Quand la montagne ardéchoise ne veut pas de nous (mais nous, oui !)!

Publié le par Brigitte

Samedi 18 juin 2016, vélo de route, 201 km, 3068 m D+ en 9h18 (total 9h34)

Enfin le réveille sonne, 4h30, en route pour l'évènement tant attendu . La veille, Laurent est arrivé à la maison, et nous avons fait un petit tour d'une heure quinze dans le coin, histoire de voir si les vélos marchent bien.

Ce matin , avant même que sonne cinq heures, Baptiste est là, fin prêt, dans la cour.

Malgré les prévisions meteo déplorables, l'ambiance est joyeuse. Nous sommes heureux de nous retrouver pour participer à l'évènement.

Et cette pluie, ce froid annoncés, on ne veut pas y croire vraiment ... il y a eu tant d'erreurs ces jours passés, et la pression est en hausse ... malgré la petite averse au départ de Valence, on y va gaiement.

6h ... st Félicien. Le temps est couvert mais il ne pleut pas . Tout à la joie de retrouver les copains, nombreux cette année encore, et venus de partout ... on oublie un peu cette histoire de météo ... sauf au moment de s'habiller ... on écoute les conseils du boss ... il fera froid là haut au Gerbier ...

Bon, on s'habille comment ?

Bon, on s'habille comment ?

Laurent le chat noir ! partout où il passe il pleut, et très fort !!!

Laurent le chat noir ! partout où il passe il pleut, et très fort !!!

J'opte pour le maillot Team Mont Ventoux, les manchettes, un gilet coupe-vent sans manches à grandes poches, un buff et un bonnet sous-casque d'hiver , un couvre casque imperméable, et un vêtement de pluie ultra léger de l'Ardéchoise tout neuf. Je "néglige" le bas, cuissard court, pas de surchaussures. Ni de gants. Je n'en utilise déjà pas tout le temps en hiver, alors le 18 juin ...


En revanche, je pars pour 280 km, pour terminer tard, aussi j'ai une bonne réserve de nourriture ...des barres mais aussi des crêpes délicieuses ...dites "crêpes de l'effort" , elle contiennent pêle mêle, deux farines, du jus de pomme, du lait, des oeufs, du fromage, du sucre, et des épices variés ou même un peu de confiture. Un vrai repas  ! Histoire de varier les saveurs en cours de route car j'en ai vite marre des barres.

crêpes de l'effort

crêpes de l'effort

Hélas pas de photos cette année ... j'ai décidé de me passer de l'appareil (j'ai évité de le noyer) . Heureusement mon ami Cricri n'a pas fait comme moi ...et Baptiste nous immortalise avec son smartphone ...

Malheureusement la suite de mon récit ne sera pas illustrée ...l'idée était de me concentrer sur le parcours pour passer la barrière horaire du gerbier de Jonc, et plus si affinités ... et de partir en autonomie en compagnie de Valex même si j'étais hors délai, pour terminer le plus tôt possible.

Baptiste, moi, Yann, Laurent et Jacques dans le sas AVM

Baptiste, moi, Yann, Laurent et Jacques dans le sas AVM

Départ classique

Départ classique

Nous sommes une petite centaine à partie dans le "sas AVM", donc à 7h20, dix minutes pile avant les prioritaires.

Cela donne un départ dans le calme, différent de l'an dernier où le mouvement de foule derrière, l'arrivée des groupes est hyperstimulant. Pour moi, cela donnera un Col du Buisson gravi plus lentement que l'an dernier (1'15'' de plus) mais avec 8 pulses de moins au cardio ... mais je l'ignore, je regarde très peu mon compteur en course ... très peu.

Vers le col, nous sommes rattrappés par les plus rapides des prioritaires (partis 10 mn après) . Il faudra quelques temps encore avant que des numéros de dossards de plus de 300 nous rejoignent . Cela donne lieu à de très brefs mais plaisants encouragements par ceux que je connais.

Il pleut un peu, la descente sur Lamastre est humide (mais j'y regagne quelques dizaines de secondes sur l'an dernier tout de même) ... après Lamastre, cela s'arrête tout à fait et on est bien dans les montées ... ce n'est qu'un sourire hypocrite du ciel ...

Après un passage aux Nonières au train sans perte de temps, on arrive au Cheylard .

