A l'ombre du Fouda Blanc

Publié le par renarde1

Samedi 1er Août 2009, Chartreuse, Le Fouda Blanc par le Grand Sangle, Randonnée pédestre, 800 m D+

De la même manière que certaines oeuvres classiques sont oubliées par des lecteurs acharnés, les randonneurs habitués des sentes à chamois et des passages improbables oublient certaines balades classiques. Or,  les classiques sont souvent somptueuses, elles n'ont pas volé leur succès.

Le Grand Sangle du Fouda Blanc, donc, manquait à ma liste . Avis aux âmes sensibles : Les photos qui vont suivre montrent une trace minuscule dans une paroi impressionnante, pourtant, cette vire est très parcourue, et le sentier bien plus confortable qu'on peut l'imaginer.

Vers 9 heures du matin, la forêt est encore fraîche lorsque nous remontons la raide piste au départ des Varvats.Nous allons rester à l'ombre la plus grande partie de la montée. Bientôt, la pente se calme et nous parvenons dans le vallon de Pratcel : une sorte de "canyon", puis une charmante petite prairie fraîche et fleurie. Le chemin monte de nouveau jusqu'à une petite barre rocheuse surplombante à gauche : il faut alors le quitter pour cheminer en balcon sous la petite barre, à plat ou en légère montée.  

 
Approche herbeuse                                                                Petit rayon de soleil en début de vire

La vue se dégage, devient grandiose : en haut d'une prairie, débute la vire nommée "Grand Sangle" . Il s'agit d'une zone d'herbe inclinée, entre deux hautes barres rocheuses, longue de plus d'un km (et même plus si l'on va jusqu'au Pinet) La fréquentation y a tracé une vraie sente où l'on peut poser les pieds à plat.  L'ambiance est bien plus sereine qu'au glandasse. La chute est tout aussi interdite, mais le terrain est meilleur et la vision du vide bien moins effrayante.


Le sentier sur la banquette se voit peut, pourtant il est là !


Là on comprend mieux !

 
Mettre un casque, pour ne pas se cogner !                       Nous c'était le balcon du bas          

Bientôt, nous croisons un sentier avec des points bleus qui nous servira pour la descente; nous l'empruntons vers le haut pour l'instant. Il y a un curieux passage d'escalade où il faut retirer les sacs et se fourrer dans une étroite faille, puis se hisser (grimpe avec les fesses) . Puis de nouveau une petite vire, deux mètres d'escalade très facile et l'on débouche sur les plateaux.


Trop bien cet endroit pour boire son café. Le ventre sur l'herbe tiède, le soleil qui me chauffe les dos ... Ahhhh!

Nous redescendons par le sentier dit de "la grotte à l'Echelle" . Il faut imaginer une grotte à étage. Vous rentrez par le balcon du haut, et hop, avec l'échelle vous descendez au rez de chaussée. Non, il n'y a pas d'ascenseur.

 
1 er étage                                                                                     Rez-de-chaussée

Plus bas il y a encore un petit passage à désescalader ; quelques éboulis, un sentier que l'on perd un peu, il faut fouiller dans le bois. On retrouve une sorte de sentier-rigole rempli de feuilles mortes, qui nous ramène rapidement à la piste puis à notre point de départ. Non sans avoir goûté les framboises locales.

Voilà une balade amusante, pas trop longue et idéale par temps de canicule (la vire ne prend le soleil que tard dans l'après-midi ... si elle le prend ! )




Publié dans randonnée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article