Migration estivale : Lisieux Valence J3

Publié le par renarde1

Lundi 15 août 2011, Sancoins - St Just St Rambert , 233 km, 1736 m D+

 

L'étape de la veille ayant été un peu courte (j'espérais arriver jusqu'à Moulins) , je repars donc tôt de Sancoins, vers 6h35, avec le petit jour gris et humide. Il fait 17°C ce qui est relativement agréable pour rouler. Par contre je démarre avec un bon mal de tête ( malus ) que l'absence de petit déjeuner n'arrange pas.  Il ne semble pas diminuer avec l'ibuprofène et je me demande si ce n'est pas dû à un hydratation insuffisante la veille ? avec la pluie j'oublie parfois de boire.  

 

Heureusement les premiers bonus ne tardent pas à se manifester : d'abord il n'y a plus de vent de face, et sans doute même un petit vent favorable : la vitesse s'en ressent tout de suite. Dans le premier village il y a une boulangerie ouverte !!!

 

DSC05170.JPG

De plus la petite route que je parcours en direction de Moulins (par Le Veurdre) est superbe. Elle longe une réserve animalière autour d'un château (Château St Augustin), et à travers les grilles je vois des chevreuils puis toute une famille de sangliers avec une floppée de marcassins

Tout d'un coup malus ! J'ai crevé de la roue arrière ! Re-malus, il se remet à pleuvoir  Le niveau 3 du jeu est décidémment très riche en évènements. Curieusement ce sera la dernière véritable averse que je verrai sur l'ensemble du voyage. Le vélo est dégoûtant et après réparation, moi aussi . Mais j'ai de bonnes flaques d'eau pour me laver les mains

En passant près d'un jardin, bonus ! Une poire sucrée et délicieuse me tombe presque sur la tête. Après l'avoir mangée mon mal de crâne diminue nettement

 

cigognes.jpg

Les cigognes poussent bien par ici ... la natalité va exploser

 

Re-bonus ! Je longe un champ de cigognes !!! J'avais déjà vu des cigognes mais ici ils en ont des champs entiers   ENORME !

 

moulins2.jpg 

Moulins

 

Après 50 km je parviens dans la petite ville de Moulins où je suis presque contente, après toutes ces contrées désertes, de retrouver un peu d'animation. Je ne suis pas fan des villes, mais le centre de la France le WE du 15 août me les ferait presque aimer. J'y trouve un café (depuis la veille j'en cherche un ) et un sandwich + flan pour le futur repas de midi.

 

En direction de Lapalisse, je prends des routes un tout petit peu plus grandes qui ont la bonne idée d'avoir un goudron lisse . En effet cela fait un moment que je-je-je me-me-me fais secouer sur du revêtement à gros grain , j'arrive à discuter avec les moutons et les chèvres , bêêêêê  Les collines deviennent un peu plus grandes, pour l'instant les routes ondulent modérément avec parfois un petit passage à 5% . Débarassée de mon mal de crâne, je me sens en grande forme, la moyenne prend une bonne tournure. 

 

DSC05179.JPG

Ne pas se précipiter dans les bras du gros nuage noir ...

 

Devant on distingue les reliefs du massif central, il y a encore de gros nuages très noirs, du coup je fais une pause casse-croûte avant Lapalisse, car si je vais trop vite je fonce droit dans le nuage noir. Comme le vent va maintenant dans le même sens que moi et peut-être un peu plus vite, je vais le laisser me débarasser tout ça.

 

DSC05180.JPG

Lapalisse

Lapalisse2.jpg

Je n'ai pas succombé à la tentation !  

La stratégie s'avère payante et c'est sous un rayon de soleil que je traverse Lapalisse et ses vérités, qui sont d'ailleurs des "vérités de La Palice ("Un quart d'heure avant sa mort il était encore vivant " )  pour me diriger vers le Mayet en Montagne. Là je fais une petite erreur d'aiguillage, qui me vaut de traverser à pied, un pont en travaux. 

