Nocturne (ou presque) à Autrans

Publié le par renarde1

Samedi 27 décembre 2008, La Sure/Plénouze, skating, 15 km, 400 m D+

Même en essayant d'accélerer le mouvement, en décollant de la maison avant 13 heures, pas moyen de démarrer le ski vraiment tôt ... Valence est loin de la montagne, vraiment trop loin, et le temps de déposer Solange au centre équestre, il est largement 15 heures lorsque nous chaussons les skis de fond au stade de neige de La Sure avec la ferme intention d'atteindre les crêtes de la Molière.
Toujours pas tentée par une montée avec des skis de skating, je propose le télésiège. Mais Jérôme préfère rester éthique et prétexte une demi-heure (!!!) de queue pour écarter cette solution.

La piste démarre à gauche ; pour la trouver, il faut remonter la piste verte (de ski de piste) ; le début alterne des montées et des descentes marquées et se rapproche un peu de Gève , mais ensuite, on entre dans le vif du sujet, avec des montées toujours soutenues entrecoupées de brefs replats. Comme d'habitude, je suis à l'agonie et en canard, j'ai mal partout, impossible pour moi de conserver un mouvement de glisse avec cette inclinaison.

Agonie ou pas, on finit par arriver sur les crêtes où les sections de plat deviennent plus nombreuses. On passe près d'un superbe point de vue avant de rejoindre le sommet des remontées de la station. Dommage, je ne prends pas le temps d'en faire une photo ... nous sommes à la bourre, le soleil se couche déjà ... Vite quelques photos tout de même avant la nuit ...
 


Pourtant nous continuons, sur un terrain bien plus facile, jusqu'à Plénouze, croisant les derniers fondeurs dans l'autre sens. Au sommet de la butte, le soleil est déjà couché ... Côté Ardèche, le Gerbier de Jonc et le Méznc se détachent en ombre chinoise dans le ciel orangé, tandis la pénombre touche déjà les sommets de Belledonne.
Nous sommes seuls au monde, et c'est splendide.

Pour un retour plus rapide, nous plongeons dans la clairière derrière le sommet pour rejoindre la route d'été. La neige est croûtée et je déchausse les skis sur 100 m. La route n'est pas tracée à la machine, mais de nombreux skieurs l'ont empruntée avant nous. Peu à peu, la nuit descend mais la neige permet de garder une certaine visibilité. Nous poursuivons jusqu'à croiser la piste bleue de ski alpin, que nous descendons tant bien que mal ... il faut veiller aussi à éviter tous les endroits où les dameuses sont en action, car s'en approcher est très dangereux.
Certaines sont tractées par des câbles ... coupeurs de têtes !
Les derniers mètres se font dans l'obscurité, les skis sont tout juste visible. La température est en chute libre. Elle atteindra -10°C du côté de Méaudre lors de notre retour en voiture.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Brigitte 30/12/2008 09:03

Non, on n'a pas couru, mais on a marché assez vite sur toutes les (nombreuses) sections plates et descendantes. La distance ne correspond peut-être pas exactement à notre circuit, quant au temps, c'est à 10 minutes près. C'est vrai que la moyenne me paraît bien élevée ...

cricri 28/12/2008 09:18

avec toute l'activité en montagne, je sens que la reprise du vélo sera explosive...

Bonnes Fêtes de fin d'année