Un rêve, trois massifs, 300 kilomètres

Publié le par renarde1

Vendredi 24 juin 2010, Tour Vercors-Trièves-Matheysine , vélo de route, 300 km, 2700 m D+

 

L'idée de faire 300 kilomètres, est née à la fin de mon 200 kilomètres de l'an dernier, en Normandie. Elle a hiberné l'hiver, a poussé avec le printemps ... il me fallait un beau circuit qui stimule ma motivation, il est né au fil des jours : Vercors-Trièves-Matheysine.

 

 

Restait encore à passer à l'acte. je savais que l'après-Ardéchoise était la période favorable, celle où l'envie de vélo domine, celle où l'entraînement commence à me faire penser que 100 km, c'est relativement tranquille. Je visais plutôt  la semaine d'après - mais la meteo en a décidé autrement. Sur les graphes de meteociel, elle était là, LA journée de rêve, non caniculaire, bleue du matin au soir, avec un léger vent de Nord favorable à mon circuit.

 

Vendredi ! Une fois la date décidée, le stress m'envahit. C'est gros pour moi, très gros, et je suis terrifiée. C'est vrai, il y a des trains tout le long et rien ne m'empêche de monter dedans, les hébergements potentiels à Grenoble ne manquent pas , mais je ne m'y autorise pas ! C'est d'échouer que j'ai peur ! Je n'ose même pas en parler, par superstition, et je finis par avertir quelques personnes tout de même : j'ai besoin de soutien, et surtout maintenant je ne peux plus reculer ....  la veille au soir tout est prêt : l'éclairage avec la batterie rechargée, les petits sachets de nourriture attachés sur la sacoche, les vêtements étalés dans la chambre. Autant dire que la nuit de jeudi à vendredi n'apportera pas beaucoup de repos : cent fois je fais le tour du vercors  dans mon lit.

 

DSC00720 DSC00721

Prête à partir                                                                              C'est quoi cette planète à deux lunes ???

3 h 30 . Je quitte la maison dans le silence d'une nuit tiède (16° au départ) . J'ai très peu roulé de nuit jusque là mais cet environnement va se révéler vite très agréable et rassurant : en effet, c'est presque la pleine lune, une lune orange superbe et la visibilité même lointaine est excellente. Il me faut cependant une vingtaine de kilomètres pour évacuer mon stress de la veille et trouver un rytme régulier. A Montélier, je rejoins la route de Crest et en avant pour 24 km le long de celle-ci -avec, comme prévu, un vent de Nord très léger qui me pousse -

Un peu plus loin je reçois un SMS de Cricri - Ca me touche énormément. Ca c'est du coaching ! Et d'ailleurs c'est magique car juste après, la route commence à descendre légèrement .; je me retourne et derrière moi, je vois poindre les toutes premières lueurs du jour.

Je connais bien cette descente. Dans mon cocon de nuit claire, à 40 km/h, j'ai une bouffée de joie sauvage. C'est juste fantastique d'être là.

J'entre dans Crest, il est 5h07. Mon Dieu, Cricri, à quelle heure t'es-tu levé ?

 

DSC00722

Crest .... Gérard, bonne fin de nuit !

6 h

Après 60 km, quelque part entre Saillans et Die, je m'accorde une petite pause. Bien que ma vitesse reste constante, je me sens un peu moins bien. En fait j'ai faim, c'est juste l'heure du second petit dèj , un demi-sandwich chèvre frais-viande des grisons (miam la prochaine fois j'en prends quatre) que je déguste en contemplant les premiers rayons de soleil sur les trois becs.

DSC00723 DSC00726

Trois becs au soleil ... et route de Crest déserte             Pontaix

 

Je suis en avance sur mon planning - et cette avance m'encourage. Je m'accorde un café à Pont de Quart avant le début de la montée. Il y a un peu de monde dans le café, mais ils ont tous l'air zombie , et je me sens plus vivante que jamais

DSC00725

Pontaix et la Drôme

DSC00727

Environs de Die ... une lumière splendide

8h30

DSC00728 DSC00729 

Menée

Je suis quelque part dans le col de Menée, il fait frais et même très frais à l'ombre, mais la montagne est inondée de soleil, c'est vraiment splendide Je suis toujours en pleine exaltation, d'autant que j'ai toujours un moment vers les 90 km où je me sens au top physiquement . Il faut dire que ce col est vraiment facile et très progressif, avec des pentes souvent autour de 5%  .

monteecol-copie-1.jpg

A 8 km du col : la perfection meteo absolue

 

La seule difficulté sera un peu de vent de face dans certains lacets plus raides de la partie haute. Compteur, interdiction d'afficher une vitesse à un chiffre ! 9,9 ça ressemble à quoi ? tu crois que je vais te laisser faire ? Je ne suis pas étonnée du vent, c'est ... comme prévu. Je passe au pied de "mon" Mt Barral, belle sortie de ski de cet hiver.