 

Les "montagnes " en question ont plutôt des allures de grosses collines, mais la vue se dégage. La route s'élève avec une série d'ondulations, ce qui donne du dénivelé pour bien peu d'altitude   mais pour moi ce n'est pas un malus , eh eh, car j'aime bien monter , les jambes sont bonnes, et cela me fait plaisir de retrouver ce type de terrain. Il fait de plus en plus beau ce qui fait ressortir le "vert" de la région ! .

 

DSC05190.JPG

Revoir le ciel bleu est euphorisant !

 

 

petitcerveau.jpg 

Celui-ci valait bien un arrêt

Vers le haut de ces "montagnes" , je m'arrête prendre un nouveau café et j'ai la surprise de me voir offrir une part de tartes aux myrtilles avec une brochette de fruits   Si ce n'est pas du bonus ! le niveau 3 est super ! Et ce n'est pas terminé .... de l'autre côté c'est une descente ondulante sur près de 40 km ... en fait il y a des remontées, négociées en parties sur l'élan , en partie à fond dans l'euphorie du moment, et ça descend en plein ciel, sans jamais freiner ,  c'est superbe. Je dépasse St Germain Laval et rejoins la grande route à Boen, ce n'est pas rigolo mais  j'ai essayé une petite variante et le revêtement était vraiment affreux.

DSC05194.JPG

St Germain laval ... je crois !

 

Le dernier obstacle que je dois affronter est d'aller jusqu'à Montbrison, puis St Just St Rambert  sur une grande route très passante, C'est un peu pénible mais ça avance vite. Ensuite il faut trouver un hôtel et un resto, il est 19 h, je trouve les deux mais ce n'est pas sans avoir ajouté quelques kilomètres de recherches et de pérégrinations assez vaines dans diverses directions   Les gens qui ont une auberge et qui indiquent "auberge" dans un village feraient bien d'indiquer le kilométrage restant sur la pancarte, et si c'est ouvert ou non, ce serait sympa  

 

DSC05195.JPG

St Just St Rambert

 

DSC05196.JPG

Bords de Loire

Enfin ça fait bien monter le compteur , avec une journée qui fint à 233 km, il fait beau et doux, j'ai un lit et j'ai dîner en bord de Loire d'une bonne friture , je suis très près de St Etienne (à 20 km), ça sent l'écurie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans vélo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F


Ho letto la storia della volpe e lo so : glie piace l'italiano ed anch'io. Dunque scrivo in italiano per giocare. Puo rassicurarsi, non è un problema per me di capire il francese. I suoi
resoconti sono più interessanti degli altri blogs : spiegazioni su luoghi attraversati e viaggi, la scelta dei percorsi spesso nel Royans dove i miei cugini andavano negli anni trenta prima del
attaco dei tedeschi. L'italiano, l'ho imparato al liceo negli anni 60. E perchè lo so un poco. Mio intervento era per cambiare tutti quelli commenti per una borraccia.



Répondre
R


Molto divertente



F


Tornando dal' Atlantico avevo seguito il val di Cher e sul finale avevo raggiunto la stessa strada di lei. Dal confine Allier-Loira, era tutto in discesa fino a Santo Stéfano. La Loira,
dipartimento fiorito éra scritto sui panoncelli, ma piuttosto boscoso. Avevo raggiunto il Rodano ad Andance. Partito dall'isola Oléron, éra come lasciare tutta la mia vita indiétro di me.Boën,
Montbrison, St Just-St Rambert...dove sul ponte della Loira ho fato la stessa foto di lei... 36 anni fa. PS : il ciclo-passione di luglio, l'ho trovato a Laussone (Alta-Loira) l'ultimo giorno di
luglio. Salvare luglio !



Répondre
R


Che bello, abbiamo fatto un viaggio molto similare ! No e un problema per te di leggere le miei testi in francese ? Faccio quello che posso per rispondere in italiano, ma ho dimenticato
molto (ho imparato l'italiano quando vivevo vicino a milano 20 anni fa )



J


hello brig, rassure moi ta poire elle n'était pas en bouteille comme c elle que j avais fait deguster a tonton jef a la maison  super ton resumè de ton periple ,ton passage dans cyclo passion est meritè ,merçi pour ces reportages, pour moi ce matin c etait cols
du limouche, du bacchus, et et mon tourniol( 34 eme )a bientot de rouler ensemble avec l autre vedette de cyclo passion je çite; jefcyclo38; tu le connais n est ce pas? amitiès jojo.