On commence à voir passer des groupes très importants, sans pouvoir y rester car ils sont trop rapides. Comme toujours, je suis contente d'arriver à Sardige et de commencer la véritable montée de Mézilhac. J'arrive à y rejoindre quelques laissés pour compte des groupes précédents et de plus, quelques personnes avec un dossard AVM montent au même rythme que nous, voire même un peu moins vite.

Valex me récupère du pain, du saucisson, du fromage (quel délice) , tandis que je file dans la descente sur Antraigues. Par rapport à 2015, je perds encore quelques secondes dans Aizac, mais je suis plus bas au cardio.

L'an dernier je m'étais mise dans le rouge dans toutes les fin de montées avant Burzet, cette année je garde juste un bon petit train en me disant que ça va être long.

Vite, Burzet !

Petite grimpée raide dans le village ... puis début de la longue grimpée entre genêts et sous-bois. Moi, je l'aime bien cette Barricaude , même si je ne la monte pas très bien. Seulement aujourd'hui ... les nuages noirs foncent sur nous et une bonne "pluie qui mouille" nous assaille.

Je persiste dans l'espoir ... ça va cesser ... les nuages vont se pousser ailleurs ... ils ne sont QUE là, dans la Barricaude, et là haut, il fait beau ... je me raconte des histoires ... alors je refuse de sortir la veste de pluie ...

Au niveau du replat, il faut se rendre à l'évidence ... et se protéger ...

Dos courbé sous la pluie froide, épaules crispées, Valex et moi, on ne parle pas beaucoup, mais on pense la même chose.
Deux cyclistes du 220 km nous dépassent et s'étonnent de voir une femme, s'étonnent de mon dossard "l'AVM !!!! vous la faites en un jour ????" . J'ai envie de hausser les épaules et de les envoyer balader ... ah, s'il ne flottait pas comme ça, avec cette température en chute libre ...

...car là on sent tous les deux que ça va foirer, cette histoire ....sans le dire ...

Arrêt au ravito de Sagnes, d'un commun accord, l'affaire est classée,on va s'échapper de là.

Il fait 5°C, il pleut des seaux, (et même des chiens et des chats, comme diraient nos amis anglo-saxons)  et quelques cyclistes tremblants attendent qu'on les récupèrent. Désolant spectacle.

On boit deux thés, on mange, j'ai quelques frissons mais pas de regrets. Je suis déjà juste au niveau pour boucler ce parcours dans la journée par conditions normales. Si je le fais, c'est pour le seul plaisir et pas pour finir en galérant à la limite de la nuit. Le froid et la pluie glacée font perdre un temps précieux en descente, et bouffent énormément d'énergie ce qui ralentit les montées. 

A propos de montée, moi qui n'aime pas la petite sous le Gerbier de Jonc, aujourd'hui, elle est mon amie, car elle réchauffe bien.

La descente sur Arcens est difficile, mais on s'en sort assez bien comparé aux nombreux cyclistes doublés qui n'arrivent plus à tenir le vélo ou à feiner. Valex est très bien équipé,en plus  il m'a passé des surchaussures. J'ai les mains un peu froides, mais je garde une bonne maitrise, et j'ai bien moins froid qu'au BRM 200 en alsace.

Il pleut toujours à verse à St Martin de Valamas.

A ce point , on pourrait terminer par le parcours de l'Ardéchoise (où j'aurais pu me classer assez correctement je pense) . Mais en prenant le départ dans le sas "AVM", on était censé renoncer à tout autre classement (toutefois au vu des conditions certains ont été reclassés sur l'ardéchoise ... je l'ai su après ) . Comme je connais un itinéraire plus rapide, avec 20 km/ 900  m D+ en  moins et qui passe plus bas que la classique, on va rentrer tranquillou par là sans prendre de risque.

Ainsi Le Cheylard, Les Nonières et Lamastre revoient passer notre binôme pour la seconde fois de la journée. Bientôt voici St Félicien où règne une ambiance légèrement "sauve-qui-peut" . Partout des gens qui tremblent, d'autres qui s'insultent au téléphone, d'autres qui n'ont plus de batterie et qui cherchent leurs proches , des bus, des voitures qui se croisent ... quelle panique !
200 cyclistes ont du être rapatriés en bus.

