Le DRU (Défi des Retardataires de l'Ubaye) Part I

Publié le par renarde1

Mercredi 11 juillet 2012, vélo de route, Ubaye, 120 km , 2520 m D+, en 7h (tot 8h30 environ)

 

 

On prend l'équipe de "l'AVM tronquée"  et on recommence ! Cette fois-ci nous voilà en route pour un mini-séjour en Ubaye. On a juste douze jours de retard sur le DFU, tant pis, on va faire le DRU : défi des retardataires de l'Ubaye  .... en plus cool !

 

La journée commencera seulement à 11 h du matin sur le vélo mais elle a commencé tôt pour moi, puisque je prends le TER de 5h24 de Valence à Grenoble pour ensuite aller à Barcelonnette en voiture avec mes coéquipiers.  J'ai pris un sac à dos avec tente, duvet, matelas aussi je ne fais pas de détour, comme en plus il fait nuit et que j'ai seulement l'éclairage minimum, je ne fais que les 4,5 km nécessaires jusqu'au centre ville.

 

J'arrive à 4h55 à la gare, elle est encore fermée, ensuite je crois bien que je suis seule dans ce train jusqu'à St Marcellin ! Pas de problème de place pour poser mon vélo ! On se retrouve tous les trois chez Laurène, et hop , en route pour L'Ubaye.

 

L'installation au camping "Le Tampico" effectuée, nous partons pour l'objectif principal du jour : le Col de la Bonnette. A partir de Jausiers on ne risque pas de le rater avec tous les panneaux qui vantent la "Plus haute route d'Europe" !

 IMGP2216

Que nous reste-t-il à grimper à partir de là  ?  grosso modo le dénivelé et la distance d'un Ventoux . A plus haute altitude. 

 IMGP2218

Les premiers kilomètres se déroulent dans une chaleur lourde, avec un soleil de plomb qui sera bientôt masqué par les cumulus. Les 34°C au thermomètre du vélo, avec un petit vent, ne me paraissent rien comparé au col d'Ey , ma référence suprême et donc je démarre assez bien. Il faut dire qu'à cette altitude  (1200 environ à Jausiers) il est bien rare que la température à l'ombre dépasse 30°C et même 25°C , certes le soleil cogne, mais l'air qu'on respire n'est pas bouillant.

IMGP2221
non non on ne s'arrête pas au chalet-bar-restaurant  

Ca suit bien derrière, Laurène est dans mes roues, les pentes présentent des variations importantes mais quasiment toujours entre 5 et 10%  à l'exception d'un ou deux replats marqués. On double des cyclos pourvus de sacoches.  Après avoir dépassé un petit chalet auberge, on atteint les altitudes supérieures, où il fait bien plus frais, d'autant qu'il n'y a plus vraiment de soleil.

 IMGP2224

Laurène me fait remarquer que le paysage devient minéral, je lui réponds "Miaou", mais elle met du temps à comprendre, l'effet de l'altitude sur les neurones sans doute ? 

En tout cas cela n'en a pas trop sur ses jambes, elle nous dit qu'elle doit absolument maintenir une certaine fréquence de pédalage donc s'envole devant dans les ressauts les plus raides ! Elle me distance sans souci dans cette partie ! Cisou s'offre le luxe de ralentir pour discuter avec les deux cyclocampeurs et donne un petit coup d'accélérateur ensuite. Moi au milieu, je poursuis mon chemin 

IMGP2223 
Elle accélère !

IMGP2226
On longe un magnifique patit lac

Pour ma part je remarque que la vitesse à pourcentage égal est moins élevée qu'en bas. Il est sûr qu'au dessus de 2500 m on ne fournit plus tout à fait autant de puissance ... ça laisse le temps de profiter d'un paysage de haute-montagne où l'on ne vient pas tous les jours. On remarque la piste qui va en direction de St delmas le Selvage, on a l'intention de remonter par là (il y a 3,5 km de piste non goudronnée)

P1040581.JPG
ah ah je me suis fait gratter là 

P1040583.JPG
Hi hi tranquille je ne suis pas la dernière !


IMGP2228 
La caserne de Restefond 

Un ou deux kilomètres très faciles précèdent le morceau final, la route qui s'enroule autour de la cîme, sans atteindre son sommet. Un vent furieux souffle en ces lieux avec de fortes rafales , une partie de ce contournement se fait vent de face ! Je trouve ça très difficile ... et je ne comprends pas pourquoi on n'avance pas  car mon compteur joue le yoyo, un  coup 5%, un coup 10 % alors que j'en "ressens" beaucoup plus , et continu !

IMGP2230-copie-1.JPG 
La difficile rampe finale (en fin de compte cela atteignait les 13%) 

IMGP2233
 
De ce côté-là il fait beau mais quel vent !!!

IMGP2232
Marrant de penser que l'orage menace de l'autre côté ! On pensait descendre cette route ...  

Le "Sommet de la route la plus haute d'Europe"  étant coché, comme il ne fait pas bien chaud on redescend au vrai col, bousculés par les rafales. Il faut prendre une décision , descendre derrière ou non , pour remonter par St Delmas et le col des Moutières ?
Cela ferait une journée à presque 3000 m D+, avec celle de demain qui est plus sérieuse encore ... de  plus le temps se dégrade, il tombe même quelques gouttes.  On change d'idée ... nous décidons de redescendre à Jausiers pour aller ensuite grimper le Col de Vars , ce qui en cas de pluie est moins "engagé" .

