Vive le sport

Publié le par Brigitte

Samedi 30 juillet 2016

Si vous êtes passionné de sport, nul doute que vous entendrez des remarques récurrentes au sujet de votre pratique, de la part des sédentaires mais aussi de la part d'autres sportifs qui n'ont pas votre vision des choses ! Ces remarques se veulent souvent bienveillantes, mais elles ont parfois un petit fond acide qui nous fait frémir.

Les femmes semblent être légèrement plus ciblées que les hommes.

Il y a deux moyens d'y échapper : être exceptionnel et passer à la télévision régulièrement (mais alors il faut rester au niveau !!!! rien ne nous est pardonné) ... ou être très ordinaire dans notre pratique , une ou deux heures deux fois par semaine !

Sinon on entend :

1 - "Tu es bon(ne ) pour l'asile"
Cette remarque vient particulièrement si on se lève tôt ou si l'on sort quand il fait froid, deux choses qui sont considérées comme l'enfer sur terre. Une distance excessive sur une sortie vélo provoque le même effet. La remarque a sa variante gentille "Tu es un grand malade" ou bien "Quel courage" , ces deux dernières "passent" beaucoup mieux ... mais cela dénote une difficulté à comprendre qu'on a du PLAISIR à rouler, marcher etc , même dans le froid, même tôt, même longtemps.

Si la sortie s'effectue avec un ou des compagnons, on sera en général mieux compris, en mettant l'accent sur la convivialité, aspect qui est plus universel.

2- "Tu fais trop de sport " (sous entendu : c'est mauvais pour toi )
Variante : "Mais tu ne t'arrêtes jama
is !"

Ce type de remarque peut être bienveillant et constructif de la part d'un sportif expérimenté, qui signifie alors qu'inclure des temps de repos dans votre entrainement augmentera votre performance.
Mais souvent il s'agit de projections de craintes personnelles (du style, moi j'écoute mon corps, je n'en fais pas trop et il ne m'arrivera rien) teintée d'un fond de jalousie.

Attention si vous avez le moindre souci de santé ! Le premier virus qui s'attaque à vous et vous entendrez "c'est ton corps qui te dit stop " .

Ben voyons, il n'y a que les sportifs qui attrapent la grippe et la gastro ? Ou c'est le contraire ? Pour ne parler que de ces soucis courants !!!! Je serais curieuse de voir les statistiques (mon opinion là-dessus est que plus on passe d'heures dehors, moins on est touché par les virus saisonniers ... ce n'est peut-être pas directement lié au sport lui-même)

Nombre de médecins n'échappent pas à ces préjugés : toute douleur est attribuée à un excès de sport ; d'autre part à cause du bon état général des sportifs, ils peuvent avoir du mal à faire entendre un vrai problème .

Et puis d'abord, trop, par rapport à quoi ? qui a écrit les règles ?

Vive le sport

3- Tu ne profites pas de la vie  (variante : il n'y a pas que le sport dans la vie)

Qu'est-ce que profiter de la vie ? (Vous avez deux heures ;-) )
Le problème, c'est qu'on n'a pas tous la même définition, loin de là.

Effectivement, si profiter de la vie, c'est aller à des soirées où on boit plus que de raison, émerger difficilement le dimanche matin (ou pire allez à des repas de midi qui durent 4 heures) , ben alors, je ne profite pas de la vie ... parce que je ne le fais pas ou si rarement que je m'en souviens à peine ... mais ça m'est bien égal car j'ai un plaisir très "faible" à ce style de "sorties"  ... ça ne marque pas mon existence, ça ne remplit pas mon coeur de joie, on rigole bien OK ... je bois un verre, pourquoi pas, mais au-delà j'ai sommeil ... et je m'ennuie...

Il n'y a pas que le sport dans la vie ... c'est évident. Et je n'ai pas besoin qu'on me dise ça. C'est stupide (et ça m'énerve, pour tout dire) . Même l'année où j'ai fait 31 000 bornes, j'ai bouquiné, skié, marché, bloggé, voyagé, regardé des films, (et même travaillé) et surtout, surtout, toujours gardé les aspects relationnels au centre de mon univers ...

Tu n'as plus de vie sociale  ... si, (et sans doute plus que celui qui le dit ...) ... par contre c'est vrai que cette vie sociale passe essentiellement à travers le sport et les sportifs... et qu'il devient difficile de conserver le lien avec des sédentaires absolus ... je ne dis pas que c'est impossible, c'est juste difficile ...si on ne peut pas partager autre chose qu'un repas ... certaines relations s'éteignent ... pour le reste j'ai comme on dit "créé du lien" à travers le sport ... et il ne s'agit pas de contacts superficiels ...