Pour notre petite bande d'amis, ça reste relativement serein au contraire, avec des retrouvailles particulièrement appréciées. Cela me fait d'ailleurs totalement oublier le petit fond de déception qui entoure mon AVM rétrécie au lavage. J'ai vite fait de retrouver mes vraies priorités : revoir, ou savoir mes amis entiers, et si possible contents ! Pour nous  c'est plutôt "tout est bien qui finit bien", et on peut passer aux souvenirs de guerre ... "ah, en 2016, qu'est-ce qu'on a eu froid sur l'ardéchoise :-)"

Valex rentre vite se mettre au sec à St Victor tandis que je profite des délicieuses douches (chaudes) du gymnase (ô bonheur !)

Yann , Baptiste et Laurent sont nos valeureux finishers de l'AVM , avec respectivement les places de 10 eme, 20 eme et 50 eme. Il y avait 248 inscrits sur ces parcours !!! et seuls 53 sont finishers classés. Parmi eux, Jacques termine avec une 3 eme place dans sa catégorie.

Olive termine avec une belle place de 12 eme sur l'Ardéchoise (220 km) , après avoir roulé en solo presque 200 km !

Lionel , inscrit sur l'AVM, a choisit de basculer sur le 220 km (un choix un peu plus ambitieux que le nôtre en terme de dénivelé et distance). L'ardéchoise, c'est également l'option prise par Cédric, notre compagnon sur une partie du BRM 200 alsacien, et par Maurice ; tous deux ont également terminé.

Cricri, Pierre et Valérie ont opté pour les Boutières (120 km) plutôt que la Volcanique, et se sont malgré tout  fait copieusement arroser. Madeline et Solène étaient sur le même parcours ; Solène a terminé, mais Madeline a du déclarer forfait victime du froid . Jean-François et ses compagnons de St péray ont également souffert du mauvais temps sur les Boutières

En revanche, mon voisin Pierre Riou et son fils Jéremy qui faisait son premier passage sur les Boutières terminent  suffisamment tôt (en 5h18) et évitent pratiquement le mauvais temps . Pour sa première cyclo, Jérémy est 3 ème de catégorie !

Alain (qui était avec nous sur l'Ardèche Verte) a bouclé le parcours du Doux sans une goutte de pluie.

Bravo pour  les podiums d'Anne-Marie (2 ème scratch féminin sur les Boutières ) de Dominique Derain (2eme cate sur Les Sucs) et de Karole Sassolas (1 ere sur les Sucs ... et seule fille à avoir bravé ces conditions sur ce parcours... )  J'ai pu faire connaissance également avec une autre valeureuse guerrière de l'Ardéchoise (2 eme fille) , Anne-Laure, avec qui j'étais en contact via Strava (et revoir à cette occasion Rémi avec qui j'avais roulé sur PBP !).

Nos randonneurs sont bien rentrés également, les tullinois Robert et Franco avec leur club, tout comme la bande des filles Alice, Véro, Muriel et Caroline ... ainsi que Patrick et Valérie Argoud. Ils ont profité de trois jours de temps convenable avant de prendre la douche froide le samedi comme les copains ...

La soirée se termine avec le traditionnel repas au camping de St Victor . A l'an prochain !

"Quand je suis arrivé aux Estables, je me suis dit, mais COMMENT je vais faire pour rentrer ? "

"Quand je suis arrivé aux Estables, je me suis dit, mais COMMENT je vais faire pour rentrer ? "

Mais qu'ils sont sérieux :-) :-)

Mais qu'ils sont sérieux :-) :-)

Mauvais temps ou pas, j'ai tiré quelques conclusions concernant cette AVM. Je crois que même avec le départ anticipé de 10 mn, j'ai très peu de chances d'y être classée un jour (en gros si je "gère" les premières montées pour en garder pour la suite, je perds les minutes qui permettent le passage des barrières). 


Il faut donc me faire à l'idée que si je la tente, je ne profiterai de l'organisation que jusqu'au Gerbier (a part le classement, cela ne change rien pour moi sachant que les ravitos seront fermés à l'heure ou je passe) . Donc, autant partir à 7h30 en profitant d'une plus grande dynamique de départ, et de la présence de plus de cyclistes de niveau proche. De plus, cela me permet de bifurquer sur les parcours plus courts en cas de vent, pluie etc , et d'être classée quand même.