La descente malgré un très bon revêtement ne permet pas de se lâcher totalement , car elle est parfois étroite, et on n'a pas toujours visibilité sur les voitures qui montent .  Quelques grondements de tonnerre nous confortent dans notre décision.

 

Une pause-bistrot à Jausiers et on repart avec un vent curieusement favorable (pourtant on est en régime de Nord, je ne comprends plus rien dans ces montagnes !!!) vers le Col de Vars, donc vers le Sud . Cela fait du bien cette partie très roulante en légère montée, on atteint ainsi facilement St Paul sur Ubatye, en se disant que le Col de Vars est un "gentil col".


IMGP2237
Ca monte tout doux le long de l'Ubaye toute bleu, c'est un gentil col !

  IMGP2241
Bon les nuages ont une sale tête !

 De plus on a l'impression d'avoir un peu laissé les pires nuages derrière nous, on ne garde du temps orageux qu'une chaleur moite et de gros cumulus. 

 IMGP2243
Laurène "à l'agonie" se défend encore pas mal 

Mais l'animal n'a pas dit son dernier mot car les derniers kilomètres sont très soutenus avec une grosse sucession de rampes à 9-10% ! Laurène dit qu'elle est à l'agonie, pourtant elle grimpe toujours  assez bien. Elle voudrait bien me piquer en douce mon plateau de 28  et me refiler son 30 ; comme je me méfie je reste 50  ou 100 m devant mes deux compères.
IMGP2244

 De petits spectateurs sont venus nous applaudir 

On termine pourtant sous le regard des marmottes.

IMGP2245

IMGP2246


IMGP2247

Pour Laurène et moi c'est le 5 eme col à 2000, on va pouvoir postuler au club de Cent Cols ...  il ne nous reste maintenant qu'une magnifique descente, large,, très roulante jusqu'à Barcelonnette, même la partie finale assez peu descendante et vent de face se négocie très rapidement, pour moi dans la roue de Cisou qui n'est pas gêné par le vent.  ... ce qui fait remonter un peu la moyenne quand même !

On mange à la pizzeria du camping (très bonne) et on ne traîne pas en ville , le réveil est mis sur 5h30  pour le lendemain avec pour projet le très beau tour de Miss Anne Haycraft !

Publié dans vélo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aboju 20/07/2012 11:21


Ah...Barcelonnette...ça me rappèle mes vacances 2010 : J'étais moi aussi au camping "Tampico", un vrai spot pour le vélo en montagne, cerné par tous ces cols plus beaux les uns que les autres.


 Bravo pour votre sortie, enchaîner 2 grands cols, c'est pas rien !

renarde1 27/07/2012 22:05



Merci Aboju, Deux cols  le premier après-midi, et trois le lendemain, ça fait un bon petit séjour intensif  au
Tampico ! Le soir on a dîné au camping même, pas été faire la fête en ville !!!



KIKI-129 17/07/2012 12:28


super et très bonne idée le DRU


ayant débuté le cyclotourisme aux 6 jours de Vars j'ai apprécié la vallée de l'Ubaye et tout le Queyras, beau
reportage                       p ..... ca me manque ces belles montagnes avec les
plus de 2000


je venais depuis la gare de Guillestre avec sacoches et sac à dos pour aller à l'hébergment de Vars, maintenant j'en suis incapable

renarde1 27/07/2012 21:59



Pour les grands cols de l'Ubaye c'est mieux quand même sans les sacoches  car ça ne rigole pas !



cestdurlevelo 14/07/2012 09:16


qu'est-ce que ça fait envie! Superbe. Des 'grands noms' désormais franchis pour toi... la Cayolle, la Bonette, etc... wow !


J'avais raté cet article, était passé direct au numéro 2, pas trop compris pourquoi... mais faire ça en deux jours.... respect ! Ca engrange du D+ ça :)

renarde1 14/07/2012 17:08



Fantastique le coin en effet pour monter vers la ligne de karman 



l'Ange Blanc 14/07/2012 08:10


slt Brigitte, malgré ta panne d'internet je vois que tu n'as pas "chomée" côté vélo avec un "stage" en haute montagne, Barcelonnette une petite ville stratégique pour le vélo avec un maximum de
cols du 04, 05 et 06 + Italiens à portée, tous plus beaux les uns que les autres. Bravo pour la Bonette.

renarde1 14/07/2012 08:38



Salut Gil  c'est vrai la panne d'internet au moins n'empêche pas de pédaler ! Magnifique ce secteur en effet pour
les cyclistes, quand on grimpe un col ça ne rigole pas et ça ne dure pas une demi-heure 



David 13/07/2012 18:19


Superbe. Deux cols que je ne connais pas encore.


La cime de la Bonette est bien la route la plus haute d'Europe, mais le col lui-même n'est pas le col le plus haut d'Europe Il est surclassé au moins par l'Iseran, le Stelvio et Agnel.

renarde1 13/07/2012 18:27



Tu as raison : c'est ce que je me suis dit en lisant le CR de Baptiste