Le beau manteau blanc, extase et pièges !

Publié le par renarde1

Vendredi 8 février 2013, ski de randonnée, la Ferrière d'Allevard, 1550 m D+ en deux montées , total 6 heures environ.

 

8h30, -10°C, pas de vent ... nous poussons les skis dans une neige poudreuse légère et épaisse qui promet monts et merveilles .

Aujourd'hui, Véro est de la partie et se joint à mon équipe habituelle, pour une exploration du côté de la Ferrière d'Allevard, en direction du lac du Léat . .

 

IMGP5185.JPG

Loin d'être une débutante, elle arpente elle aussi depuis longtemps les pentes de Belledonne, Chartreuse, Vercors .
Nous avons fait ensemble trois belles sorties en vélo (dont le Gerbier de Jonc en octobre) , mais c'est la première fois qu'on se retrouve pour skier.

IMGP5184.JPG

 

IMGP5189.JPG

Le soleil se lève du côté de la station des 7 laux (Pleynet)

IMGP5190.JPG

Ca ne manque pas de neige ...

 

Notre paradis se mérite. Après Cisou, c'est Véro qui se met à la trace. Trace ? véritable tranchée oui, qu'il faut creuser pour progresser. La quantité de neige poudreuse est hallucinante. Derrière, c'est le grand confort pour Laure et moi . Une petite erreur de parcours nous fait croiser la route d'un chamois. Après 850 m D+ , nous débouchons sur un replat au-dessus de la forêt. Il sera notre terminus, pour ne pas aller taquiner les pentes supérieures où le vent aura rendu la neige dangereuse.

Rien ne nous empêchera de faire une seconde remontée, bien plus rapide grâce à notre trace, pour profiter de la neige.

 

IMGP5201.JPG

 

 

IMGP5194.JPG

Il faut avoir une grosse condition physique pour tracer là-dedans !

IMGP5197.JPG

Arrivée au paradis !

IMGP5200.JPG

 

Peaux de phoques dans la veste (pour les tenir au chaud, afin qu'elles collent encore à la seconde remontée) , nous entamons la descente. Malgré une neige un peu plus dense sur le plateau, le ski est fabuleux ... et carrément extatique quand nous plongeons entre les premiers arbres ... des sensations inimaginables ... un ski d'une facilité déconcertante !

 

La pente se raidit, à droite une belle clairière pentue, qui tente les filles, tandis que Cisou chosit un coin plus boisé.

Laure s'engage dans ce passage, je la suis, un peu décalée à gauche, et nous échangeons brièvement sur le fait que dans cette partie raide, on sent le fond dur dessous.

Et tout à coup je vois la clairière qui se met en mouvement

Est-ce moi, est-ce Laure, ou nous deux qui avons déclenché la coulée ?

Laure est embarquée.

Véro et moi, immobiles, cherchons avant tout à ne pas quitter Laure des yeux pour savoir où la chercher au cas où elle soit ensevelie. Cisou la voit également, de là où il est.

Une sorte de tas de neige bombé la suit, et me la cache un instant, ce qui me fait très peur. Puis tout s'immobilise, elle nous dit que ça va et se redresse. Toujours en surface pendant ce regrettable "voyage", elle ne s'est pas blessée, et n'a pas perdu de ski. Elle a craint surtout que l'avalanche, dans une clairière dominant une zone boisée, l'écrase contre un arbre (un accident de cette sorte a tué trois randonneurs en chartreuse, il y a deux ans) .

 

Je suis toujours sur la partie de la plaque qui n'a pas bougé. Je n'ose plus skier par peur que le reste parte aussi, donc je recule 10 m, et vient me placer sur la neige dure laissée par la plaque friable.

IMGP5202.JPG

On voit la zone où la plaque est partie.

 

Toute l'équipe a les jambes tremblantes. En cause, clairement une erreur dans le choix du terrain : clairière raide et rupture de pente, alors qu'il suffisait de rester dans les arbres.La neige fraîche (30 cm) à cet endroit, a juste glissé sur un fond dur (pluie, vent ?)  Une alerte qui permet d'augmenter notre vigilance devant un phénomène qu'on "oublie" parfois dans le plaisir de l'instant ... ce qui ne supprime pas le risque, c'est vrai ! 

 

IMGP5204.JPG

Des pentes douces et de la neige jusqu'aux oreilles pour reprendre confiance !

