On dirait le Sud ....

Publié le par renarde1

Lundi 28 décembre 2009- Mardi 29 décembre 2009 - Calanques - Escalade

Entre les deux fêtes, Solange séjournant à Paris avec sa cousine, nous avions prévu un petit séjour ski de fond, ski de rando ... mais dimanche, la météo des jours à venir  est toujours aussi déprimante : pluie annoncée à 2000 m, douceur, risque d'avalanche très élevé ... J'ai beau éplucher les sites à la recherche de la moindre lueur d'espoir, faire travailler mon imagination, rien ne marche. La montagne est de mauvaise humeur. Si je ne veux pas l'être aussi, il faut aller ailleurs ...

Jérôme me propose d'aller grimper dans les Calanques.
Si je m'y suis promenée avec ma fille à plusieurs reprises, je n'ai pas grimpé là-bas depuis l'époque où j'étais étudiante. Dans ma bande de copains, il s'en trouvait un dont les parents habitaient à Marseille, et il nous avait fait découvrir le plaisir de l'escalade dans les Calanques ... en février. J'avais été éblouie par la douceur de l'air, l'eau de la calanque presque tentante au coeur de l'hiver, et ces voies sur le calcaire blanc de tours rocheuses élancées d'où l'on admirait la mer ...

P1010063 P1010066
Grimpeurs sur la falaise Nord

Bonne pioche !  Lundi après-midi, il fait gris, mais il fait assez doux pour grimper. Comme nous disposons de peu de temps, nous allons au Col de Sormiou , juste au-dessus des quartiers Sud de Marseille . De part et d'autre de la route, il y a deux petites falaises . Nous aurons le temps de gravir six petites voies suréquipées en 4c (Gafi), 5a (Mina) , 4c (Bague au doigt) et 5b+ (Class classic)  , 5a (Pro) et 5b (Hard) , sur un beau rocher sculpté bien typique des lieux qui offre des mouvements variés en dalle et petits murs raides.  La falaise exposée Sud , avec vue sur la mer, est cet après-midi plus fraîche que la falaise Nord, qui elle est abritée du vent !
L'ensemble manque un peu d'ampleur (les voies font une quinzaine de mètres) mais ça permet de s'habituer au rocher . Nous terminons la journée par une petite balade sur un promontoire.
P1010064
Vue du col de Sormiou (ou un peu au-dessus)

Nous passons la nuit à Cassis, à l'hôtel des Grands Jardins. Nous avons de la chance de trouver une chambre tout de suite car beaucoup d'établissements sont en période de fermeture annuelle. Nous sommes tout près du port où nous allons manger la marmite du pêcheur et l' aïoli au Perroquet , qui semble être la brasserie la plus animée à cette période de l'année. Le défilé des perturbations a laissé des traces, car de grosses vagues se brisent sur la plage. Dans la pénombre, elles prennent des dimensions fantastiques !
P1010070 P1010071
Cassis
Mardi, nous nous rendons à la calanque d' An Vau . C'est l'un des endroits les plus dépaysants que l'on puisse imaginer. Une véritable forêt de tours et de parois calcaires hérissées d'arbres qui s'accrochent on ne sait comment, protègent une petite plage enserrée entre les falaises.  On peut s'y rendre en bateau ... ou à pied, depuis le col de la Gardiole, atteint par une petite route peu signalée depuis la route du col de la Gineste reliant Marseille à Cassis. Quelques dizaines de minutes sur un excellent chemin suffisent pour atteindre ce petit paradis. 
P1010083 P1010090
Bien sûr, An Vau est une calanque très fréquentée, par les promeneurs, les grimpeurs, les randonneurs au long cours ... et l'été,  par les baigneurs amenés par bateau. 

