Rencontre sous le ciel gris

Publié le par renarde1

Samedi 14 novembre 2009, roller, Guillerand-Valence Sud , 10 km
Dimanche 15 novembre 2009, vélo de route, Col Jérôme Cavalli, 55 km,

Temps très doux et gris, neige fondante et misérable en moyenne montagne, ce WE sonne prsque comme une fin de saison de ski ... cela veut dire que dans quinze jours, trois semaines,  il y aura une autre "première sortie". Le véritable hiver n'était pas encore installé !

Samedi, un violent vent de Sud nous dissuade de sortir les vélos. Nous nous contentons d'un petit parcours en roller, entre Guillerand-Granges  et Valence Sud pour ... aller manger au Kentucky Fried Chicken . Un prétexte comme un autre pour découvrir la belle piste au revêtement rouge qui longe le rhône. La piste cyclable n'a qu'une seule interruption de 200 m, puis elle reprend pour permettre le franchissement du Pont de Lônes. Elle est totalement séparée de la circulation, ce qui, en roller, est encore plus appréciable. 
null null
Il y a plusieurs descentes à négocier, dont celle du pont. Ca ne passe pas trop mal avec une série de virages,avec quelques freinages contre la barrière, puis à un moment on lâche tout, c'est le schuss jusqu'en bas, en priant avec ferveur pour qu'il n'y aie aucun obstacle, branche, caillou, bouche d'égoût sur la piste.
Les montées se passent bien, elles font travailler quelques muscles ignorés.
Le retour avec le vent dans le dos sera bien plus rapide, et nous prenons un peu d'assurance.

N'empêche que ... en lisant le site du roller à valence , j'ai vu qu'une des sorties proposée était la côte du Pin au-dessus de St Peray, et je me demande vraiment comment ils font pour ne pas prendre trop de vitesse en descente sur cette route pentue et de plus, assez fréquentée par les voitures.
Il faut dire que je ne sais toujours pas freiner autrement que par des "lacets" ou des demi-tours , je ne me sens donc pas plus en sécurité en descente qu'une personne ne sachant pas s'arrêter à skis qui arrive en haut du tire-fesse ...

Dimanche, le vent est tombé et nous partons des Pialoux sous un ciel bien gris pour une petite traversée du col Jérôme Cavalli, en montant par Crest puis Gigors. Comme il est déjà tard, nous prenons la route principale jusqu'à Crest, puis nous échauffons tranquillement dans la douce remontée de la vallée de la Sye. 
C'est peu avant Gigors que nous faisons une bien sympathique rencontre : nous croisons Gérard , cyclo et coureur à pied de Crest,  que je connais par son site  dont je suis fidèle lectrice, tout comme il me connaît par le mien !
Cette rencontre devait se produire un jour ou l'autre, à force de rouler sur les mêmes routes ... nous nous reconnaissons tout de suite. Nous ne pouvons papoter qu'un petit moment car les jours sont vraiment très courts et il est déjà tard ...Une autre fois, nous irons rouler ensemble  ... Dommage, je n'ai pas pensé à prendre une photo !

null null
kakis colorés sur fond gris !                                                  Eglise romane de Gigors
Un fort raidillon sous l'église romane défend le village de Gigors ; je n'ai encore jamais gravi cette partie en vélo. Au-dessus du village, nous retrouvons la route que nous connaissons bien et qui vient de Beaufort sur Gervanne . A mon dernier passage en juillet, j'avais 150 km dans les pattes, le vent du Nord de face, et la chaleur commençait à céder un peu de terrain à 19 heures ...
null
Vue sur le massif des Trois Becs, du belvédère au-dessus de Gigors

Il fait très doux pour la saison, je me mets même en tee-shirt dans la montée, Jérôme est en short, et nous n'aurons pas froid du tout dans la descente (avec le maillot manches longues  et le coupe vent quand même!)  .
Il fait déjà un peu sombre dans la descente sur Combovin, et pour le retour aux Pialoux, on peut dire qu'il fait nuit ... même si j'arrive encore à voir un peu la route.
Jérôme a de l'éclairage (pas moi) et je le suis de près. Le parcours est bosselé et il faut parfois anticiper le changement de vitesse. Tout à coup je vois un tas lumineux qui s'affale dans l'herbe, je le double de justesse : c'est Jérôme qui a déraillé, et comme il n'est pas encore habitué aux pédales autos, il est tombé presque à l'arrêt !  (j'ai fait moi aussi trois chutes quasiment à l'arrêt avant d'acquérir le bon réflexe)

Arrivée peu avant 18 heures, il fait bien noir maintenant, la saison des balades avec retour nocturne est lancée !

Publié dans vélo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

phil 17/11/2009 17:03


C'est toujours rassurant de savoir qu'on a pas été le seul à se gameler à l'arrêt avec les pédales automatiques


renarde1 17/11/2009 19:15


Eh oui,ça semble être un phénomène universel


cricri 16/11/2009 07:11


Ma chère Renarde, il serait bon que tu partes avec le nécessaire d'éclairage sur ton vélo... Cela pourrait te servir et surtout te sauver la vie. Et nous, la renarde, on y tient!!!

Pour la piste cyclable, j'irai y faire un tour un de ces 4 en passant dans le coin, car elle évite probablement bien des ennuis


renarde1 16/11/2009 11:34


Tout à fait juste, je vais de ce pas m'équiper d'éclairage pour la prochaine  . Avec ces températures de printemps,
ces couleurs d'automne et ces nuits d'hiver, on n'y comprend plus rien et on se fait avoir facilement ...


Gerard 15/11/2009 22:29


La rencontre a été rapide. Nous n'avons pas eu le temps de papoter,
 mais je suis heureux de vous avoir rencontré.Cela a été une agréable surprise.
Nous trouverons l'occasion de rouler ensemble.
Je suis rentré avant la nuit.J'étais sur le retour.
Pas de chance pour Jérome, mais il m'est aussi arrivé de tomber à l'arrêt au début avec ces pédales.
La photo avec le massif des Trois-Becs est superbe.
A la prochaine


renarde1 16/11/2009 11:32


On a bien fait de ne pas s'attarder plus, car il faisait vraiment très nuit , heureusement pas pour la grande descente ! La
prochaine fois on tâchera de trouver du temps pour causer  ...