Copie à revoir l'an prochain avec des conditions ... différentes :-D

 

Et pour terminer un grand merci à Valex, super compagnon de route, comme le disent également tous ceux qui ont partagé avec lui de belles aventures où ils ont eu besoin de son soutien.

Bientôt ici les liens vers d'autres récits !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guy 26/06/2016 10:06

Valeureuse Renarde tu es très lucide sur tes capacités physiques. Bravo !!! Continue à te faire plaisir !!!
Une question: Comment as-tu fait pour que Valex parle très peu ????
Guy

Brigitte 27/06/2016 10:07

Bonjour Guy, ça va toi ? Pour que Valex parle très peu, je l'ai embarqué sur du lourd :-) c'était pas le moment de causer ... surtout avec ce qui nous tombait sur la tête :-)

KIKI-129 23/06/2016 10:57

Pour certains ça va leur rappeler la 1ère Ardéchoise avec la neige... Bravo à tous participants et bénévoles. Finalement il fallait faire l'Ardéche Verte et juste le sud sauf le samedi.
Pour l'AVM je pense que l'on pourrait s'en organiser une entre nous vu que l'organisation ne veut pas mettre une barrière mieux étudiée pour ceux qui roulent Audax (22,5 km/h).
Je vois que Olivier B est toujours au top.
Bon été.

Brigitte 27/06/2016 10:09

L'AVM je peux la faire en privé quand je veux, mais ce n'est pas ce que je veux. C'est à moi de faire des progrès :-)

Philkikou 22/06/2016 06:40

dommage que la météo ait en partie gâché cette fête :-( ... Que ce soit pour les cyclistes ou les bénévoles... avec pat exemple le passage sous la pluie à St Julien Boutières où tout le monde était aux abris....

Heureusement pour ma pomme j'ai pu profiter de 2 jours de beau jeudi et vendredi pour ma première en 3 jours.. quelques photos sur ce lien en attendant un récit en 3 parties
http://www.kikourou.net/forum/viewtopic.php?f=19&t=22178&start=80#p862716

Brigitte 27/06/2016 22:09

C'est bien, comme ça tous les récits n'arrivent pas au même moment 8-)

Philkikou 27/06/2016 22:06

récit pas fini... et même pas commencé... mis justre qqs photos sur un forum... pas aussi rapide que toi ;-))

Brigitte 27/06/2016 10:10

En effet au final tu n'as pas mal choisi ton année pour faire un "trois jours" ! Je m'en vais lire ton récit !

JEAN LUC STUBY 21/06/2016 14:12

Salut Bribri
T'as bien séché ? désolé de ne t'avoir pas reconnue sur le parcours pour la poussée supersonique...mais une autre valeureuse guerrière de l'Ardéchoise : Christine t'as bien vu et encouragée !
on a vu anne-marie et david d. au départ ainsi que le boss...qui a cartonné sachant les soucis passés.
Moi je suis d'accord pour plusieurs Ardéchoises par année.
Bonne récupération, je te récrirais une fois un point éclairci sur ton CR.
Bien à toi jean-luc

Brigitte 21/06/2016 17:37

Oui j'ai bien séché ! mais mes chaussures étaient encore humides ce matin. J'ai bien vu Christine en effet ! bravo à elle ! dommage par contre je ne l'ai pas vue à l'arrivée .
Quand je t'ai vu tu étais dans le groupe du boss , vers le col du Buisson , du moins il me semble.

Jean-Pierre 20/06/2016 23:00

Bravo Brigitte (et à tous ceux et celles que tu as cités dans ton article) pour ton et leur courage pour partir dans ces conditions.
Ça me rappelle l'année où je suis resté dans la voiture car ça drachait fort comme dirait Valex.
Ce n’est quand même pas de chance car ici j'ai passé mon samedi en short dans le jardin, le monde à l'envers.
J'ai pour ma part eu moins de courage dimanche en n'allant pas faire le BRO, météociel annonçant un gros 4°C à l'Alpe d'Huez et de la pluie sur la Bérarde.
J'ai eu raison avec une sortie club ventée mais sous le soleil.
Bonne reprise des affaires courantes

Brigitte 21/06/2016 08:58

eh oui c'est le problème des projets à date fixe. L'année où tu es resté dans la voiture, j'ai pris le départ sous la pluie avec plein d'espoir, car la meteo annonçait beau ... et le temps d'arriver en altitude le soleil était là. Cette année on avait vraiment le mauvais timing !