Viens voir le loup !

Publié le par renarde1

samedi 28 juin 2008, les oreilles du loup(matheysine) , voie "Viens voir le loup" et traversée

Bénis soient les ouvreurs de voies d'escalade qui donnent à leur voies des noms sympas me fournissant un titre d'article original sans que je me creuse la tête !

"Viens voir le loup" est une voie d'escalade de difficulté modérée et très bien équipée, qui aboutit sur une vraie petite pointe rocheuse, ce qui lui donne pas mal de caractère . Cette montagne se trouve en Matheysine, du côté des lacs de Laffrey. Il s'agit d'une crête rocheuse culminant vers 2300 m, et qui se prolonge vers le grand classique de la rando à skis : le Tabor.  On trouve sur cette crête de curieux monolithes, je ne sais pas vous, mais moi j'y vois clairement un loup perché. Enfin il a des oreilles un peu grandes ... à force de manger du lapin !



L'approche est une marche tranquille sur sentier puis herbe et cailloux, au milieu des rhodos . On dépasse un lac et on y trouve même encore un bout de névé.

 

 

On a quand même bien grillé au soleil jusqu'à l'attaque !

La voie commence par une très belle longueur, assez raide et soutenue. Le rocher est un gabbro pourvu de prises crochetantes et nombreuses. La partie médiane est très facile, avec quelques petits pas de 4, et de la marche sur vire herbeuse pour le reste. On a quand même réussi a rater un relais, erreur vite rattrapée.
Les deux dernières longueurs sont à nouveau belles et très soutenues en 4/5 . On débouche sur une pointe qui donne vue sur le massif du Grand Armet et du Coiro.

 

De là, un choix s'offrait à nous : descendre en rappel ou traverser les arêtes vers le Sud. Comme nous avions le temps, nous avons choisi la seconde solution. Cette partie est très différente de la voie équipée "falaise".
Ici, on se retrouve en montagne : on fait un grand rappel bien raide (ou deux moyens) pour basculer versant Roizonne. Les chamois sifflent et détalent dans le vallon en-dessous : une mère et son petit. Ils ont du croire que le loup de pierre se réveillait. Bien sûr, quand on tire sur la corde, elle ne vient pas tout de suite : instant d'inquiétude ... certins passages demandent un peu de réflexion , il faut choisi le bon versant, le bon passage ...

 

Un passage délicat sur l'arête                       Un beau rappel

Tout se déroule sans anicroche presque jusqu'à la fin. A l'attaque de la dernière tour, je fais le mauvais choix en m'engageant sur un éperon tout licheneux et pas si simple. Je grimpe jusqu'à un arbre où je m'attache, pas vraiment inspirée par ce qu'il y a au-dessus.
Jérôme décide de ne pas me suivre et de monter dans le couloir à gauche, qui est le meilleur passage, jusqu'à être au-dessus de moi et m'assurer. Mais ce n'est pas si simple, car un profond ravin nous sépare : je risque un pendule très important si je tente d'y entrer.  Il doit donc continuer sans laisser d'équipement dans son couloir, afin de m'assurer de bien plus haut. Bien sûr la corde se coince en travers, je dois faire un peu de gymnastique pour aller l'attraper. Ouf! finalement le passage était facile, mais je m'en veux de m'être fourvoyée ainsi . Pourquoi faire simple quand on peu faire compliqué !!!
 

Vue de la face de "Viens voir le loup"                                 Skiable ... mais VERT !

Avec tout ça il se fait tard ... il est temps de rejoindre la vallée , sous un soleil radieux qui nous grillera jusqu'à la fin !

Publié dans alpinisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article