La prise de la Bastille

Publié le par renarde1

Mardi 8 décembre 2009, via ferrata, "les prises de la Bastille", Grenoble et Mt Jalla, 400 m D+

Le problème avec les activités multiples, c'est la prise de décision. Quand on pratique un seul sport, c'est simple : la meteo permet ou non de grimper, les risques d'avalanche sont trop élevés pour skier, etc ...

Mais dans le cas contraire ...

Hier nous avions décidé d'aller grimper en salle.
Ce matin à 9 h, un soleil insolent brillait aussi bien à Grenoble qu'à Valence ... nous n'avions qu'une envie, être dehors.  Mais Caro n'avait pas de voiture, et de mon côté je devais être de retour à 16h30. La conversation pour peser le pour et le contre, pour essayer de trouver des idées, a tourné en boucle un moment.

Pour s'arrêter sur un des plans les plus simples : la via ferrata de Grenoble.

Pour ceux qui ne connaissent pas, la via ferrata de Grenoble, ouverte il y a dix ans, démarre à 10 minutes à pied du centre ville. Elle connaît depuis son ouverture un succès jamais démenti. Durant mon époque Grenobloise, je lui ai rendu plusieurs visites, parfois avec des collègues entre midi et deux (pour la première partie) , mais depuis mon déménagement, je n'y suis pas retournée.
On y rencontre des "avions" dont c'est le terrain de footing préféré, et parfois aussi des "bouchons" humains : il n'est pas facile de doubler et certains passages impressionnants peuvent générer des "blocages". Cette via ferrata urbaine , côtée AD/D (Assez Difficile à Difficile) pour sa partie I et D/TD pour sa partie II, n'est pas si simple que ça.

null

Aujourd'hui, en plus, elle est mouillée. Et même trempée dans sa première partie, dont le départ à l'ombre est sinistre. Les pieds ne tiennent pas du tout sur le rocher savonneux, et tout juste sur les barreaux : ça stresse .  En plus on n'a plus l'habitude, on a peur sur le pont de singe : ça bouge !  La passerelle et le tronc d'arbre sont au contraire bien rassurants. Bientôt nous rejoignons le soleil. Il fait très doux.

null
Passerelle
null
 Funambule

Les deux parties sont séparées par un bref parcours pédestre.

null

Le départ de la seconde partie, beaucoup plus raide, est lui aussi trempé ... il y a une flaque d'eau au pied, et un panneau qui rappelle que la via est interdite lorsqu'elle est glissante  . Nous hésitons un moment ... le côté dégoulinant me rebute un peu. Finalement le passage ne posera pas de problème, je montre à Caro mon arme contre le "stress des bras" en via ferrata, la petite dégaine courte qu'on attache au barreau pour se suspendre et se reposer.

null 

Première plateforme, une planche de deux mètres sur 50 cm ,suspendue en plein ciel . Superbe vue sur Grenoble, the place I belong to . Je me sentirai toujours chez moi ici, même si je n'y habite plus. Tant de souvenirs, depuis cet éblouissement initial causé par la chaîne de Belledonne enneigée !
La suite est ensoleillée mais bien athlétique, je ne me rappelais plus que ça faisait aussi mal aux bras. A la seconde plateforme, nous suivons le panneau qui porte une inscription "sortie femme". A moitié par flemme de continuer l'itinéraire "tire-bras", et aussi pour connaître ce passage que je n'ai jamais pratiqué.

null
Caro fait le mur

C'est moins physique, mais plus "fin". On franchit un mur des fortifications, puis on rejoint l'autre passage pour un bout de chemin non câblé, avant la sortie finale qui grimpe sur les murs du fort et rentre ... par la fenêtre. C'est insolite et amusant.

null
Les oeufs, tout un symbole ...

null null

Après le pique-nique au soleil, une courte balade jusqu'au Mt Jalla complètera la journée. Nous y découvrons un petit pas d'escalade , le "pas des buis" , qui amène directement au sommet.  En voulant couper droit à la descente, on parviendra même à grenouiller 5 minutes dans les buis , avant de retrouver le tranquille sentier de descente où montent des dizaines de collégiens.

null
Isère et synchrotron

Publié dans via ferrata

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article