Normandie Valence 2016 : le trop long J2

Publié le par Brigitte

Lundi 22 août 2016, Fleury les Aubrais Lapalisse , 295 km, 1300 m D+ en 13h50 (total 15h30)

Lever 4 h, départ 4h30 ... pourquoi si tôt ? parce que j'ai réservé un hôtel à 320 km de là . Une erreur dès le départ . J'imaginais rouler vite dans ces contrées plates, nettement plus vite que sur un Valence-Ventoux-Valence. J'avais choisi un endroit agréable, permettant de raccourcir le troisième jour déjà bien pourvu en dénivélé.
Bref, en ce lundi matin, j'ai 320 km à faire donc je me lève tôt !

Contrairement à la veille je pars en forme, l'esprit vif, et les repérages de la soirée font merveille. Je ne perds la piste cyclable qu'une seule fois, et sur 20 mètres ! , je n'ai pas compris qu'elle tournait et je me retrouve à rouler sur un chemin de terre.

La lune est encore bien présente, c'est une belle nuit claire et très fraîche au lever du jour où l'on frôle les 10 degrés.

Lorsque j'arrive à Sully sur Loire, il fait jour ... je peux admirer le château et faire un tour à la boulangerie. J'ai bien travaillé.

Sully sur Loire

Sully sur Loire

Une météo magnifique !
Une météo magnifique !
Une météo magnifique !
Une météo magnifique !

Une météo magnifique !

Sur un terrain presque parfaitement plat, je continue plein sud, sous un soleil éclatant. Trop éclatant. Mais où est donc mon écran total ? Je fouille les poches du sac, gratte dans la sacoche ... rien ... je vais devoir trouver une ville avec une pharmacie et attendre 14 h . Erreur n°1

Autre bricole, je réalise que j'ai bien rechargé mon GPS mais pas mon téléphone. je dois l'éteindre pour économiser la batterie. Ca peut paraître rien mais ça me contrarie (un peu) Erreur n°2

En attendant je longe des canaux, où circulent des péniches. Parfois les occupants des bateaux me saluent. Mais par contre, point de cyclistes. Le vent de SE très léger du matin s'est un peu renforcé. Je l'ai de face tout le temps, et au fil des kilomètres, il m'use. Je voudrais bien une roue, s'il vous plait ;-)

Depuis le début ma moyenne roulée n'est pas à la hauteur. j'ai d'abord mis ça sur le compte de l'heure de nuit ... mais je n'ai jamais rattrappé ensuite. Il s'agit bien du vent, car quand je fais un petit détour, je vois qu'en circulant dans l'autre sens je me retrouve sans rien faire à 28 km/h . Mais un facteur aggravant est que j'ai oublié de refaire la pression des pneus. Ils ne sont pas à plat, loin de là , mais ... erreur n°3

Normandie Valence 2016 : le trop long J2
Normandie Valence 2016 : le trop long J2
Normandie Valence 2016 : le trop long J2
Normandie Valence 2016 : le trop long J2
Normandie Valence 2016 : le trop long J2
Normandie Valence 2016 : le trop long J2
Normandie Valence 2016 : le trop long J2
Normandie Valence 2016 : le trop long J2

Du côté de Sancerre, le paysage devient plus vallonné. Oh, pas de très grosses bosses, mais des collines très aplaties , avec de fréquents passages à 3-4 % . par bonheur on trouve parfois un peu d'ombre. C'est plutôt joli, même si c'est bien moins varié que nos régions.
Je quitte les bords de Loire et je pique au Sud, pour éviter Nevers par l'Ouest . Je me souviens avoir trouvé le temps un peu long entre deux villages, je commençais à chercher de l'eau ; j'ai du faire une erreur à cause d'une déviation, et je n'ai découvert que ce soir sur strava que j'ai fait un détour de plusieurs km. Erreur n°4

J'atteinds enfin Sancoins où j'avais dormi en 2011 ... une ville où il y a une pharmacie ... et là je retrouve mon écran total tout au fond du sac qui a trop de poches, mais il est bientôt 15 h , j'ai déjà bien grillé :-(  Trop tard, espèce de belette sans cervelle.