Je franchis le tunnel, que je trouve bien noir (ma fille si tu enlevais tes lunettes de glacier il serait moins noir le tunnel )

L'altitude du col routier ne correspond pas à celle indiquée sur le panneau - elle n'est que de 1402 m, ce qui est déjà pas mal pour le Vercors - J'ai toujours 40 minutes d'avance sur mon planning, ma moyenne roulée au col est de 18,6 km/h et j'ai fait vraiment peu de pauses.

DSC00733

Je suis très - trop - habillée pour la descente vers Clelles

 

 Isère, à nous deux !

 

DSC00734 DSC00735

Des volies nuageux sur l'Isère                                                Le ravin de la tête Chevalière

10 h 30-13 h 30

DSC00736

Le Mont Aiguille

La traversée Trièves-Matheysine débute là, dans le petit village de Clelles. Grenoble n'est pas bien loin à ce moment et je pourrais couper, mais je n'ai aucune raison de le faire. A partir de ce moment, je vais faire une grande partie avec un cyclo isérois, qui lui aussi se dirige vers la Mure.

 

DSC00739

Trièves : vers le col  Accarias

 

Cela va me permettre de garder un rythme, en discutant, d'éviter les pauses trop longues dans cette section qui comporte plusieurs bosses (et un col) dont une assez sèche pour rejoindre La Mure après le pont de Ponsonnas. Il me fera découvrir une petite route qui évite les derniers lacets de la grande  Une partie superbe dans de petits hameaux, avec un court passage à 10% mais aussi une fontaine. Maintenant il fait très chaud (enfin normal, mais étant une renarde polaire j'ai chaud )

 

DSC00740 DSC00743

 Au-dessus de Mens                                                                descente vers Ponsonnas

 

 

DSC00745

Ponsonnas : pas de candidats au saut à l'élastique aujourd'hui (d'ailleurs moi non plus )  

 

A La Mure, je suis prise d'une subite et irrépressible envie de Yop . Toutes mes grosses courses en montagne ont été accompagnées d'envie de Yop, en dehors de ça je n'en consomme pas . Comme il est 13h, je dois aller jusqu'au supermarché -il y a plein de travaux sur la route et c'est très désagréable, en plus ça monte, mais il faut obéïr à l'envie de Yop .

DSC00747 

     Le parking "du Yop " pas forcément sexy mais le ciel était joli ... et les pentes derrières très skiables

   

DSC00750

Saleté de pylônes !!!   

 

Encore deux petites bosses (la seconde je me rends compte que je commence à monter moins bien) et c'est la superbe descente sur Grenoble depuis La Motte d'Aveillans. La partie plate est avalée à une vitesse supérieure à 30 km/h (donc où ça descend, ou alors j'ai le vent dans le dos ) Il fait chaud chaud dans la cuvette Grenobloise -me voilà bien poisseuse ! Ma moyenne roulée est revenue au dessus de 20 km/h, chouette !

 

14h40

 

DSC00754

Km 200 pause Coca à Grenoble avec ma team ski de rando

 

Laure et Antoine m'attendent au café "Le Méditerranée", non loin duquel démarre la piste cyclable de la vallée du Drac et de L'Isère. Ce café est notre point de RDV pour le ski de rando chaque hiver. C'est super sympa de s'y retrouver pendant mon tour. Je fais une bonne pause tandis que je mets au point mon prochain rendez-vous avec Alice, qui part de Tullins dans ma direction.

Voilà, j'ai dépassé les 200 km. Ca ne m'étais jamais arrivé. Il ne se passe rien de spécial - à part que le plat et l'ombre, je suis pour, la chaleur est écrasante -

DSC00755

Le Drac avec énormément d'eau

Nous allons avoir beaucoup de mal à nous retrouver ! Heureusement qu'il y a le téléphone portable ...Je connais mal le réseau des pistes, nous allons réussir à nous croiser sans nous voir . Après une étude détaillée des points de repère, je me pose quelques minutes, et elle peut enfin me rejoindre

 

DSC00757

 

Me voilà avec une seconde coach, une triathlonnienne de choc , Cela va donner un beau rythme à cette partie, à 26-27 km /heure sur la piste cyclable, puis la petite route jusqu'à Cognin. En plus on cause tout le temps , comme elle vient de faire le triathlon de Cubize dimanche dernier , voilà que je nage dans le Lac des Sapins, il fait 8° et l'eau est glacée . La présence d'Alice est très encourageante car elle est très enthousiaste au sujet de mon projet du jour ...  Elle me quitte à Cognin les Gorges. J'ai parcouru 240 km.

 

DSC00758

Séparation à Cognin sous un soleil ... qui cogne bien !