P1010087

Nous n'avions pas pu trouver avant le topo du site, aussi nous choisissons au hasard une tour rocheuse de bel aspect .
Grimper sans topo est stressant, car on ne connaît pas la cotation de la voie où l'on s'engage, et on ne sait pas si "ça passe " ou pas. De plus, dès les premiers mètres, je suis impressionnée par le type d'escalade "à l'ancienne", à grosses prises mais très raide. Le premier clou étant 7 ou 8 m au-dessus du sol, je dois poser un coinceur : voilà bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé !
 Plusieurs passages très raides se succèdent, et je continue à compléter l'équipement qui me parait bien trop espacé.
Voilà qu'en plus en regardant en bas je prends Jérôme en flagrant délit de ne pas m'assurer  !  J'ai presque envie de descendre mais je repère un joli passage plus à droite pour rejoindre le relais et l'envie revient.
En fait, c'était du 5a mais je ne l'ai su qu'après. C'est vrai que les passages sont assez faciles même si c'est particulièrement impressionnant.  
En deux petites longueurs nous terminons la voie, par un superbe dièdre très raide mais mieux équipé (on distingue un grimpeur dans ce passage sur la photo)
. L'anneau de rappel se trouve dans une petite brèche confortable .  En grimpant deux mètres de plus, on se trouve sur une plateforme rectangulaire, de 2 mètres carrés, parfaitement plane : c'est le sommet de la tour. Je me mets debout dessus, à la Rébuffat. C'est une sensation très forte, même pour quelqu'un de peu sensible au vertige.  La "plateforme" est bien visible sur la photo ci-dessous, au sommet du "doigt", à gauche de l'arbre, en haut de la tour ! 

P1010080 DSC00017
Cherchez le grimpeur qui donne l'échelle                                                  Je suis debout sur un doigt

D'après le topo que j'ai acheté à mon retour ... cette tour se nomme "Petite Aiguille".  Après déjeuner nous allons rendre visite à la Sirène Liautard visible à droite. La voie est cette fois bien équipée et très esthétique, et semble attirer beaucoup de monde depuis que nous sommes arrivés. Nous commençons à nous habituer au style des voies classiques des calanques, avec de bonnes prises assez patinées mais franches, et des murs très raides avec des rétabissements sur de larges plateformes. Ces voies sont des voies "historiques" des calanques, elles étaient déjà très fréquentées à l'époque de Rébuffat, de Livanos ...

P1010077
Jérôme dans la "Sirène Liautard " . Il abordera bientôt le surplomb, dans le "V" au-dessus de lui.

Un petit tour sur la plage pour terminer ...
P1010084 P1010086
Plouf, pas plouf ?

L'heure du retour a sonné, mais nous voilà bien dépaysés par ces deux jours loin de la montagne qui ne "veut" pas de nous  !

Publié dans escalade

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

samaurore 03/01/2010 09:35


Ah les calanques! Il faudra revenir pour faire les grandes traversées au dessus de l'eau: la "sans-retour", la "Tabarly". Plus facile mais beaucoup plus sauvage: le balcon des écureuils sur la
Calanque de l'Oule ou bien à la Calanque des Pierres tombées, la superbe traversée de "la commune" ou encore le tour du Bec de Sormiou en passant par la Grotte du Capelan. En décembre au moins vous
avez été tranquille pour grimper à En Vau, du printemps à l'automne c'est noir de monde avec beaucoup de grimpeurs sur les Aiguilles de la calanque: le doigt de Dieu, la petite et grande aiguille,
les éperons partant de la plage...
Les grimpeurs marseillais (j'en étais un pendant 15 ans avant de devenir Grenoblois) préférent généralement grimper en face sud en plein soleil à l'abri du mistral comme à la Tiragne à Sormiou,
secteur exceptrionnel l'hiver. Le Col de Sormiou c'est bien aussi parce qu'il n'y a pas de marche d'approche mais les voies commencent à être bien pâtinées.


renarde1 05/01/2010 20:12


Merci pour toutes ces idées, ça me fait très envie et je vais certainement y retourner !J'ai fait la moitié moitié, la voie du levant , en 1987, et j'ai adoré ...


Michel 31/12/2009 19:35


Attention de ne pas tomber dans l'eau ! Personnellement, je ne serai pas à l'aise perché de la sorte ! je ne suis essayé à la via ferrata... un peu stressé !

Belles photos, belle pratique...

Bonne Année, Meilleurs voeux pour 2010 !

Michel


renarde1 01/01/2010 15:24


 Je me sentais assez à l'aise avec cette énorme écaille dans les mains et l'eau comme matelas potentiel (quoique
dissuasive en hiver  )  Je n'avais certes pas l'intention de prendre de bain.  N'hésite pas si tu veux
refaire une ferrata, je t'accompagne .


Olivier BUISSON 30/12/2009 20:43


Bravo pour ta polyvalence , cela me permet de lire tes magnifiques reportages
Bonne continuation , bonne année et santé pour 2010


renarde1 01/01/2010 15:21



Merci et Bonne année à toi aussi, j'espère pouvoir offrir encore bien d'autres reportages sur notre belle région !