 

Tard, oui, il est tard. J'ai la sensation de ne pas avancer, de mal gérer mes pauses. Aucune n'est reposante car je me limite à acheter de la nourriture ou demander de l'eau , ce qui est compliqué, et pas toujours possible car la plupart des villages sont déserts. Souvent il me reste de l'eau dans le bidon, mais elle chauffe ... berk.

A Sancoins je reprends une belle petite route fléchée pour le vélo, qui rejoins Moulins en longeant l'Allier.  Le vent, quoique pas très fort  y est très présent et défavorable, et je roule toujours à 21,5 km/h , pas moyen d'en sortir.

De nouveau, l'arrivée à Moulins me paraît longuette .... je vois que là aussi, j'ai fait un détour stupide ! Pourtant j'avais une carte ... mais je ne voulais même pas m'arrêter pour la regarder !

Il y a cinq ans, j'avais bien aimé Moulins, heureuse de voir une ville, après trop de "désert" et de maisons sans présence humaine à travers le centre de la France. En ce lundi après-midi, beaucoup de commerces sont fermés.

Je tournique un peu, refais le plein, achète une quiche, mange un pain au raisin ... 17 h25 :-( 

Je voulais atteindre Lapalisse à 19h, me poser pour dîner jusqu'à 19h40, et terminer vers 21 h au Mayet de Montagne. Mais je sens bien que ça ne va pas être possible.

L'allier
L'allier
L'allier

L'allier

Moulins
Moulins

Moulins

Et là je prends ma pire décision de la journée (Erreur N°5 )

Pour aller à Lapalisse, il y a deux routes : une petite vallonnée plutôt sympa (que je connais)... et la N7 . Je crois que le kilométrage est le même.

Et là, imaginant que je vais rouler plus vite sur un grand axe, je choisis la N7 .

Une horreur ... et d'une ce n'est pas moins vallonné que la petite route, les montées sont toutes droites et désagréables . Et de deux, le vent est de face, tout pareil. Ajoutez un camion toutes les dix secondes lancé à 90 km/h et vous avez le tableau.

Au bout de 20 km de ce régime, je vois apparaître des tas de petites douleurs et inconforts (ampoules aux mains , mal aux fesses, aux pieds, aux épaules etc )  , je perds ma motivation ... mais je ne fais rien pour rectifier le tir au niveau trajet ! alors que c'était possible !

Au km 274, une vingtaine de km avant Lapalisse , le GPS me lâche à son tour.  Si toi aussi tu m'abandonnes ... je ne vois même plus l'heure ... Le soleil, lui, jette ses derniers feux bien brulants ; j'achète de l'eau gazeuse car je n'ai plus envie d'eau plate. Encore 20 bornes de galère ...

J'arrive à Lapalisse vers 19h45 (km 295) , dans de très mauvaises dispositions : j'ai plus envie de rouler du tout !!! En plus j'ai la peau qui brule à cause des coups de soleil et plein de frissons, je suis à la limite de l'hypoglycémie, donc je déclare forfait pour l'hôtel réservé :-(

Arrivée à Lapalisse, km 295
Arrivée à Lapalisse, km 295

Arrivée à Lapalisse, km 295

Si j'avais eu de la compagnie, j'aurais probablement terminé la journée par une bonne pause dîner, puis de nuit les 23 km restants (plutôt montants) ; mais là je me dis que je n'ai aucune barrrière horaire à respecter ... rien d'obligatoire à valider, et tout ce que je veux, c'est me doucher, manger et dormir MAINTENANT. 

La chance tourne, car malgré les nombreux établissements fermés (encore !) je trouve en 5 mn un hôtel restaurant (hôtel du Bourbonnais) aux tarifs raisonnables et qui sert des petits déjeuner dès 6h30 le matin ! Ce qui est rare !  Je me fais taper sur les doigts par contre, au téléphone,  par la patronne de l'autre hôtel, qui ne comprend pas bien ma problématique ;-)

C'est vrai, je rumine un peu mes erreurs. Surtout la dernière. Et ayant coupé l'étape 2 trop tôt, la dernière devient difficile avec 265 km et pas mal de D+ à terminer sous la grosse chaleur ... Vais-je monter dans un train, comme le suggérait le cyclo à la gare d'orléans ? ou bien ... écouter des conseils judicieux ;-)  (suite au prochain épisode !)

