Une autre facette du vélo

Publié le par Brigitte

Dimanche 24 juillet 2016, vélo de route, Chrono du Col des Limouches 74 km, 1200 m D+ en 3h15

L'an dernier, je m'étais "risquée" à participer à une première grimpée chronométrée, organisée par le club Valrhona, sur les 7,7 km qui relient les localités de Mauves et de Plat en Ardèche. A priori, rien n'était plus aux antipodes de ma pratique ... mais j'aime bien grimper. La seule chose qui me freinait était l'idée que "tous les gens qui font des grimpées sont de bons grimpeurs (euses) ".

Au final 10 ème femme sur 17, ce n'était ni brillant ni ridicule ; bref, je pouvais recommencer un jour :-)

La manifestation organisée autour du Col des Limouches ce 24 juillet est de nature un peu différente.

Son côté éclectique d'abord : avec la route privatisée pour cette manifestation, elle invite tous les amateurs de plein air à se manifester : ski roues qui auront droit aussi au chronométrage, cyclos avec ou sans "dossard" , marcheurs ou pratiquants de CAP, VAE . J'aime bien ce mélange.

D'un point de vue plus personnel, cette grimpée est presque d'ampleur double par rapport à celle de Plats (du moins en dénivelé) . Elle est plus pentue, plus longue, paradoxalement ça me convient mieux comme type d'effort, car il m'est moins difficile de trouver un rythme, même soutenu, pour plus de 50 mn , que d'être à fond pendant 27 mn, avec une féroce envie de ralentir chevillée au corps.

Crédit photo : Stéphane Marcou

Crédit photo : Stéphane Marcou

Je me présente sur les lieux d'inscription un peu avant 8 h, j'ai été devancée par le boss :-)  Cependant conformément à nos choix respectifs, c'est moi qui partirai une heure avant lui .

Il me reste un peu de temps pour m'échauffer, j'en profite pour aller chercher un mini-QOM de moins de 1 km dans le coin, que je savais prenable. Deux autres petites bosses me permettent de constater que la forme n'est pas trop mal.

J'allège le vélo au maximum, je ferai la grimpée avec juste un demi-bidon d'eau + sirop de cassis , pas de matériel de réparation, pas d'argent, pas d'appareil photo., mais un petit coupe vent quand même, que je ne regretterai pas.

Mon départ se fait donc à 9 h 01 , juste après toute une série de "skieurs" . Il faut chausser les cales à l'arrêt, tenue par un bénévole. J'ai très peur !!! je n'ai pas l'habitude qu'on tienne mon vélo et je n'arrive pas du tout à rester droite :-) ... dans le genre je ne fais confiance qu'à moi-même !

A l'instant T,  il me donne une petite impulsion et c'est parti . Rhaa c'est bon c'est de nouveau moi qui guide mon vélo !

Une partie de mon activité consiste à doubler les "ski-roues" partis devant moi . Et un, et deux, et trois. Et sept. Je pars assez vite, un oeil sur le cardio, pour atteindre la zone autour de 160 bpm  (environ 88% FCMax) mini, que je sais pouvoir tenir le temps d'une grimpée aux Limouches. parfois ça me prend une demie heure, et parfois je n'y arrive pas du tout, mais là il me faut à peine quelques minutes.

Je me fais dépasser de suite par quelques "chronos" rapides partis juste après moi.

Je vois arriver Olive qui est à l'échauffement, il m'accompagne sur un petit bout de chemin, eh eh je prends encore 8 pulses, je grimpe bien, je me dis que plus haut je me calmerai un peu histoire de gérer.

Quand je me retrouve en solo je récupère, retourne à 160 bpm, je bois une gorgée, puis de nouveau je reprends graduellement de l'intensité, ça va plutôt bien (un bon indicateur de forme est justement que je sois capable de "gérer" ce paramètre ... up and down, up and down) .

C'est quand même fou le mental, je fais 11 km de col à 165 bpm de moyenne, alors qu'en solo j'atteinds difficilement cette valeur, même quelques secondes !

Je vise un groupe que je dépasse, puis un participant (hors-chrono) en vélo couché, voilà qu'il téléphone, je le dépasse, il me reprend et je m'accroche. Il me parle puis s'excuse en voyant que j'ai une plaque (on reprendra la conversation au sommet !!!! ) . Je finis par le laisser lui aussi un peu derrière, ainsi qu'un autre participant qui m'encourage gentiment.

On entre dans un brouillard épais. J'aime bien, la température fraîche me convient. Et l'environnement cotonneux me permet d'être concentrée sur mon effort, de rester dedans sans que ma tendance-à-buller-en-regardant-le-paysage revienne au galop.  Je ne trouve pas du tout le temps long , en fait je trouve même le temps court. Mais le col aussi. Curieusement contrairement à mon habitude je ne me mettrai pas beaucoup en danseuse dans cette montée ... juste parfois pour relancer

Voilà déjà le replat .... ne pas relâcher !

Dernier ressaut, j'ai déjà fait un peu mieux dans le passé, mais ça passe pas mal, j'ai encore un peu de ressources pour accélérer jusque sur la ligne d'arrivée, où j'arrive moins "taquet" qu'au chrono de Plats  .

Arrivée en 50'21", rien d'intéressant pour le classement (j'ai surtout des gens en ski-roues derrière moi) , mais 2'30" de moins que mon meilleur temps, datant de l'été dernier, dans de bonnes conditions, et jamais répété depuis. C'est même 7 mn de moins que jeudi dernier... où pourtant je n'avais pas tellement bullé.

Quelques podiums de skieurs et de cyclistes
Quelques podiums de skieurs et de cyclistes
Quelques podiums de skieurs et de cyclistes

Quelques podiums de skieurs et de cyclistes

Oui je sais Olive, mon APN ne peut pas rivaliser avec celui de Stéphane !

Oui je sais Olive, mon APN ne peut pas rivaliser avec celui de Stéphane !

Une autre facette du vélo

Après la grimpée, et la petite collation usuelle au sommet, je redescends dans le brouillard. En partie basse, je croise Olive qui vient de commencer sa montée qu'il terminera en 33'06'.

En attendant la remise des récompenses, je profite de la possibilité d'essayer un vélo de route à assistance électrique sur les premières kilomètres du Col des Limouches. C'est Mahaut Tupin et Julien Martin, qui tiennent le magasin Giant Valence, qui tiennent un stand dédiés à ces essais.

Il faut reconnaitre que la sensation est bluffante ... de pouvoir, avec un effort très léger, emmener la plaque et grimper dans du 7% à 26 km/h ... c'est à dire plus vite que les plus rapides ... ça fait drôle :-)

Je suis certaine que ce type de vélo est promis à un grand succès, et les applications sont multiples (Trajets domicile-travail, transport d'enfant, soucis de santé, rééducation ) ...

Pour l'instant j'ai toujours autant le goût de l'effort et j'ai vraiment pris plaisir à ma grimpée chrono ;-)

Jérôme qui a grimpé le Tourniol vient me retrouver pour le pique-nique et le café dans la guinguette agréablement décorée à gauche de la route.  L'attente est un peu longue pour la remise des prix, du coup je le laisse rentrer et je reste encore un peu :-D 

 

 

Publié dans vélo

Commenter cet article