Forêt enneigée

Publié le par Brigitte

Jeudi 9 février 2017, ski de randonnée, 750 m D+

Bon, il est prévu quoi pour aujourd'hui, en plaine ? bruine et grisaille. Vent en vallée du Rhône ... ciel sombre et bas partout, d'une tristesse infinie. Alors que là haut ....

Forêt enneigée

Alice et moi nous retrouvons à St Laurent du Pont, pour gagner ensuite le hameau de la Brévardière, près de St Hugues en Chartreuse.

Neige certes un peu juste au départ, dans le sentier (sous un épais couvert forestier) , mais très vite, c'est le bonheur avec une belle couche de poudreuse AOC Chartreuse, sur un fond déjà bien tassé.

Les arbres chargés dessinent un paysage proche qui fait vite oublier le gris du ciel.

On débouche dans une grande clairière (on doit être sous le col du Coq, là où autrefois il y avait une station ), et là la visibilité devient très limitée. Oui, on se voit l'une l'autre, oui, on voit nos skis :-D ... mais pas grand chose d'autre.  On peut aller à Pravouta ... ou au Bec Charvet ... mais pour pouvoir choisir il faudrait avoir une idée de notre direction.

Forêt enneigée
Forêt enneigée

On se laisse "porter" par une bonne trace. Au fond, la destination nous est égale ;-)

La trace devient raide dans les bois, et on enchaîne quelques conversions serrées. Un peu de technique, ça fait du bien ! La conversation tourne sur le thème "méoucékoné ? "

Bon, raide et boisé comme ça, c'est surement le Bec Charvet. On en rigole. On s'en fiche pas mal, de ne pas savoir sur quel sommet on grimpe !

L'arrivée au sommet nous replonge dans le doute. Ca alors, je ne la voyais pas si grande, la clairière du sommet ! Est-ce qu'on est bien au Bec Charvet ?

Forêt enneigée
Forêt enneigée
Forêt enneigée
Forêt enneigée
Forêt enneigée
Forêt enneigée
Forêt enneigée
Forêt enneigée
Forêt enneigée

La silhouette de la Dent se dessine, ou plutôt s'esquisse dans les nuages : cela confirme que nous sommes bien au Bec Charvet.  Il neige ...

Reste la descente, qui se fera par la facette Ouest, encore un choix qui n'en est pas vraiment un , on s'est laissé mener par le bout des spatules.
Peu importe, la facette Ouest est très jolie aussi, avec son pourcentage de terrain "sanglier" .

On sent un peu le fond plus ou moins dur ou humide, sous la couche légère. On a connu des descentes encore plus "fastes" , mais ça reste quand même très bon.

On retombe facilement sur la piste qui relie les Emeindras au Col du Coq,elle est légèrement descendante et , ouf, tracée . 

Il ne reste qu'à suivre plus ou moins le chemin en partie basse. La forêt et les clairières à gauche, plus enneigées, sont bien tentantes. On craque à une centaine de mètres de dénivelé au-dessus de la voiture, en prenant bien à gauche, bingo, ça paaaasse . Cela nous évitera complètement le portage des skis !

Forêt touffue
Forêt touffue
Forêt touffue
Forêt touffue

Forêt touffue

C'est en regardant le tracé sur strava, que nous comprendrons exactement quel parcours nous avons fait. Le GPS, un outil que je n'utilisais pas lors de mes années ski de rando ! Je me rappelle qu'en Norvège, en 2005, certaines personnes du groupe en avaient (mais plutôt pour localiser le sommet)

Belle après-midi en tout cas ... avec la satisfaction d'avoir tiré le meilleur parti possible de cette météo qui semblait lugubre ... quelle joie de se fondre dans ces forêts enneigées, tout en papotant  ! Dans ce type de condition, et sur ce terrain,  le ski de rando est l'outil "roi" pour se déplacer dans la montagne hivernale.

Publié dans Ski de randonnée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurent BENET 10/02/2017 18:42

comprend pas ....elles sont où les remontées mécaniques :-D

Brigitte 10/02/2017 19:05

Ca sert à quoi, les remontées mécaniques ? Quand on a des jambes ;-) car en principe, on a des jambes :-D