l'autre côté ....pressé d'en finir avec l'altitude qui le fatigue.

Avant le col/ après le col !
Avant le col/ après le col !

Avant le col/ après le col !

On descend sur le glacier de l'âne pendant 400 m de D - . par contre, je ne sais pas où est l'âne :-)

Ni le passage de l'âne. En fait, comment on descend de ce fichu glacier suspendu ?

 

Pas de crevasse sur ce petit glacier débonnaire !
Pas de crevasse sur ce petit glacier débonnaire !
Pas de crevasse sur ce petit glacier débonnaire !

Pas de crevasse sur ce petit glacier débonnaire !

On commence à s'inquiéter un peu après avoir fait une tentative vers le bas qui ne passe pas. On remonte sur notre "âne" et là, on retrouve deux personnes qui étaient au refuge hier . Eux aussi ont fait deux (autres) tentatives vers le bas qui ne leur ont pas plu. 

On unit donc nos échecs et par élimination on trouve contre la paroi à gauche une trace pourvue de cairns, qui termine certes sur des éboulis un peu déplaisants mais qui rejoint le glacier du chardon, adieu l'âne, bonjour le chardon ;-)

Terrain un peu bizarre pour passer de l'âne au chardon !
Terrain un peu bizarre pour passer de l'âne au chardon !
Terrain un peu bizarre pour passer de l'âne au chardon !
Terrain un peu bizarre pour passer de l'âne au chardon !

Terrain un peu bizarre pour passer de l'âne au chardon !

Une fois sur le glacier du chardon ... hum, j'aimerais bien être en hiver avec trois mètres de neige et des skis ... car même s'il ne s'agit que de marche ... la marche dans des éboulis interminables est particulièrement lente et exigeante pour les muscles.

Le front glaciaire (glacier du chardon)
Le front glaciaire (glacier du chardon)
Le front glaciaire (glacier du chardon)

Le front glaciaire (glacier du chardon)

Peu à peu le terrain redevient plus facile ... mais sacré distance quand même ... quand on rejoint enfin un sentier, il reste bien 1h30 de marche pour parvenir à la Bérarde.

Vallon du Carrelet

Vallon du Carrelet

La suite est une sucession d'évènements chanceux : lorsqu'on arrive à la Bérarde à plus de 18h30, bien "cuits" , on trouve tout de suite un randonneur pour nous ramener en voiture, 7-8 km plus bas dans la vallée ... on s'aperçoit qu'on a oublié la tente pour camper (il faut le faire !!!) mais on trouve tout de suite de la place et à dîner au gîte des Arias trois kilomètres plus bas ... Une bonne adresse d'ailleurs ce gîte , situé à Pré Clot , à la limite du déneigement de la route en hiver.

Samedi 16 juillet 2016, randonnée pédestre, sentier des Perrons , 15 km, 800 m D+

Objectif (et heure de lever) beaucoup plus cool le lendemain , départ de St Christophe vers 9 h en direction des Deux Alpes, après avoir trouvé à La Cordée de quoi faire des sandwiches.

La Cordée est un établissement mythique de St Christophe en Oisans. On y trouve de quoi manger mais aussi des vêtements, des produits divers mais surtout une impressionnante librairie consacrée à la littérature de montagne ; c'est aussi un hôtel restaurant et un café ... au décor préservé depuis 1907 .

 

Le sentier des Perrons se déroule sur une dizaine de kilomètres entre ce village et la station des Deux Alpes; il s'agit d'un sentier aérien, très bien équipé de câbles dans tous ses passages délicats. Ce n'est pas un itinéraire de tout repos, car il y a des sections raides et bien plus de dénivelé que ne le laissent supposer un point de départ et d'arrivée quasiment à la même altitude.

Ce sentier traverse une grande variété d'environnement : pentes herbeuses raides, falaises, forêt . Et que dire du contraste entre le village de St Christophe, paisible et toujours un peu à l'écart du monde, et la station des deux Alpes très animée par l'activité VTT de descente grâce aux remontées mécaniques !

 

De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes
De St Christophe aux Deux Alpes

De St Christophe aux Deux Alpes

Et une fois là ?

Il existe un télécabine entre les deux Alpes et le fond de vallée, à Venosc. Un très bon chemin fait des lacets en dessous ; il faut moins d'une heure pour rejoindre le fond de vallée en passant par le charmant village de Venosc .

Pour les 7 km qui permettent ensuite de rejoindre notre voiture, il existe des sentiers, mais nous avons opté pour l'alternance marche/stop (il y a peu de voitures mais elles s'arrêtent facilement ... échange de service entre randonneurs/ alpinistes/grimpeurs) . Le secteur propose aussi une belle via ferrata au-dessus du torrent , ainsi qu'un court parcours en rafting sur les eaux bleues et froides du Vénéon.

Venosc et le Vénéon
Venosc et le Vénéon
Venosc et le Vénéon
Venosc et le Vénéon
Venosc et le Vénéon
Venosc et le Vénéon

Venosc et le Vénéon

Publié dans alpinisme

Commenter cet article

KIKI-129 26/07/2016 11:17

superbe reportage rando montagne = ma bouffée d'air frais et pur pour cet été, les photos sont + belles les unes que les autres
ça donne trop envie d'y aller, déjà rien qu'au refuge ce serait le pied

Brigitte 27/07/2016 22:07

Aller jusqu'à ce refuge est vraiment une petite balade ! Par contre il y en a d'autres dans les Ecrins où la montée est une véritable ascension (par exemple le refuge de l'Aigle)

grimpeur-du-26 20/07/2016 13:15

le paradis des glaciers, bravo pour ces randonnées et ces très belles photos !

Brigitte 27/07/2016 22:09

Les courses rocheuses sont un peu épargnées, encore que l'accès à certaines voies en rocher se fait par la neige et se complique quand le glacier fond. En revanche il y a des glaciers autrefois crevassés et délicats qui ressemblent maintenant à de débonnaires champs de neige. La montagne change ... les alpinistes doivent s'adapter !

grimpeur-du-26 26/07/2016 11:25

oui hélas tout les glaciers fondent, ça promet d’être compliqué de pratiquer l'alpinisme dans quelques décennies...

Brigitte 20/07/2016 18:00

ils reculent ces glaciers de l'Oisans !!!

anon38 18/07/2016 16:35

Très belles photos.........merci pour ces très beaux paysages.

Brigitte 18/07/2016 19:36

Merci !