Répondre
R


Je le connais un peu ce Jefcyclo38
Ce matin j'ai fait faire du vélo à ma maman, 5 km sur la via rhona,  bien quinze ans qu'elle n'en avait pas fait ! Depuis qu'elle a lu cyclo passion  ...



D


Super le CR du niveau 3 !


Justement, je me demandais comment tu gérais la récupération d'un jour sur l'autre, car 8 à 11 heures de vélo par jour pendant 4 jours, il me semble que c'était une première pour toi. Et même si
une partie de la solution consiste à modérer son effort, ça ne suffit pas. Peut-être feras-tu un petit bilan là-dessus dans le CR du niveau 4 ? (mais je suis d'accord qu'une poire tombée de nulle part peut aider à retrouver la pêche ).



Répondre
R


Excellent le dernier jeu de mot. Et bien vu, je n'avais jamais enchainé à ce point ce type d'étapes. Encore que l'ardéchoise 3 jours, avec environ 130 km, mais 2000-2500 m D+ s'en rapproche
déjà.
Je n'ai pas fait de bilan sur la récupération. En fait après plus de 10 h de vélo, je suis un peu cuite le lendemain, mais ça ne m'empêche pas de rouler, et je ne roule même pas vraiment
en-dessous . Seules les sensations sont différentes. En fait J1 et J3 sont longs, J2 et J4 assez courts. Sur du plus long, je pense pouvoir me reposer en roulant "seulement" 100 km donc une bonne
demi-journée .



V


Il faut vraiment en avoir pour faire ce genre de périple ! Tout simplement bravo !


Chaque région a son charme et la façon dont tu le découvres donne envie.


a+


V.



Répondre
R


Cela a un côté assez fascinant de traverser plusieurs régions différentes, en un temps finalement pas si long . C'est
très motivant d'avoir ce genre d'objectif, cela permet de surmonter facilement de petits obstacles



P


Moi aussi dés qu'il fait chaud j'en met qu'un mais le rempli trés souvent A+



Répondre
R


L'autre emplacement était pour le Kway



P


2 bidons seulement  c'est tout juste bon pour 80/100km ! Même s'il pleut ou qu'il fait froid pour une bonne
hydratation c'est 5/6 bidons et manger aussi c'est ça qui fait que le lendemain ça passe mieux. Bref ça sert de leçon. Pour la poire elle est bien tombée......... Fait gaffe car si c'est le veau qui te tombe dessus ça va faire mal. En attendant la suite....... 



Répondre
R


Moi j'en ai qu'un mais je le recharge ! Vu que je ne fais pas la course ... WC pubics, cafés, cimetières ... c'est juste que quand il pleut et qu'il fait frais je ne ressens pas la soif. Manger
par contre tu ne me verras jamais oublier, je suis un vrai ventre à pattes



B


Lapalisse était donc vivant 1/4 d'heure avant sa mort mais est ce qu'il l'était encore 10 minutes plus tard



Répondre
R


That is the question



J


Ah la vache, ils ont une drôle de tête tes moutons et tes chèvres
Et avec tes deux bidons t'es sobre comme un chameau
Une véritable méningerie, avec la huitième photo



Répondre
R


Je n'avais qu'un bidon, l'autre contenanit le Kway , enfin quand il n'était pas sur moi  Enfin j'ai trouvé à le
remplir quand même
La balade fut assez animalière ! dommage pour les biches je n'ai pas pu dégainer assez rapidement, l'appareil étant protégé par un sac plastique.



O


Effectivement le fait de pas assez boire arrive à laisser des traces le lendemain ...cela m'arrive souvent l'hiver ..2 bidons pour faire 220 km ...bon toi au moins tu profites de chaque instant
avec passion ...après la poire ....une pêche sur la tête dans le couloir Rhôdanien



Répondre
R


Argh j'ai raté la pêche dans la vallée du Rhône  Drôle de sensation d'ailleurs de se retrouver à Sarras en venant de
si loin ... mais ça c'est le prochain épisode