Cyclocamping en Catalogne (6/6)

Publié le par Brigitte

Samedi 25 juin 2022 vélo de route  Calonge - L'Escala  52 km 378 m D+

Pour terminer le voyage, petite étape, petit col, petit dénivelé, mais c'est malgré tout une belle étape ! Et sans portion urbaine ou trop circulante, ce qui n'est pas à priori évident pour rejoindre la mer .
De plus, le vent sera plutôt favorable .

Depuis Calonge, il suffit de traverser le village pour trouver la route du Col de la Ganga, très apprécié des cyclistes locaux, à juste titre . Ombragée le matin, la route serpente dans une végétation méditerranéenne parfumée, affichant des pourcentages tranquilles entre 4 et 6 %, avant de s'aplatir lors du dernier kilomètre, où l'on peut jouer les cadors en faisant le sprint pancarte, ce qui est très amusant avec le vieux vélo chargé de sacoches 😂
Ce col culmine à une altitude de 211 m, excusez du peu .  J'aimerais bien quand même qu'on lui mette un panneau à ce petit col, c'est vraiment trop injuste ...
Incroyable ensuite cette descente qui se prolonge ... on croirait presque qu'on va descendre sous le niveau de la mer ...
Les cyclistes locaux, très nombreux, ont du s'organiser , car ils ont même un petit ravito . Cool la vie quand même pour un col à 211 m ... Mais peut-être vont ils le faire 10 ou 20 fois ?



 

Col de la Ganga
Col de la Ganga

Col de la Ganga

Petite erreur d'aiguillage, vite rattrapée, dans La Bisbal d'Emporda, ville de la céramique, dont l'animation surprend après le calme des collines couvertes de pins.  Notre prochaine étape, non loin de là, est le village médiéval de Peratallada (Pierre taillée) que nous allons visiter .
Certains de nos voyages (comme Vienne-Budapest par exemple) comprenaient des journées 100 % consacrées au tourisme, avec logement en ville, pour pouvoir se libérer des bagages. Ce n'est pas le cas de celui-ci, parce que la durée n'est que de 6 jours, parce que rentrer/sortir dans les villes espagnoles (Comme Gérone, Barcelone, Figueres) est toujours un peu galère en vélo, et parce que les après-midi brulantes incitaient plus au repos ou à la baignade qu'à arpenter les rues des villes. 

Mais un village médiéval en fin de matinée, c'est parfait !

Ce village est aménagé pour recevoir beaucoup de touristes, mais ce samedi, il y a peu de monde, tout est calme.

Cyclocamping en Catalogne (6/6)
Cyclocamping en Catalogne (6/6)
Cyclocamping en Catalogne (6/6)
Cyclocamping en Catalogne (6/6)
Cyclocamping en Catalogne (6/6)
Cyclocamping en Catalogne (6/6)
Cyclocamping en Catalogne (6/6)
Cyclocamping en Catalogne (6/6)
Cyclocamping en Catalogne (6/6)
Cyclocamping en Catalogne (6/6)

Il ne nous reste plus qu'à faire une pause déjeuner à Toroella di Mongri puis à terminer notre périple en passant par le village d'Ulla (Prononcer Ouh là , bonne grimpette en plein soleil pour éviter la grande route ) , et à rejoindre notre voiture à L'Escala via la même ligne droite fastidieuse qu'à l'aller .
A noter que la carte IGN espagnole, indiquait une route blanche plus près de la mer entre Toroella et l'Escala.

Je pense que c'était un itinéraire gravel, je n'ai pas voulu tester . Avec les 37°C au compteur, j ai imaginé pousser les vélos dans du terrain sableux tandis que l'on se dessèche avec les vautours qui attendent l'effondrement final 😋 mais c'était certainement très joli .

La colline où passe le chemin gravel est dépourvue de végétation !

La colline où passe le chemin gravel est dépourvue de végétation !

De retour à la voiture, nous demandons à repasser une nuit au camping , mais le hasard veut que le tout dernier emplacement soit pris par un couple, arrivé juste une minute avant nous (bien fait pour nous , il fallait pédaler plus vite) , les pauvres ont l'air tout ennuyés et ils culpabilisent ! 

Ce n'est pas bien grave : nous profitons une dernière fois de la plage , ou le vent provoque une mini tempête de sable qui pique le dos , puis nous trouvons un camping proche de la Jonquera, nommé l'Albera à 20 km de la mer , presque vide et absolument immense ! Un seul tour de camping me semble approcher les 2 km 😊, il y a même des petites collines à l'intérieur, d'où on a une jolie vue sur les Pyrénées

dernier bain de mer, et dernier plantage de la tente !
dernier bain de mer, et dernier plantage de la tente !

dernier bain de mer, et dernier plantage de la tente !

Et voilà, fin d'un petit voyage en cyclocamping bien équilibré entre montagne et mer, assez proche de chez nous géographiquement, et que la chaleur à peu près présente pendant toute la semaine n'a pas empêché de mener à bien grâce à la longueur limitée des étapes. (Entre 50 et 80 km / 400 à 1000 m D+ / jour)

L'Espagne est un pays où voyager, trouver de l'eau, se ravitailler est facile , il faut juste penser au fait que les commerces, supérettes , réceptions des campings etc, sont souvent fermés entre 13 et 17 h   . C'est notre troisième voyage dans ce pays et il reste tant à explorer !!!  Au mois de juin, seuls les campings en bord de mer  et le samedi nécessitent d'arriver tôt pour avoir de la place. La dernière semaine de juin, ils basculent en "moyenne saison" et les prix peuvent doubler ! Pour les autres services, on reste un poil en dessous des tarifs francais, mais si on mange du poisson au restaurant en bord de mer, l'addition sera tout de même salée 😋


Le voyage à vélo est un plaisir bien spécifique, et j'en apprécie également la partie préparation .
Pour ceux qui apprécient Geoportail en France, un lien sympa pour avoir les cartes IGN, y compris détaillées, en Espagne

Publié dans vacances - voyages, vélo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
bravo pour cette belle balade et pour les infos / conseils ! Iberpix : tracés verts Départemental plutôt que voie verte ? Tracés blancs ?
Répondre