Les villages endormis

Publié le par renarde1

Vendredi 26 juin 2009 , vélo en Drôme provençale, 91 km, 1800 m D+

Cette semaine j'ai compté, compté et recompté des copies de bac. Cela m'a reposé les jambes après l'Ardéchoise, et ce vendredi elles étaient prêtes à pédaler de nouveau. 
Je suis partie  du Pont de la Brette, dans ma bien aimée vallée de la roanne, que j'ai déjà évoquée ici , , ou encore  et (autant dire que j'y retourne souvent) .  Ma boucle va me permettre de refaire à l'envers tous les cols que j'ai gravi à l'endroit, et réciproquement !

Après une remontée de la fameuse vallée jusqu'à sa trépidante capitale, St Nazaire le désert, il faut gravir le Col des Roustans (1028 m) Ce qui est efficace, c'est qu'on franchit quatre cols, quasiment pour le prix d'un, car chacun de ces petits cols n'est suivi que d'une descente assez modeste. Chemin faisant, il est rare de rencontrer une voiture; on en oublie qu'elles existent.


Après une belle descente, on traverse de petits villages tranquilles plus jolis les uns que les autres, mais vraiment très endormis : un couple de vacanciers à la Charce a dit être très supris de cet isolement quasi absolu, et de l'absence de mouvement dans le village.
 
La Charce

De la Motte Chalençon, il faut remonter vers le col de Prémol : une ascension assez tranquille dans ce sens , avec un coca au passage à Bellegarde en Diois . Le temps est très chaud par intermittence, des raffales de vent et des cumulus viennent parfois tempérer cette impression. Du coup, je ne souffre pas trop de la chaleur, dans ce coin habituellement à proscrire en plein coeur de l'été.

Une nouvelle descente un peu perturbée par les gravillons me mène non loin de Luc en Diois, où je retrouve l'axe principal de la vallée : un choc après tous ces kilomètres si calmes ! Heureusement, je ne la suis que peu de temps.


Montée au col de Penne par Jansac : la route passe près des arbres

Le dernier col, le plus haut, est devant moi : le col de Penne, pas trop méchant de ce côté-ci, en plus il y a des fraises des bois ! . L'orage menace et les nuages laissent échapper quelques gouttes, tandis que le soleil brille encore : la même touffeur moite que jeudi en Ardèche ...

 

Les pains et la boulangère d'Aucelon

Le temps se stabilise côté Roanne, et c'est la longue descente vers Aucelon, magnifique. Dans le petit village d'Aucelon, il y a un four à pain en activité et toutes sortes de pains qui en sortent tout juste sont étalés sur une grande table ... vous devinez la suite.

Après la gourmandise, c'est le plaisir de la baignade dans la Roanne; la température de l'eau est douce dans les petites vasques près des rochers.... mais le vent se renforce, et les nuages deviennent bien noirs sur le Vercors ... il est temps de rentrer. Un chevreuil, visible de la route, vient lui aussi goûter aux charmes du lit de la rivière.

Publié dans vélo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article