 

En dessous, il n'y a plus de souci. Les clairières rencontrées seront en pente douce, et les parties forestières dans le duvet blanc permettent de retrouver confiance peu à peu. 

La qualité du ski en forêt encourage à une seconde montée (on ne descend pas tout à fait à la voiture) , moins froide que la première, et bien plus facile grâce à la "tranchée" .

IMGP5206.JPG

Seconde montée

 

Notre descente se fera entièrement dans les bois, cette fois proche de l'itinéraire de montée. Sans incident celle-ci (ouf)  ... juste quelques cris de plaisir qui résonnent dans les bois, de la neige qui vole ... sous les yeux d'un autre chamois étonné (à moins que ce soit le même) .

 

IMGP5208.JPG

 

IMGP5211.JPG

 

IMGP5209.JPG

Publié dans Ski de randonnée

Commenter cet article

souri38 07/01/2016 11:30

inconscience ou insouciance?

Brigitte 07/01/2016 13:06

Ni l'un ni l'autre, encore qu'une part d'inconscience soit nécessaire pour vivre, tout simplement. Le risque d'avalanche est pratiquement toujours là en ski de randonnée, et je suis probablement passée à côté de la cata plusieurs fois ces années où je faisais 40 sorties de ski alpinisme par an. Mais je ne regrette pas ! (et qu'en est-il du risque d'accident de voiture ... de la collision avec un autre skieur en ski de piste etc ... )
De plus il s'agit d'une prise de risque qui ne met en danger que nous-mêmes ... contrairement à certains comportements au volant.

Myriam 10/02/2013 11:52


Bonjour Brigitte,


Je lis votre blog depuis des années mais ceci est mon premier commentaire.


Votre passage dans la mini avalanche m'a beaucoup émue, car je viens de perdre mon père dans une coulée, il y a qques jours.


Je vous souhaite de continuer à profiter de la vie à 100%!

renarde1 10/02/2013 15:18



Bonjour Myriam, merci pour ce gentil message ...je suis très triste pour votre père . Malheureusement quand le destin s'en mêle, l'expérience et la prudence ne suffisent pas. C'est arrivé aussi à
deux copines avec qui j'avais fait des sorties, à quelques années d'intervalle. Une grosse pensée pour vous, et bon courage à vous et votre famille ... à bientôt sur le blog !



frederic 09/02/2013 23:16


J'ai commence a travailler a Grenoble, pour un passionné de montagne c'etait plutot bien ( mais je suis de Paris  ) puis ma profession m'a conduis en franche comté, puis Paris pour arriver din ch'nord, ou l'on est plutot pas mal, pour le
velo  la neige aussi d'ailleurs, mais moins epaisse 


Mais c'est vrai que la peuf c'es grisant, mais attention ...   allez dans une semaine j'y serai 

renarde1 10/02/2013 15:12



Bonnes vacances à la neige alors le moins qu'on puisse dire c'est qu'on n'en manque pas dans les montagnes !  (moi
aussi j'ai passé une bonne quinzaine d'années à Grenoble ...)



frederic 09/02/2013 21:56


Tres jolie descente, une alerte pour rester vigilante ouf 


 


Ca fait envie de retourner vivre la bas, que de souvenirs pour moi 

renarde1 09/02/2013 22:20



En ski de rando je n'ai pas le même "rapport" avec les différents risques encourus. Le risque de chute en pente raide ou exposée, je le ressens, c'est émotionnel (peut-être parce que je l'ai
vécu) . Le risque d'avalanche, on le prend en compte (d'ailleurs on venait de renoncer à poursuivre dans les terrains découverts au-dessus) , mais ça reste  du domaine du raisonnement.
Et quand on skie avec une neige pareille ... c'est grisant ... on va dire une petite punition pour conduite en état d'ivresse !
Tu vivais où exactement ?



isabelle 08/02/2013 21:05


De l'Adrénaline et beaucoup de plaisir durant votre sortie. ça fait partie des aventures...Bravo pour votre condition les filles!


Belle mise en bouche pour les fan de rando. Trop bien cette "POUDRE"!


 

renarde1 08/02/2013 21:53



Oui parfois on fait quelques erreurs ... pris dans l'action et un terrain qu'une telle neige rend si tolérant et facile   Dans les bois cette poudreuse bondissante autorisait toutes les variations !