Solvénie J3 : les slovènes sont sympas !

Publié le par Brigitte

Mardi 4 juillet 2017, vélo de route, Postojna- Ljubljana  115 km, 1100 m D+ en 6h30 (total 9h31)

Cette étape est la plus longue mais n'apparait pas comme telle sur strava car j'ai oublié de remettre en route le compteur après un arrêt .  J'avais délibérément choisi cette option longue, pour parcourir une belle route franchissant un col, et pour visiter le village de Skofja Loka au passage.

L'étape a été émaillée de petites aventures ... où l'aide des slovènes a été précieuse ! D'où le titre.

Quelques kilomètres après avoir quitté notre tranquille camping forestier de Postojna, nous voici plongés en pleine panique routière dès la sortie de la ville ! En effet (nous le saurons après) il y a eu un accident sur l'autoroute qui a entièrement bloqué cette dernière. Du coup, toutes les voitures se retrouvent sur la route Ljubljana Postojna (en sens inverse du nôtre surtout)  où elles forment un monstrueux bouchon . Les voitures, et aussi les camions ! A l'arrêt sur des kilomètres.

Dans le même sens que nous, c'est un peu mieux, mais la route comporte des passages étroits.
Arrive un moment, où nous devons nous arrêter pour laisser passer un camion.  Jérôme fait une chute à l'arrêt, dans l'herbe sur le côté ... et réalise quelques dizaines de mètres plus loin que sa selle est cassée . En fait, la selle est sortie du rail, où elle a certainement été montée en force, car on ne peut plus la réinsérer en même temps à l'avant et l'arrière.  Je sors mon scotch magique pour la coller sur le rail, mais ça bouge quand même ....

Il va falloir trouver un vélociste.

Je suggère une pause capuccino au calme dans un village ,car là, au milieu de cette circulation, on ne peut même pas vraiment communiquer. C'est au café qu'on trouve un slovène à vélo, qui nous mène jusqu'au vélociste le plus proche, que l'on n'aurait jamais trouvé sans lui au milieu d'une zone industrielle excentrée. Cet homme a eu du mérite, car il souffrait du dos et a failli tomber de vélo.
Jérôme hérite donc d'une selle slovène, ce qui n'est pas du luxe car la sienne était bien abimée !
 

Le vélociste qui sauve

Le vélociste qui sauve

Un vélociste, j'en aurais besoin aussi car depuis que je l'ai chargé mon vélo fait tic tic, tic tic. Un agaçant petit bruit de rayons , mais je pense que ce n'est rien de grave, et que l'origine risque d'être longue à trouver. Je repars donc avec mon tic tic.

Un bonheur ne vient jamais seul, outre la selle réparée, nous sommes sortis de la circulation et de jolies routes désertes s'offrent à nos roues !

Le seul truc, c'est qu'on aurait bien aimé une gostilna  (petit resto simple) pour manger un morceau , mais cette montée de col est le seul endroit de slovénie où on n'en trouvera pas !

Et pour monter, ça monte bien, jusqu'à 9 ou 10%, et les prémices de la canicule des jours suivants se font sentir en ce début d'après-midi. Heureusement les nuages débordants du massif du Triglav s'occupent de notre bien-être.

Quelle tranquillité !
Quelle tranquillité !
Quelle tranquillité !
Quelle tranquillité !
Quelle tranquillité !
Quelle tranquillité !

Quelle tranquillité !

Nouvelle montée plus courte après une redescente (le relief est compliqué dans ce coin !) et l'on arrive au fameux col. Sans Gostilna , donc on grignote notre saucisson sans pain et le reste du fromage, avant de redescendre. 
La descente est d'une seule traite, franche d'abord sur route tranquille puis très long faux plat descendant sur une route plus passante , et nous voici dans le mignon village de Skofia Loka, à 20 km de la capitale. Enfin, c'est ce qu'on croit.
On y trouve enfin de quoi se restaurer correctement.

 

Skofja Loka
Skofja Loka
Skofja Loka
Skofja Loka
Skofja Loka
Skofja Loka
Skofja Loka

Skofja Loka

Reste maintenant à rejoindre Ljubljana et son camping.
A la sortie du village, nous avisons une route importante munie au début d'une bande cyclable, portant l'indication de Ljubljana ... nous la suivons, un cycliste local nous ayant confirmé que c'était le moyen le plus rapide de rejoindre notre but.
Mon GPS veut tout le temps m'envoyer de l'autre côté de la rivière, mais Jérôme n'a pas très envie de le croire ;-)

Dix kilomètres plus loin, une voiture slovène se gare sur une petite route adjacente, il en sort une jeune femme qui nous fait de grands signes !  Nous la rejoignons et échangeons un moment ; elle nous explique que notre route va se transformer en voie rapide interdite au vélo , et qu'il faut tourner à droite pour rejoindre un itinéraire fléché pour les vélos.  Elle-même pratique le voyage à vélo !

Nous suivons sont conseil ; certes cela nous détourne un peu , mais nous arrivons ainsi en ville, grâce à des pistes cyclables très bien fléchées. 

En ville nous demandons de nouveau à un cycliste pour ne pas chercher le camping trop longtemps. Il nous propose carrément de le suivre jusqu'à l'entrée. Pas si facile avec nos bagages de suivre ce monsieur grand habitué de sa ville ! Il transporte un petit chien dans un panier à l'arrière, un pauvre petit chien qui manquera par deux fois d'aller valser par terre :-D

Nous nous installons dans un très grand complexe hotel-restaurant-camping-piscine, implanté sur les bords de la Sava, une jolie rivière au bord de laquelle est aménagée une promenade. L'eau est très claire et le courant fort, on dirait un torrent de montagne.  L'avantage de ce camping, c'est que nous sommes à 4 km du centre, à vélo une distance parfaite pour servir de camp de base pour la visite. Nous avons prévu de consacrer une journée à Ljubljana.

 

 

 

Arrivée à Ljubljana
Arrivée à Ljubljana
Arrivée à Ljubljana

Arrivée à Ljubljana

Publié dans vacances - voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cestdurlevelo 21/07/2017 08:18

Pouah, la galère des routes à trafic... à l'étranger en plus... argh. dur dur. Ca serait un coup à vous gacher la journée... mais non, vous avez semble-t-il réussi à renverser la vapeur et à trouver de chouettes petites routes, le derrière assis sur une nouvelle selle, et derrière un vélo à chien.
C'est une histoire à dormir debout votre truc, là !

Brigitte 21/07/2017 08:31

Oui mais ouf, on a dormi couchés dans notre tente ;-)
Pour la route, au retour on l'a prise sur un petit bout de nouveau, et c'était tranquille ... c'est vraiment l'autoroute qui a créé cette panique !!!

cestdurlevelo 21/07/2017 08:17

Pouah... la