 

Olivier, je ne suis pas loin de chez toi et il ne fait pas nuit ... j'ai encore des heures de jour devant moi ... donc tout va bien

 

18 h

Appel de Cricri : il tombe à pic pour me soutenir le moral, car bien que j'avance toujours bien sur la nationale, je me sens comme en sursis. Les montées deviennent dures et la fringale pointe le bout de son nez très régulièrement. J'ai de la chance de n'avoir aucun mal à manger (au contraire) mais je consomme le sucre à toute vitesse.

Je fais encore un arrêt à St Romans pour acheter un friand au fromage (envie de salé)  et boire un coca.

 

DSC00759

 

Bientôt St Nazaire en Royans .... il fait encore 31°C !!!... je pourrais garder la nationale, rentrer par Romans, mais ce n'est pas mon idée de départ. Je dois encore passer la bosse de Beauregard Barret, et là, ce soir, elle me fait peur. déjà qu'en temps normal je ne l'aime pas car elle est trop rectiligne ....

 

DSC00760

Le Col

J'ai raison d'avoir peur, parce que maintenant, c'est vraiment dur. Je me sens faible.Les histoires que je me raconte ( il est 18h30, tu n'as rien fait de la journée, et tu vas juste faire un petit tour après taf, 40 km avec cette petite bosse, c'est rien de rien ) ne marchent plus trop. Si seulement ce soleil arrêtait de me griller sur place.

 

 

DSC00762 

Rochers de deux soeurs sous un soleil encore féroce après 19h

 

Arrête de nous en faire un fromage de cette bosse

 

Je passe tout à gauche et je roule à 8 km/h  (personne n'a dit que c'était interdit de mettre tout à gauche , et en plus il n'y a personne) .

Un kilomètre sous ce fichu petit col qui n'a pas de nom, je dégaine ma dernière cartouche : un gel de l'ardéchoise (donné en cadeau au retrait des dossards) . Ca fonctionne et je passe le col et les deux micro-bosses suivantes sans m'effondrer. A Barbières j'apprécie cette descente où je ne fais RIEN de RIEN , pas pédaler, pas freiner.

 

DSC00763 DSC00765

Le village de Marches . Vers 20h30                                       Champs colorés vers Besayes

 

 

Juste avant 21 h

Je suis maintenant trop près de chez moi - et le compteur trop loin de 300 - A Alixan je prends la décision d'ajouter les 6 km qui manquent, sur du plat .... je commence à être vraiment mal sur le vélo, le cuissard me brûle la peau, mes épaules sont crispées ...mais qu'est-ce que 6 km.

 

DSC00766

A 700 m de l'arrivée ...

 

La fraîcheur retrouvée va m'aider, mais je n'éprouve pas de joie intense lorsque je franchis les 300 km, la fatigue inhibe un peu mes émotions. C'est juste en arrivant chez moi, lorsque  que je tombe sur Pierrot,mon voisin cycliste. que la jubilation s'empare de moi  Je lui dis "Pierrot, je l'ai fait, regarde mon compteur " !!!!

"300 km ... tu les as fait .... aujourd'hui ????"

 

Epilogue

 

C'est d'abord un grand MERCI à tous ceux qui ont eu une part dans cette aventure. A tous ceux qui m'ont accompagnée, ou retrouvée quelque part sur ma route. A tous ceux qui m'ont envoyé des SMS, des coups de fil , des mails d'encouragement et de félicitation. A Cricri dont les récits et les réalisations depuis plus d'un an m'ont inspirée, et à Olivier dont le blog avec de fabuleuses sorties m'a incitée à passer à l'action dans la mesure de mes moyens au lieu de rêvasser (et hop un petit tour du Vercors ?)

 

Je donne mes relevés de compteur, ce n'est pas mon habitude  mais permet de montrer que même pour quelqu'un qui roule tout doucement, c'est possible. A noter qu'avec un retour en train depuis Grenoble, on réalise également un 200 km de grande classe et pas trop difficile. 

 

Temps total : 17h36    (de 3h30 à 21h06 ) 

Temps sur le vélo : 14h40 

Pauses 2h54 

Moyenne roulée 20,5 km/h 

Moyenne pauses comprises : 17,09 km/h (Prévue : 16,5 km/h)

 

Itinéraire

http://www.openrunner.com/index.php?id=604064

(ceci est l'itinéraire prévu, il y a avec celui réalisé deux petites différences à La Mure et Champ sur Drac, et les 6 km à Alixan ajoutés n'y figurent pas )

 

Et la logistique : Emporté (quasi tout consommé) : un sandwich, deux grosses tranches de pain d'épice maison, petits gateaux énergétique, gerblé amande, 1 petit sachet de figues,  gel de l'ardéchoise. Le mieux c'est le sandwich !

