Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins

Publié le par Brigitte

Dimanche 24 octobre 2021, randonnée pédestre, Vercors, 17,7 km, 1100 m D+

" Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins" pourrait être le titre d'une fable !

Sophie est le nom d'un des deux sommets qui se trouvent de part et d'autre du col des Deux Soeurs ; l'autre sœur se nomme Agathe, mais nous l'avons laissé tomber ce jour, nous concentrant sur la crête de "la petite soeur Sophie" .
Cette crête comporte trois bosses, une première à 2050 m où nous avons croisé les premiers bouquetins, une autre sans nom un peu plus haute que j’appellerai la Tête de Chien vu son allure unique , et la troisième qui est le vrai sommet de Sophie à 2162 m

La traversée constitue une randonnée hors sentier assez spectaculaire (surtout côté Est) , avec quelques courts passages où il faut mettre les mains, mais rien de bien méchant. Hors période d'ouverture du téléphérique, il faut ajouter quelques heures de marche dans le cadre de la station de ski de Villard de Lans (les pistes pouvant être un peu pénibles parfois )
Merci à Pascal Sombardier pour son descriptif dont j'ai mis le lien ci-dessous .

Ce dimanche s'annonce comme exceptionnel du point de vue météo . La fraîcheur matinale (même si nous ne sommes que très modérément, il est 9h20 au départ) , 2°C au parking (et -3°C dans le trou à froid situé au débouché des gorges de la Bourne) est de bonne augure
En une heure et quinze minutes, nous sommes à l'arrivée du télécabine, fermé depuis le 11 octobre, qui permet en saison de gagner le domaine d'altitude.  Deux cent mètre plus loin, nous quittons les pistes de ski pour un petit sentier qui pénètre bientôt dans un petit vallon pierreux : le Clot d'Aspre.

Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins

A partir de là, il faut lever la tête, pour imaginer un cheminement dans les pentes qui sont au dessus. Pas facile quand on a le soleil en plein dans les yeux !!! Enfin à l'ombre, nous continuons quelques minutes sur le sentier, jusqu'au point où on doit le quitter . Tandis que je regarde le descriptif, remet ma veste, Jérôme grimpe comme un furieux droit dans les pentes d'herbe et de cailloux.

J'essaye de lui dire d'aller à gauche, que le passage se situe sous la barre rocheuse inférieure et pas celle du haut , il me dit qu'il n'y comprend rien et que je change tout le temps d'avis 😂, et qu'en plus, il a une bonne trace . Une bonne trace ... de chamois ? 

Bref que dire ... que j'espère que sous la barre rocheuse du haut, ça passera quand même ....

Il y a un chamois qui nous nargue ...

Il y a un chamois qui nous nargue ...

Ouf, il faut redescendre trois mètres sur une rampe herbeuse, mais ça passe .  Toujours dans l'idée de suivre le topo, quand Jérôme voudrait toujours inventer autre chose, je propose la rampe à droite, un peu délicate, pour rejoindre la crête, et ce coup ci c'est moi qui gagne . Nous voilà sur la crête, en terrain assez raide, puis de plus en plus facile ...

Petite descente pour rattrapper l'erreur de parcours

Petite descente pour rattrapper l'erreur de parcours

Sophie, la Tête de Chien et les bouquetinsSophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetinsSophie, la Tête de Chien et les bouquetins

Avant d'en finir avec cette première bosse, par un petit couloir à gauche de gradins faciles, nous rencontrons les 5 premiers bouquetins ... nous ne savons pas encore que nous allons en découvrir des dizaines d'autres juste dessous !

Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins

Un confortable collet herbeux sera notre lieu de pique-nique ... et celui de l'essentiel du troupeau. Nous ne sommes pas seuls, plusieurs randonneurs et photographes sont installés là, arrivés par le confortable sentier du pas de l'Oeille, que nous avions quitté juste avant.

Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins

Le ressaut suivant, haut d'une centaine de mètres de dénivelé, malgré son allure impressionnante, se grimpe très facilement , avec juste trois petits pas où il faut mettre les mains, sans plus .  En contre-bas, après les vieux mâles, ce sont les mamans avec les petits que l'on voit franchir avec aisance les ressauts rocheux.

Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins

La descente qui suit présente à son tour deux ou trois petits passages de désescalade, dont un équipé d'une bonne corde fixe. Le tout début oblige à faire un pas vers le terrifiant versant Est (E pericoloso sporgersi 😁), puis très vite on se retrouve au-dessus de quelque chose de bien plus accueillant .

 

Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
L'unique plaque de neige du secteur ...

L'unique plaque de neige du secteur ...

Ce sommet spectaculaire vu de loin (on se demande comment on peut passer dessus si facilement) a l'aspect d'un bon St Bernard qui veille sur les randonneurs .

Très curieux sommet !

Très curieux sommet !

Il nous reste à monter sur le sommet principal, c'est sans difficultés particulières . Nous y rencontrons le reste du troupeau, cette fois ci ce sont les ados bouquetins, de jeunes inconscients qui vont se promener au-dessus des abîmes. Contrairement aux vieux briscards que nous laissons indifférents, ceux-là regardent les randonneurs avec un peu de curiosité mais aussi un brin de condescendance.

Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins

Il reste à redescendre dans des pentes herbeuses un peu malcommodes jusqu'au col des Deux Soeurs, près duquel on retrouve les pistes de la station, qui nous ramèneront en bas d'une manière ou d'un autre même si c'est un poil fastidieux. Le petit lac de la Moucherolle dominé par le sommet du même nom offre un paysage un peu étrange, avec une lumière particulière.

Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins
Sophie, la Tête de Chien et les bouquetins

Et c'est la longue descente sur piste noire (l'Escalier) puis rouge (le Loup) puis verte (la Salamandre) , avant de remonter un peu jusqu'aux Glovettes où nous sommes garés ... pour arriver au parking nous finirons par monter ... trois étages à l'intérieur de l'immeuble !

Publié dans randonnée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article