Tu négliges ta famille

Ce qu'on oublie, c'est qu'il y a mille et une autre manières que le sport de laisser la famille de côté ... sans doute moins visibles, mieux acceptées ... et celui qui le dit en connait certaines ... la première étant la paresse !

Une variante qu'on entendra dans les conversations, est que untel ou unetelle  a divorcé ... parce qu'il faisait trop de sport , à cause de SON sport ... comme pour les troubles de santé, facile de tout attribuer au sport, juste parce qu'il est visible de l'extérieur ... la plupart des gens ne savent rien du tout !!!

Vive le sport

4- "Le vélo (l'alpinisme, le ski de rando, rouler sous la pluie, rouler la nuit, rouler en hiver) c'est dangereux !"
Là encore, ces remarques, quand elles viennent de parfaits inconnus, qui ne seraient pas du tout affectés par nos éventuelles infortunes, sont un peu douteuses. Ces gens cherchent à se rassurer en se disant qu'il ne leur arrivera rien, à eux , puisqu'ils respectent les "règles " (qui le plus souvent n'existent que dans la bouche des journalistes mal informés et avides de sensations). Ils cherchent à se poser en "adulte" vis à vis de nous, sportifs, gamins irresponsables ... 

S'il s'agit de proches, on ne peut pas leur en vouloir, ils expriment une inquiétude, parce qu'ils sont "imprégnés" par les prédicats de notre société sécuritaire.

Evidemment, vivre pleinement est dangereux. Chacun a son propre "niveau de risque acceptable", qui peut aussi varier au cours de la vie. Se condamner à vivre très en dessous de ce seuil (comme ces jeunes fanas de jeux videos et qui ne confrontent pas leur corps à la réalité) , c'est juste ... dommage.

Apprendre à limiter les risques dans une pratique sportive, cela fait partie du jeu. On acquiert alors de l'expérience ... un sens de l'observation accru ... de meilleurs réflexes ...
 

Vive le sport

5- Oui mais moi , je ne peux pas (j'ai pas la forme, j'ai la rate qui s'dilate, j'ai trop de travail, mon conjoint ne veut pas etc )
Ben OK tu ne peux pas ... je ne vais pas culpabiliser d'y aller quand même !!!
 

6- Les sportifs, tous des dopés

Par bonheur je n'ai jamais entendu qui que ce soit d'autres que de parfaits inconnus faire ce genre de remarques ... en général je souris et je dis, si vous pensez que je suis dopée, c'est que je roule fort aujourd'hui, merci !

De nombreuses personnes ne peuvent pas s'empêcher de suggérer que vous avez un "produit" dans le bidon (j'ai envie de les arroser avec ... tant pis s'il y a du sirop de cassis) , ou encore un moteur !

Définitivement il faut prendre ça comme un compliment :-D

 

 

Pour en terminer avec cette petite compilation, restons dans le sport !

Avec deux très belles épreuves ce WE (ou partant ce WE)

La TCR : Trans Continental Race , une course de longue distance en totale autonomie entre Belgique et Turquie. Alex Bourgeonnier y participe pour la seconde fois. (voir le suivi en direct !)

On y retrouve également Bjorn Lehnart , le plus rapide de Paris-Brest paris l'an dernier .

 

Le REV (Raid Etrême Vosgien) avec plusieurs membres du team Cyclosportissimo, Laurent Bruynooghe, Patrick Gilles, Silvère Mory, Jacques Barge (600 km ou 400 km selon la formule choisie)

 

Bonne route à tous !

 

(et n'oubliez pas de me raconter les remarques que votre pratique a sucité :-)

Publié dans Divers

Commenter cet article

pascal 10/08/2016 11:49

Ca pourrait faire un super sujet de philosophie ton sujet.
Le vélo c'est compliqué car ce n'est pas seulement un sport c'est aussi un moyen de se déplacer à faible coût et ne sais pas toujours dire
si je suis en train de faire du sport.
Pour trouver du temps pour en faire, c'est facile, il suffit de remplacer 90% de ses trajets en voiture par des trajets en vélo surtout que ce temps là
c'est du temps pour personne et qui est subi.
Par rapport aux maladies, le vélo est un révélateur, s'il y a un truc qui cloche, tu le verras plus vite.