Dodo, demain sera un autre jour !

 

Publié dans vélo, vacances - voyages

Commenter cet article

Philkikou 28/08/2016 17:00

... si tu n'es pas tombé dans le panneau le 1° jour, ça a été au second :-( .... de fil en aiguille, de charybde en scylla, .... de mauvais choix en mauvais coup du sort (vent, en solo...) quelle journée galère !!! ...comme tu dis demain, il fera jour et ce sera un autre jour !!!

Brigitte 28/08/2016 20:42

Zut, tu me fais penser que j'ai oublié de mettre un panneau dans le CR !!!! Juste avant que les soucis commencent ... j'ai trouvé le panneau "les soucis" :-) Près de Crest je connais aussi un panneau "sans soucis" .

cestdurlevelo 26/08/2016 20:53

"Un jour sans"... ça arrive à tout le monde, même les meilleur(e)s! De mauvaise décision en coup de pas de bol, de petite contrariété en ras le bol parfois infondé... les aléas de la longue distance. N'empêche que si tu regardes ce que tu as 'tapé' ce jour là, avec ce que tu avais deja fait la veille, moi je dis, chapeau bas !

Mais je comprends tout à fait ton impatience... je crois qu'on est tous passés par là. Et c'est aussi la preuve, s'il en fallait une, que les 'tout petits aspects logistiques' ont TOUJOURS leur importance. Avoir la crème solaire à portée de main, ou 'mentalement' mieux rangée, aurait pu t'enlever une épine du pied. Etc. Mais bon. J'espère que tu as quand même pris du plaisir ce jour là !

Je file lire la suite...

Brigitte 26/08/2016 21:14

Oui j'ai pris plaisir surtout le matin ;-)

Cricri le cyclo 26/08/2016 18:28

je ne saurais que trop te conseiller un chargeur externe que tu trouves chez D4 par exemple... qui peux te permettre de recharger off line ton smartphone ou gps... J'ai gouté... c'est pratique.

Brigitte 26/08/2016 19:04

J'en ai un, mais dormant à l'hotel je ne l'avais pas trimballé. Après si j'oublie de recharger ...Je me suis servie de ma batterie externe pour le telephone sur PBP. Par contre le GPS ne se recharge pas en roulant. Au cours d'un repas il arrive à retrouver 40-45% de charge, c'est pas mal.

Gérard (du 95) 26/08/2016 15:54

Tu me surprends Brigitte, et c'est tant mieux, tu es humaine :-)
Suis malgré tout surpris, toi qui sais jouer avec le vent normalement
Point positif, en règle générale les erreurs font grandir^^
aie le gps qui tient pas la distance....as tu pour les longs raids (pbp^^) un chargeur sur batterie ou autre ? je suis entrain de me renseigner, vu que quand je vais rallonger mes distances, il me faudra la journée pour faire ce que tu fais en une demie :-)
Bon à part tes erreurs, que de rêves tu fais naître ! Dur le vélo, mais tellement bon :-)

Brigitte 26/08/2016 19:01

Eh oui, le vent je connais, mais au quotidien j'ai mon confort :fin de sortie vent de dos, jamais de sortie longue par gros vent, et par vent moyen je m'abrite dans les collines ... là il n'était pas fort, il me plombait juste la moyenne, et jamais de repos ... ni de vraies descentes.
Oui sur pbp j'avais une batterie externe. Mais mon GPS ne se recharge qu'à l'arrêt. Là je n'avais pas pris la batterie (nuits à l'hotel donc chargeur 220 V) ; j'espérais qu'il tiendrait au moins 300 km ; si j'avais roulé plus vite ça aurait marché :-D ... il tient plus ou moins 15 h ce qui est déjà pas mal. Pour le téléphone j'avais juste oublié de le charger la veille.

Idéalement, si on tient à peu près 20 km/h pauses comprises , ce qui n'est pas si simple, vouloir dépasser 270 km/jour est un peu galère. Même en roulant plus doucement , 200 km/jour se fait bien et se répète volontiers.