Un "Deux cent" à la plage

Publié le par Brigitte

Mercredi 18 septembre 2019, vélo de route, Drôme et Isère, 214 km , 1931 m D+ en 9h41 (total 10 h 41)

Un mois jour pour jour après le départ de la "petite" balade qui a rempli le mois d'août, je suis de retour non pas sur le vélo (il y a longtemps que c'est fait) mais aux affaires de type "Dodecaudax" pour le "200" mensuel .
La saison s'y prête merveilleusement : le début d'automne est souvent caractérisé par un temps très stable, déjà bien moins chaud que l'été, et en ce moment les écarts entre la température minima et la maxima sont faibles, ce qui épargne de l'énergie et aussi du transport de vêtements !
Seul le mistral me donnera un peu de fil à retordre en ce mercredi, plus ou moins fort  mais toujours de face sur les 100 km de l'aller.

La reprise du boulôt, en restructurant mon emploi du temps, m'a redonné une meilleure dynamique. Me voilà donc prête à manger du vent joyeusement, d'autant plus qu'Alice m'attend à 12h30 auprès de "son" lac bleu ; du coup le défi sera de trouver le bon itinéraire pour respecter le timing à quelques minutes près.
Cela fait partie des choses que j'aime bien faire ... et cela étonne souvent que je parte sur un 200 sans trace prévue à l'avance. 

Je voulais partir à 7 h, finalement je pars à 7h15 wink ... mon organisation rigoureuse des années ski de rando avec départ minuté est loin .
Le lever du soleil est le premier événement de la journée. Pour le vent, j'ai admis une fois pour toutes qu'il sera difficile de dépasser le 20 de moyenne roulée, du coup autant faire quelques petites bosses où parfois je serai abritée dans les bois, et où je gagnerai de la latitude en descente.

 

lever de soleil sur l'Isère entre Chateauneuf et Granges les Beaumont

lever de soleil sur l'Isère entre Chateauneuf et Granges les Beaumont

La vallée du Chalon ... une route en  faux plat montant très calme

La vallée du Chalon ... une route en faux plat montant très calme

Un soupçon d'automne
Un soupçon d'automne

Un soupçon d'automne

Après trois petites bosses, celle du Chalon, celle de la route de la Verne (en forme de chameau wink) qui permet d'arriver à Roybon , puis celle de Toutes Aures toute en pente douce où je me "laisse vivre", j'arrive à St Étienne de St Geoirs ... sa halle, son point d'eau situé dessous, bien commode car ce village est souvent sur le chemin des cyclos longue distance.

Sur les hauteurs, je ne croise personne, à l'exception d'un chien de chasse qui me fait vraiment rire ... il se promène en bord de route, et quand il m'aperçoit, il est pris de terreur et pique un sprint pour s'enfuir dans la forêt . Quel courage ! Je suis si effrayante que ça ? laugh

Je dois maintenant traverser au mieux la plaine de la Bièvre, un gros travail car le vent est vigoureux, surtout du côté de la trouée de Colombe où de plus, ça grimpe sur des lignes droites . je n'aime pas ça mais le but est proche et le timing est parfait !

St Etienne de St Geoirs

St Etienne de St Geoirs

Les nuages témoignent du vent en altitude
Les nuages témoignent du vent en altitude
Les nuages témoignent du vent en altitude

Les nuages témoignent du vent en altitude

Et soudain, c'est le lac !

Eh eh délai maxi 15 mn pour le rejoindre !

Eh eh délai maxi 15 mn pour le rejoindre !

A 12h20, je suis à la plage de Charavines ... timing parfait, juste le temps de manger deux petits sandwiches et une banane et je vois arriver Alice. Pour elle c'est juste un petit break dans sa journée de travail.  Nous faisons tout de même un petit tour de lac avant de papoter autour d'un café, au restaurant de la plage.
Pas de baigneurs tout de même, la température est convenable mais le vent de Nord ne donne pas envie de se mouiller ... en revanche pas mal de monde sur la terrasse , dont un couple d'anciens avec de jolis VAE de route, qui repartiront en même temps que nous.

Un "Deux cent" à la plage Un "Deux cent" à la plage Un "Deux cent" à la plage
Un "Deux cent" à la plage Un "Deux cent" à la plage

Nous repartons ensemble via Plan Bois avant de nous quitter... je suis désormais sur le chemin du retour.

Ma stratégie est exactement l'inverse de celle de l'aller, à savoir trouver les lignes droites où le vent est le plus sensible. Je ne franchirai qu'une "rangée" de collines, mon choix se porte sur la route de Thodure au Grand Serre mais il n'est pas fantastique car la route est couverte de gravier.

Une fois dans la vallée de la Galaure, je la quitte plus rapidement que prévu car ce sont les obstacles de la civilisation qui me freinent : un convoi exceptionnel puis une zone de travaux, de vrais bouchons à Hauterives et Chateauneuf !  Je retournerai me geler le long de l'intégralité des 41 km de la Galaure en hiver, avec le brouillard et si possible un peu de neige en bord de route  wink

Pour le reste le retour est gratifiant avec un vent particulièrement bien orienté, la palme revenant à la section légèrement vallonnée entre le Pilon et Marsaz, où j'ai vraiment l'impression de voler .

 

Un "Deux cent" à la plage Un "Deux cent" à la plage
Un "Deux cent" à la plage Un "Deux cent" à la plage

Voilà un 200 bien agréable dans la musette. Certes avec les journées encore longue j'aurais pu faire quelque chose de plus montagneux , mais enquiller des petites collines au soleil et se prélasser en bord de lac n'est pas mal non plus. Les mois qui vont venir, je ne pourrai plus faire une heure de pause si je veux terminer de jour ... alors là j'en ai profité !

Publié dans DodecAudax, vélo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article