Slovénie J1 : Bord de mer

Publié le par Brigitte

On voit que le pays n'a qu'un tout petit bout de côte !!!

On voit que le pays n'a qu'un tout petit bout de côte !!!

Dimanche 2 juillet 2017, Italie-Slovénie, 112 km, 1023 m D+ en 6h45 (total 10h26 avec visite, baignades etc ...)

La Slovénie possède un petit bout de côte sur l'Adriatique : 46 km . Nous avons choisi de visiter cette partie en aller retour depuis le camping de Trieste, et non de l'inclure dans notre voyage, car ce n'était pas très simple au niveau des routes à emprunter en vélo pour "sortir" de là.

En revanche , la côte elle-même est un bon plan pour le vélo avec la Parenzana, une piste cyclable longue d'une quarantaine de km parfois en bord de mer, parfois dans la campagne, qui permet de passer la frontière et de visiter les principaux villages.
Sans la Parenzana, ce coin serait d'ailleurs assez pénible en vélo, surtout l'été ... comme toutes les routes côtières ou menant à la mer, c'est blindé de voitures ...

Reste à trouver la Parenzana, on n'est pas tout près. 
Le soleil se lève très tôt dans ce coin, et comme pour un peu tout le reste du voyage, nous sommes prêts de bon matin, et avant 8 h nous sommes dans la descente (de 350 m D- qu'il faudra remonter, ce soir) vers Trieste. Cette descente, et la traversée de Trieste, se font sur des routes très circulantes et heureusement que les gens dorment encore un peu, le dimanche matin !

Assez rapidement, nous trouvons des indications vélo pour la Parenzana ; nous les perdons parfois un peu , mais pas longtemps. Il nous faut rouler tout de même presque 30 km avant de parvenir au départ.

Le début de cette piste est un peu tortueux (très bien indiqué) et n'a rien d'extraordinaire, si ce n'est que le passage de la frontière se fait sur la piste cyclable !

 

 

Traversée de Trieste
Traversée de Trieste Traversée de Trieste

Traversée de Trieste

Début de la Parenzana et traversée de la frontière. Début de la Parenzana et traversée de la frontière.
Début de la Parenzana et traversée de la frontière.

Début de la Parenzana et traversée de la frontière.

Nous visitons la sympathique ville de Koper , mais le plus beau reste à venir : une véritable autoroute cyclable le long de la côte ! Avec une voie pour les piétons et deux pour les vélos, aucune voiture à proximité . On peut se baigner où l'on veut, il n'y a pas de plages mais de grosses pierres.

La belle ville de Koper
La belle ville de Koper
La belle ville de Koper

La belle ville de Koper

Le sel, production locale

Le sel, production locale

Une belle carte pour se repérer sur la Parenzana

Une belle carte pour se repérer sur la Parenzana

l'autoroute à vélos !
l'autoroute à vélos !
l'autoroute à vélos !
l'autoroute à vélos !

l'autoroute à vélos !

Pour déjeuner, nous essayons la spécialité locale : le burek, sorte de feuilleté avec une garniture soit fromage, soit viande, soit type pizza . Son prix est toujours de 2 € . J'ai trouvé ça très gras et n'ai pas réédité l'expérience, mais c'est sûr qu'on n'a pas eu faim de toute l'après-midi !  Les slovènes le consomment avec du yaourt à boire, non sucré, vendu en boulangerie aussi.  Ca par contre nous en avons consommé pas mal pendant tout le voyage, presque tous les jours .

Jérôme et le burek (il l'a pêché dans la mer :-D :-D )

Jérôme et le burek (il l'a pêché dans la mer :-D :-D )

Une fois à Portoroz, une station balnéaire très prisée, nous quittons la Parenzana pour gagner Piran, le plus joli village côtier. On peut le faire en gardant la promenade le long de la mer, ça passe bien à vélo.

Il y a un lieu de baignade en plein village, avec des échelles pour remonter sur le quai. C'est très amusant et j'en profite. Le ciel s'est voilé, mais il fait assez chaud et l'eau est tiède.

Quelques tunnels sur la Parenzana qui est une ancienne voie ferrée
Quelques tunnels sur la Parenzana qui est une ancienne voie ferrée

Quelques tunnels sur la Parenzana qui est une ancienne voie ferrée

Piran Piran
Piran Piran

Piran

Le retour va être un peu plus compliqué à l'aller. Nous "loupons" un petit morceau de Parenzana à Portoroz (bien repérer l'endroit où on la quitte !!!!) , et nous retrouvons avec une forte montée à faire, suivie d'une descente dans un bouchon d'anthologie : tous les gens qui quittent la plage le dimanche soir !

De retour en Italie, c'est un peu la galère pour rentrer : nous échappons deux fois à la "canalisation sur autoroute" (un phénomène que nous avons déjà expérimenté en Hongrie et en Espagne !) En gros vous suivez des indications, et d'un coup sans prévenir vous vous retrouvez sur une bretelle d'autoroute, ou sur une voie rapide interdite aux vélos. Il faut alors faire demi-tour, trouver un passage souvent sans indication etc ... pas simple, même avec le GPS ...

De plus la route que nous avons finalement empruntée pour remonter est très passante également à cette heure-là, et ressemble aussi à une voie rapide. Ca monte à 6-7%, donc on n'avance pas, et je n'aime pas ce passage qui dure trop longtemps à mon goût .... certes on a une belle vue sur la mer, mais ....

Cette fois c'est vraiment l'heure de dîner quand nous arrivons à la trattoria de Villa Opicina .
Demain, nous passerons la frontière pour de bon ... avec les bagages ...

 

Publié dans vacances - voyages

Commenter cet article

cestdurlevelo 21/07/2017 08:07

Ca débute pas mal !

Brigitte 21/07/2017 08:32

Oui ça va ;-)

James 18/07/2017 21:46

je m'abonne au feuilleton ;)

Brigitte 18/07/2017 22:06

;-) ça va durer un petit moment !

franco 18/07/2017 19:26

he he gras dit tu le burek,!!en jouant avec les lettres ça donne beurk ,enfin il fallait bien une entrée en matière ,sinon sympa la parenzana ,et cette 1ere incursion !!!

Brigitte 18/07/2017 21:24

ha ha ha :-D c'est pas mauvais mais vraiment lourd à digérer ;-) Le soir une soupe m'a suffit !!! (un minestrone, bien entendu )