Du gras ??? Où ? Au Graou !

Publié le par renarde1

Samedi 28 février, col du Graou, ski de randonnée, 1520 m D+

Le grand Oisans sauvage, voilà qui fait rêver ... surtout quand ce massif est bien enneigé comme cette année.

Notre objectif de ce matin est le col du Graou, ou un des petits couloirs qui l'entourent.

Merci à Fred Chevaillot, de St Christophe en Oisans, pour cette très belle photo et les tracés d'itinéraire
En jaune, celui suivi en montée, en rouge la descente
Au début, la qualité de la neige nous porte un coup au moral : elle présente une croûte cassante qui ne porte même pas toujours à skis . De plus, sur la route de Vizille, nous sommes passés juste après la survenue d'un très grave accident impliquant une voiture et un car. La vision de la voiture explosée en deux fait froid dans le dos ...
Bref, le mental n'est pas au top.

Au-delà, la neige devient plus dure, et les pentes se redressent jusqu'à devenir assez raides pendant un bon bout de temps. La montée à skis avec les couteaux nécessite pas mal d'attention, il faut choisir oùl'on fait sa conversion, parfois enlever les cales. Une chute serait interminable, et en certains endroits très dangereuse à cause des rochers . Nous essayons de monter à pied mais là, la neige ne porte pas toujours, parfois on s'enfonce jusqu'aux cuisses.
Pas facile de choisir une stratégie !
 
Enfin un replat pour se poser !                                            Austère mais quelle belle vue !

Finalement, avec les skis ça ne va pas si mal ... je suis ravie d'avoir des peaux neuves adaptées, que j'ai découpées avec amour , mais je suis quand même très fatiguée et j'ai mal au dos et aux chevilles,  la forme n'est pas au rendez-vous .

Après plus de 800 m de montée nous rencontrons notre premier replat , lieu d'une pause réconfortante. Bientôt c'est la rencontre avec le soleil, et le côté austère s'atténue.


Il ne reste qu'à choisir l'objectif : un couloir SW sur l'épaule de l'aiguille du plat de la selle ou le col du Graou.  Nous allons finalement vers ce dernier.

Montée au-dessus du col

Vers 2900 m j'ai un coup de barre, j'accepte avec joie la proposition de Laure de grignoter un morceau. Cela remettra un peu de jus dans la machine ! Le col est visible, il n'est pas très enneigé. Nous obliquons à gauche, et remontons des pentes soutenues pour atteindre, 70 m au-dessus du col, le pied des rochers de la Tête du Graou.

A cet endroit, lorsqu'on déchausse, on enfonce dans la neige jusqu'aux cuisses. Atteindre l'arête sur le côté n'est pas une mince affaire, avec Laure nous nous contentons de la vue d'ici déjà superbe, tandis que les trois autres vont jeter un oeil moyennant quelques reptations dans 1m de sucre glace. 
 
Antoine sur l'arête

La descente n'est pas d'anthologie, mais pas si mal non plus ... un début agréable dans la raide petite pente SW sous le col , un peu de neige soufflée, un très court passage où il faut traverser des cailloux à pied (évidemment je m'enfonce dans un trou, c'est ma spécialité) , un peu de poudreuse travaillée par le vent ...  A la descente je retrouve la forme !


Avant de rejoindre la combe de l'Aguilla
Nous rejoignons la combe de l'Aguilla, un ravin où les coulées ont amélioré la portance de la neige. Pratiquement jusqu'en bas, nous profiterons d'une neige en cours de transformation, un peu molle mais pas désagréable. 
  
Avant de retrouver une section en neige pourrie et le camion de Laurence , que l'on voit presque depuis le haut de la combe ! 

Grosse fatigue à 2m de la route ?
 

Publié dans Ski de randonnée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article