Le vélo permet aussi d'acquérir de solides connaissances au niveau de la géographie, de la météo comme le sens des vents au cours d'une journée d'été et
si tu te débrouilles bien en jouant avec les vents et les vallées, tu peux avoir du vent quasi favorable toute la journée.

Pour le dopage, il suffit de répondre qu'on fait du vélo pour se doper et non l'inverse.
Le vélo, il y a tellement de pratiques différentes et en variant les pratiques, on ne s'ennuie jamais, le plus important c'est de prendre du plaisir
lorsqu'on en fait et pas en faire comme une torture.Avec le vélo, on découvre finalement qu'avec peu de moyens, on accède au bonheur

Brigitte 25/08/2016 09:40

Tout à fait Pascal (notamment en ce qui concerne la santé et le sport en tant que révélateur ! )

James 05/08/2016 22:09

Comme dit Laurent un peu plus bas, qu'est ce qu'on a fait de mal pour s'infliger ça ?
Vous avez quatre heures !

Brigitte 25/08/2016 09:37

Chut ... ce qu'ils ne supportent pas, c'est qu'on soit heureux ! Laissons croire que c'est une galère de pédaler !

kesako 02/08/2016 17:18

Malgré mon silence, je lis régulièrement tes péripéties. Ton message est superbe, combien de fois ai-je entendu ce genre de remarque. J'avais pour principe de ne pas répondre et surtout de ne pas discuter avec des gens qui ne comprennent rien. Aujourd'hui je fais 2 à 3 sorties par mois toujours accompagné, et mes problèmes qui était liés pour certains au vélo, n'ont pas changé.J'ai d'autres activités moins prenantes, et j'ai un manque, mais j'ai fait un choix que je respecte. Continue comme tu l'entends et tu continueras à vivre de grands moments. Amicalement. Le bonjour à tous ceux que j'ai pu cotoyer grâce à toi alain kesako

Brigitte 02/08/2016 21:26

Contente d'avoir de tes nouvelles Alain ! Je ne manquerai pas de passer ton bonjour aux membres de notre petite équipe. J'espère que tu profites du bord de mer ! Peut être pas en ce moment car il y a du monde !

KIKI-129 02/08/2016 15:53

Coucou Brigitte,
c'est bien marrant et tellement vrai, je remarque aussi qu'il y a des remarques des fainéants qui disent tout ça même à propos de ceux qui font un peu de jardin, du débroussaillage, du bénévolat dans diverses associations, s'occupent de leurs petits enfants, vont au boulot à pieds et si on fait en plus du sport (seul , en famille, en groupe) si on va se promener aux champignons (comme moi et ma femme ) nous sommes vite catalogués comme bien fous......" ah ah ah ! "comme dirait véloblan. Nous allons aussi voir des concerts, au ciné, au théâtre, jouer à la belote, au scrabble...plus la lecture.
Mais sans activité il n'y a pas le plaisir de réaliser plein de choses soi même, de plus on rencontre des personnes formidables.
Même si j'ai ralenti le sport les multi activités c'est mieux que TV+canapé.

Brigitte 02/08/2016 21:24

Effectivement on croise des personnes (de tous âges d'ailleurs) avec un niveau d'énergie peu élevé, qui se contentent d'une vie un peu au ralenti, plutôt en mode passif. C'est dur d'être compris ...

Michel 01/08/2016 09:46

Hello Brigitte. J'ai bien aimé ton selfi avec le maillot a pois !!!

Sinon, il est évident qu'on entend tous ce genre de remarque a un moment ou un autre. Il faut faire avec et parfois, c'est lassant d'essayer de trouver les mots pour se justifier. Bref, je continue a faire du sport parce que je me sens très bien depuis que je roule. Le vélo m'a apporté du bien être à tous les étages et je ne reviendrai jamais en arrière....

Amitiés, Mimi.

Brigitte 01/08/2016 20:17

Je l'ai trouvé beau ce petit dessin ;-) J'ai aussi un maillot à pois, mais c'est des petits pois bleus !
Je crois que tu pointes là LA raison majeure pour laquelle les vrais passionnés font du sport : parce qu'ils se sentent bien ou mieux ainsi, et par ce que ça les rend heureux ! Parfois cela vaut la peine de trouver les bons mots justement ... parfois il faut juste laisser dire ! Bonne semaine Mimi !