Autres : 1 café, deux cocas, 850 g de Yop, 1 friand au fromage, les petits fours apportés par Laure et des biscuits et  fruits séchés offerts par mon compagnon de route du Trièves

Vêtements : (j'en avais trop) gilet réfléchissant,manchettes, micro coupe-vent , buff , lunettes de glacier force 4 très utiles et crème solaire protection 50

Eclairage : Avant sur batterie (au guidon) + frontale sur casque / arrière traditionnelle + clignotant sur le bras.

 

 

 

 

 

Publié dans vélo

Commenter cet article

Bernie38 30/06/2010 09:17



Bravo pour ce 300 kms.......... presque en solo
Sacré motivation, surtout que j'ai lu que depuis tu n'es pas restée inactive
Bel exemple pour nous tous
Amitiés cyclistes
Jean-Pierre


 


 



renarde1 30/06/2010 10:08



La motivation ... ,'est pas ce qui me manque le plus . Je n'ai pas du trop forcer car j'ai vite récupéré (sensation
désagréable d'avoir un petit coup de chaud le soir même ... et la dalle pendant 3 jours  ... pas cher payé)
Merci pour ton message, ça m'a fait plaisir d'être encouragée par la petite communauté des bloggeurs de la région.



franckcyclo76 29/06/2010 11:16



Bonjour Brigitte,


Je ne viens pas très régulièrement te rendre visite (surtout quqnd je suis en congés), mais là, ça valait le coup !


Un grand, grand, grand bravo ! Belle expédition en solitaire !


300...Un autre cap à franchir pour moi aussi, après celui des 200. Pas au programme pour l'instant.


Encore félicitations, et merci pour le reportage et les photos.



renarde1 29/06/2010 20:21



Merci Franck . Cette journée restera un temps fort de mon année 2010 . Avec le recul, voici les conclusions que j'ai pu en tirer, si cela peut te servir.
- Il est très important que le parcours en lui-même soit motivant
- Le soutien des amis est essentiel
- Partir tôt est un atout énorme
- Je n'ai pas du manger tout à fait assez car ensuite j'ai eu faim pendant 3 jours sans arrêt
- J'ai eu du mal à partir du km 260 en partie à cause de la chaleur , normal pour quelqu'un qui aime le froid.



Helliot 28/06/2010 15:47



Renarde1              tu es formidable, une telle volonté, un tel talent pour nous faire partager ta passion, et les photos
toujours aussi magiques avec des mots toujours justes, c'est vraiment agréable de te suivre sur ton blog.


Je ne mets pratiquement jamais mes parcours, ni les temps, ni les moyennes, ni les dénivelées, juste quelques photos et impressions.


Surtout cette année, où je me traine sportivement, mais il y a toujours l'envie de découvertes .


[url=http://www.servimg.com/image_preview.php?i=100&u=15061575][img]http://i66.servimg.com/u/f66/15/06/15/75/p1000812.jpg[/img][/url]


 


 



renarde1 28/06/2010 19:34



Bonjour Jaky,
Merci .
Tu te traînes sportivement ???? Sur tes 13 ventoux en 5 jours  !
Pour mes moyennes, je ne les affiche pas en général, là j'avais un objectif précis en le faisant, celui de montrer que cette sortie est possible même à un rythme cyclotouriste traditionnel.
Les parcours openrunner j'essaye de les mettre quand ils sont intéressants, ça peut donner des idées.
Quant au dénivc'est une habitude de skieuse de rando !



alain 28/06/2010 10:02



Bravo Brigitte,


Ravi de t'avoir rencontré dans le Triève et d'avoir roulé un bout à tes cotés.


Je n'ai fait que 100km (3 fois moins que toi!) et j'ai fini en miettes. Franchement tu m'impressionnes.


A une autre fois peut-être sur les routes...


 



renarde1 28/06/2010 11:21



Merci pour ta compagnie Alain  Ce fut un plaisir. Est-ce mieux de se dire 3 x 100 ? ou ...15 x 20 ? Pour ma part
j'avais dans la tête 5 x 60 ... je ne sais pas pourquoi



Bruno 27/06/2010 20:57



WHAOUHHHHHHH


Un grand bravo pour ce premier 300 et en plus avec du dénivelé.


Que de chemin parcouru depuis ce dimanche d'aout l'année dernière ou j'étais venu à ta rencontre pour ton 200 en normandie


Et maintenant que tu dis que les Sucs te sont insurmontables je te crois plus.


Si j'avais sur sur quoi tu t'engageais j'aurai fait chauffer le sms.


 



renarde1 27/06/2010 21:34



Bon, je ne le dirai plus (que les Sucs sont insurmontables)
Tu m'as déjà bien aidée en faisant en sorte que je trouve le 200 km facile, ce qui m'a donné envie de faire le 300 !!!